Laurent Lucas

Acteur
Laurent Lucas dans le film Verso (extrait de l'affiche)

Personal Info

  • Nationalité : Français
  • Date de naissance : 20 juillet 1965, à Paris (France)

Biographie

Note des spectateurs :

Laurent Lucas en photo.

Bandeau issue de l’affiche Un vrai bonhomme de Benjamin Parent (2019) – Crédit photo bandeau : Stéphanie Branchu / Design : Benjamin Seznec / Troïka – © DELANTE PRODUCTIONS – FRANCE 2 CINEMA – SCOPE PICTURES – ÉTÉ 75’ – DELANTE FILMS

Vignette illustrative, issue de l’affiche du film Verso de Xavier Ruiz (2009) – Copyrights : Ascot Elite Entertainment Group, Tarantula Suisse/Belgique/Luxembourg, La Télévision Suisse Normande (TSR)

Biographie de Laurent Lucas

Né à Paris, mais élevé au Havre, Laurent Lucas quitte le cocon familial à l’âge de 16 ans pour faire l’armée, dont il se détourne assez vite et pour s’intéresser au théâtre. Il va dans un premier temps exercé sur les planches, avant de se faire connaître au cinéma dans J’ai horreur de l’amour de Laurence Ferreira Barbosa, qui est un succès dans les salles art et essai (225 000 entrées).

Laurent Lucas joue ensuite un rôle important dans Quelque chose d’organique de Bertrand Bonello, un premier rôle masculin face à Romane Bohringer qui passe totalement inaperçu du public. Il s’agit alors du premier long du futur réalisateur de L’Apollonide et de Saint Laurent.

L’acteur réussit un beau coup à deux reprises face à Karin Viard, dans La nouvelle Eve de Catherine Corsini, un très gros succès qui propulse la comédienne (421 000), et dans Haut les cœurs ! de Sólveig Anspach qui lui vaut une nomination au César du meilleur espoir masculin.

Harry, l’ami de Laurent Lucas qui lui a valu beaucoup de bien

En 2000, alors qu’il vient d’enchaîner le bide de Carax Pola X et le succès de Rien sur Robert, avec Luchini et Kiberlain, il connaît le plus gros succès de sa carrière, avec le thriller vénéneux Harry, un ami qui vous veut du bien de Dominik Moll qui réalise deux millions d’entrées au box-office.

Dans une carrière essentiellement vouée aux petits films, il réussira à deux reprises à dépasser le million d’entrées ou à s’en approcher, en l’occurrence en 2003 avec la comédie populaire Rire et châtiment, puis, en 2007, dans Contre-enquête où il est second sur l’affiche, après Jean Dujardin (958 000).

Laurent Lucas et le cinéma de genre

Toutefois, le succès de Harry va lui coller à la peau et c’est avec un plaisir évident qu’il multiplie les rôles bizarres ou de dément : Dans ma peau, le film malaisant de Marina de Van, Qui a tué Bambi ? de Gilles Marchand, les OVNIS hardcore de Fabrice du Welz (Calvaire, Alléluia, Adoration).

Laurent Lucas aime se frôter au cinéma de genre, La saison des orphelins en 2008, Piégé en 2014, Enragés en 2015, Les démons en 2016, ou encore le remarquable Grave de Julia Ducournau, en 2017, le montrent parfaitement à l’aise dans l’exercice du cinéma du malaise.

Un vrai bonhomme

Loin de se contenter de cet aspect du cinéma francophone, il est formidable chez Bonello dans Tiresia, etimpressionnant dans Violence des échanges en milieu tempéré de Jean-Marc Moutout, en 2004. De films français bobos comme De particulier à particulier au polar européen Verso, il alterne les sensibilités, et plonge même dans le grand bain du biopic friqué, avec L’Odyssée de Jérôme Salle.

En 2020, il est dans Un vrai bonhomme… Presque un titre pour résumer cette carrière sans concession qui fait de lui l’un des acteurs les plus intrigants du cinéma francophone.

Biographie par Frédéric Mignard

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Laurent Lucas dans le film Verso (extrait de l'affiche)

Bande-annonce de Floride

Acteur

Bande-annonce d'Un Vrai Bonhomme

x