The Hunt : la critique du film (2020)

Horreur, Comédie horrifique | 1h30mib
Note de la rédaction :
7/10
7
The Hunt de Craig Zobel, affiche 22 juin 2020

  • Réalisateur : Craig Zobel
  • Acteurs : Steve Coulter, Betty Gilpin, Hilary Swank, Wayne Duvall, Ike Barinholtz, Emma Roberts
  • Date de sortie: 22 Juin 2020
  • Nationalité : Américain
  • Scénaristes : Nick Cuse, Damon Lindelof
  • Société de production : Blumhouse Productions
  • Distributeur : Universal Pictures International France
  • Editeur vidéo : Universal Pictures
  • Date de sortie vidéo : 03 avril 2020 (location VOD Premium)
  • Box-office France / Paris-Périphérie :
  • Box-office USA : 5 812 500$
  • Budget : 14 000 000$
  • Classification : Interdit aux moins de 16 ans
  • Format : 2.39 :1
Note des spectateurs :
[Total : 1   Moyenne : 5/5]

The Hunt, production Blumhouse polémique, se complaît dans l’ultraviolence sans pour autant perdre sa crédibilité dans sa réflexion sur les USA de Trump. La satire, entre Get out et American Nightmare est diablement efficace et renvoie avec une bonne dose de misanthropie toute l’Amérique dos à dos. Mais quelle audace !

Synopsis : Douze inconnus se réveillent dans un entrepôt. Ils ne savent ni où ils sont, ni comment ils sont arrivés là. Ils ne savent pas qu’ils ont été choisis dans un but bien spécifique… la chasse.

Critique : Août 2019. Trois tueries de masse relancent le débat sur le second amendement et l’accès aux armes. Donald Trump se défausse de toute responsabilité et vilipende Hollywood et ses films hyper-violents, en particulier une certaine production Blumhouse, The Hunt, qui devient le cheval de bataille de la droite dure du président.

The Hunt, génèse d’un film maudit

Universal vient alors d’aborder la promotion de cette satire d’une violence totale, où le sujet – la chasse humaine -, était une sardonique réflexion sur le rapport à la violence d’une Amérique contemporaine scindée entre progressistes et conservateurs, intelligemment mis dos à dos dans leurs excès.

Le studio a la décence de cesser toute promotion et de repousser la date de sortie du film prévue le 27 septembre, à une date ultérieure plus apaisée… Désormais actée pour le 13 mars, The Hunt articule sa promotion sur la polémique et la campagne de dénigrement à laquelle le film a dû se confronter, avec des extraits de commentaires de suprémacistes blancs et de pères la morale en guise de phrases d’accroche.

The House : bande-annonce juin 2020

Copyrights : Universal Pictures, Blumhouse Films

Une satire féroce sur l’Amérique contemporaine

Problème, après le temps des trolls, vient celui du virus et The Hunt, prévu pour le 13 mars aux USA, sort dans un contexte médiatique qui ne lui vaut plus la moindre couverture. La polémique est morte. Les salles de cinéma aussi. Pourtant cette satire féroce sur l’Amérique, à situer dans ses propos entre Get out et le premier American Nightmare est de loin le film d’horreur (survival?  thriller?), est pourtant le pamphlet politique dont le cinéma de divertissement (il faut oser le mot) avait besoin pour secouer un peu le système bien-pensant d’une gauche moralisatrice et d’une droite dévastatrice.

En France, pour faire face à l’impossibilité de communiquer sur le film à la fermeture des salles, la sortie du mois d’avril est annulée. Et le studio essaie une location digitale en premium, aux alentours de 18 euros sur quelques plateformes. Le prix est exorbitant pour une œuvre qui ne bénéficie pas de la même notoriété dans l’Hexagone. Le mois de confinement va détruire toute possibilité d’établir un plan de campagne pour ce film sur lequel le sort semble s’acharner.

 Sergeant Dale (Steve Mokate) et Crystal (Betty Gilpin) in The Hunt, de Craig Zobel.

© 2020 Universal Studios

The Hunt, de la location premium à la réouverture des salles

Frustré par les chiffres VOD et le manque de notoriété en France, le distributeur Universal Pictures International France décide finalement de le basculer en salle dès le 22 juin, pour la réouverture des cinémas officialisée par le Premier ministre français. L’idée est bonne, même si la promo ne sera que virale ; or, en ce temps de Covid-19, on essaie de fuir les virus comme la peste.

Doit-on pourtant faire un effort et braver les risques pour ce programme dont on pourrait préjuger du contenu et le qualifier d’irresponsable et de gratuit ? Très certainement car pour cette année où l’épouvante cinématographique a plutôt été faiblement représentée en salle (le cauchemar Nightmare Island, vous remettez?), The Hunt déborde de surprises, se défaussant de personnages de façon inattendue pour des raisons d’ordre éthique qui feront écho à bien des remous de société que traverse le monde d’aujourd’hui. De surcroît, le rebondissement final, sur les théories du complot qui inondent nos réseaux sociaux, trouve une illustration savoureuse de leurs ravages, dans un extrémisme qui est le miroir de nos sociétés malades.

Betty Gilpin dans The Hunt (affiche VOD)

© 2020 Universal Studios

Le miroir de nos sociétés malades

Politiquement incorrecte, terriblement efficace, cette dystopie féroce est pour autant non exempte de second degré quant à elle-même et a ses limites en tant que pourvoyeuse d’images immondes… Les scénaristes de Lost et Watchmen la série savent que le consensus est impossible et que leurs discours ne plaira pas à tout le monde (usons de cet euphémisme galvaudé). Dans le domaine de l’audace, il donc ont surtout pris la liberté d’un script diaboliquement fécond qui ouvre beaucoup de portes, tout en refusant de brosser un portrait unilatéralement abject de son prochain, car derrière le monstre qui mitraille à balles réelles sommeille toujours de l’humain parmi ceux que l’on côtoie directement ou indirectement, qu’ils soient virtuels ou physiques, de gauche ou de droite. Tous logés à la même enseigne, la partie de chasse était le miroir de nos sociétés malades.

The Hunt part à la chasse à l’homme et curieusement, à l’instar du Battle Royale de Kinji Fukasaku, l’exercice est jouissif. On évoquera aussi une révélation du côté des actrices, Betty Gilpin, dont on n’avait pas vu le potentiel venir et qui, en femme d’action à la Ripley, s’est forgée une carapace costaude qui risque de marquer longtemps une fanbase acquise au cinéma de genre.

Frédéric Mignard

Sorties du 22 juin 2020 (réouverture des cinémas suite à la crise du COVID-19)

Voir le film en VOD premium

The Hunt de Craig Zobel, affiche 22 juin 2020

© 2020 Universal Studios

Les films Blumhouse sur CinéDweller

Trailers & Vidéos

trailers
x
The Hunt de Craig Zobel, affiche 22 juin 2020

Bande-annonce de The Hunt

Horreur, Comédie horrifique

x