Marthe Keller

Actrice
Affiche de femmes de personnes de Christopher Frank

Personal Info

  • Nationalité : Suisse
  • Date de naissance : 28 janvier 1945 à Bâle (Suisse)
  • Crédit visuel : © 1984 T Films. Tous droits réservés.

Biographie

Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Marthe Keller a alterné premiers et seconds rôles, et a connu une carrière internationale, sous la direction de Lelouch, Bolognini, Wilder, Tanner…

De La demoiselle d’Avignon à Billy Wilder

Actrice suisse, Marthe Keller débute au cinéma en 1966 et joue des seconds rôles dans des comédies françaises, jeune baronne dans Le diable par la queue (1968) de Philippe de Broca, ou femme de chambre qui n’a pas froid aux yeux dans La vieille fille (1972) de Jean-Pierre Blanc.

Mais les producteurs n’hésitent pas à lui confier aussi des premiers rôles, partenaire de Philippe Noiret dans Les caprices de Marie (1970) de Philippe de Broca, ou de Claude Brasseur dans Le cave (1971) de Gilles Grangier.

L’immense succès du feuilleton télévisé La demoiselle d’Avignon, écrit par Frédérique Hébrard et Louis Velle, lui donne une popularité qui lui ouvre davantage les portes des studios de cinéma. On la voit par la suite dans des films où elle est tête d’affiche, dont la comédie satirique Elle court, elle court, la banlieue (1973) de Gérard Pirès (avec Jacques Higelin), ou le drame romanesque Toute une vie (1974) de Claude Lelouch, qui s’avère toutefois un échec critique et public.

Hollywood fait des propositions à Marthe Keller et la voici partenaire de Dustin Hoffman dans Marathon Man (1976) de John Schlesinger, d’Al Pacino dans Bobby Deerfield (1977) de Sydney Pollack, ou de George C. Scott dans La formule (1980) de John G. Avildsen. Elle trouve toutefois le meilleur rôle cette période avec Fedora (1978), de Billy Wilder, production franco-allemande. Ce récit d’une ancienne star de cinéma est le dernier chef-d’œuvre de son auteur.

Marthe Keller, de beaux rôles de maturité avec Tanner ou Bouli Lanners

L’échec commercial de la plupart de ces films contraint Marthe Keller à prendre ses distances avec le cinéma international. Après le film choral Femmes de personnes (1984) de Christopher Frank, qui trouve pourtant son public, l’actrice connaît une période un peu creuse, qu’elle compense par de beaux rôles au théâtre et, plus tard, des mises en scène d’opéra.

Elle trouve toutefois de bons seconds rôles en maîtresse de Mastroianni dans Les yeux noirs (1987) de Nikita Mikhalkov, médecin dans Au-delà (2011) de Clint Eastwood, ou fée providentielle dans Les géants (2011) de Bouli Lanners.

Marthe Keller retrouve le haut de l’affiche dans Amnesia (2015) de son compatriote Barbet Schroeder (son plus beau rôle de maturité) et le mélo L’ordre des médecins (2018) de David Roux, où elle a pour partenaire Jérémie Rénier.

Mais c’est majoritairement pour des compositions secondaires que Marthe Keller est sollicitée depuis quelques années, mère de Bérénice Bejo dans L’économie du couple (2016) de Joachim Lafosse, ou grand-mère gardienne des traditions dans La sainte famille (2019) de Louis-Do de Lencquesaing.

Marthe Keller a aussi été dirigée par Michel Polac, Mauro Bolognini, John Frankenheimer, Michel Brault, Benoit Jacquot…

Gérard Crespo

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Affiche de femmes de personnes de Christopher Frank

Bande-annonce de La sainte famille

Actrice

x