Charles B. Pierce

Réalisateur, Scénariste, Producteur, Directeur de la photo
Terreur sur la ville, jaquette VHS 1985 GCR Orion

Personal Info

  • Nationalité : Américain
  • Date de naissance : 16 juin 1938, à Hammond, Indiana (Etats-Unis)
  • Date de décès : 5 mars 2010, à l'âge de 71 ans, à Dover, Tennessee (Etats-Unis).
  • Crédit visuel : Jaquette VHS 1985 de Terreur sur la ville © 1977 Charles B. Productions, American National Pictures Inc. Orion. All Rights Reserved.

Biographie

Note des spectateurs :

Charles B. Pierce est un cinéaste américain indépendant très peu connu en France. Il a réalisé Le faucon blanc sorti au cinéma dans l’Hexagone, et Terreur sur la ville, joliment restauré en HD, en 2022.

Charles B. Pierce est un cinéaste né dans l’Indiana. Il grandit néanmoins dans l’Arkansas. Issu de la télévision locale, il devient chef décorateur entre 1966 et 1971, sur des films comme Waco avec Jane Russell ou Un beau salaud, avec Frank Sinatra.

Il réalise son premier long métrage en 1972 avec The Legend of Boggy Creek. Le film fantastique atavique s’intéresse à la légende régionale du monstre de la ville de Fouke, proche du fameux “Bigfoot”. Cette petite production est un gros succès dans son état dans un premier temps et dans le reste de l’Amérique dans un second temps. Le micro budget rapportera 20M$ au box-office américain et servira de prémices au found-footage. Charles B. Pierce refusera d’en tourner la suite en 1977 (Return to Boggy Creek), mais s’essaiera pour des raisons financières à un “numéro II” en 1983, Boggy Creek II: And the Legend Continues, qui est un gros échec . Le cinéaste considèrera ce sequel comme le pire de sa carrière.

Pierce poursuit son travail de décorateur sur des séries B comme Coffy de Jack Hill, avec Pam Grier (1973) ou Dillinger de John Millius (1973).

Il peut enfin réaliser son second long métrage, en 1974, avec Bootleggers. Le film avec Paul Koslo n’est exploité que sur quelques régions, en France. Une malédiction pour la notoriété du cinéaste dans l’Hexagone où ses films seront au mieux exploités en province (Bootleggers, Duel à Cheyenne Pass, Thorvald le Viking), en catimini sur Paris (Le faucon blanc, 1975), ou directement en VHS (Terreur sur la ville).

Le Faucon blanc (Winterhawk) est son premier western. Il sort le 2 mars 1977 en salle sur Paris, mais ne reste qu’une seule semaine à l’affiche (au Gaîté Rochechouart, Barbizon et au St Antoine). Pierce enchaîne avec un autre western, The Winds of Autumn. Parallèlement, il travaille sur les décors de Josey Wales Hors-la-loi, de Clint Eastwood (1976).

Terreur sur la ville, jaquette VHS 1985 GCR Orion

Jaquette VHS 1985 © 1977 Charles B. Productions, American National Pictures Inc. Orion. All Rights Reserved.

En 1976, Charles B. Pierce connaît un succès certain avec Terreur sur la ville (The Town that Dreaded Sundown), un thriller entre documentaire et slasher, basé sur une histoire vraie, celle du tueur fantôme de Texarkana, en 1946, qui se vendra bien dans le monde et rapportera 5 millions de dollars aux USA. En France, il faudra attendre 1985 et une sortie vidéo chez RCV pour que le film fasse une apparition furtive dans les vidéo-clubs. La sortie blu-ray/DVD en 2022 permet au film de connaitre une vraie sortie digne de ce nom chez Rimini Editions. Pierce, décédé en 2010, connaît alors une aura de cinéaste culte et de précurseur en tant que réalisateur indépendant. En 2014, Jason Blum et Ryan Murphy produiront un reboot du film réalisé par Alfonso Gomez-Rejon.

En 1977, Charles B. Pierce revient au western de série B avec Grayeagle, avec Ben Johnson qu’il avait déjà dirigé dans Terreur sur la ville. Le film connaît une exploitation provinciale en France en 1980, et sera essentiellement exploité en VHS, en 1984, chez RCV.

En 1978, le cinéaste reprend sa casquette de décorateur avec The Cheap Detective (Le privé de ces dames, avec Peter Falk et Ann-Margret). Quand il revient derrière la caméra, c’est pour diriger Lee Majors et Mel Ferrer, dans Thorvald le Viking (The Norseman). Il retrouve le genre de l’horreur avec le pessimiste The Evictors, avec Vic Morrow et Jessica Harper. Un échec qui le conduit à l’affrontement avec le studio American International Release. Le film est curieusement inédit en France.

Dans les années 80, installé en Californie, l’artisan participe au scénario de Sudden Impact, réalisé par son ami Clint Eastwood. Beau titre sur son C.V., il s’agit du 4e film autour de l’Inspecteur Harry. La même année, Charles B. Pierce réalise un nouveau western, totalement méconnu, avec un casting anonyme, Sacred Ground, puis en 1987 Hawken’s Breed, avec Peter Fonda qui cachetonne pour New World Pictures.

Les échecs de Boggy Creek II (1985) et Hawken’s Breed (1987), deux œuvres qu’il a écrites, coproduites et réalisées, le laissent sur la touche. Il refait surface comme décorateur à la télévision (MacGyver en 1991), mais la cinquantaine passée, ses chances de reconnaissance disparaissent. Il réalise néanmoins Renfroe’s White Christmas, production pour les enfants en 1996, et Chasing the Wind  en 1998, pour le marché de la vidéo. Charles B. Pierce considèrera cet ultime western comme son meilleur film.

Alors qu’il envisage une suite à The Town That Dreaded Sundown dans les années 2000, l’auteur est peu à peu réévalué autour de ce film précurseur à la croisée des genres. Malheureusement, il décède en 2010, à l’âge de 71 ans, dans une maison de retraite du Tennessee, loin d’Hollywood.

Frédéric Mignard

Filmographie :  (Réalisateur)

  • 1972 : The Legend of Boggy Creek
  • 1974 : Bootleggers
  • 1975 : Le faucon blanc (Winterhawk)
  • 1976 : Terreur sur la ville (The Town That Dreaded Sundown)
  • 1976 : The Winds of Autumn
  • 1977 : Duel à Cheyenne Pass (Grayeagle)
  • 1978 : Thorvald le Viking (The Norseman)
  • 1980 : The Evictors
  • 1983 : Sacred Ground
  • 1983 : Boggy Creek II: And the Legend Continues
  • 1987: Hawken’s Breed
  • 1997 : Renfroes’ Christmas
  • 1998 : Chasing the Wind
x