The Forest : la critique du film (2012)

Epouvante-Horreur | 1h34min
Note de la rédaction :
5/10
5
the_forest_jaquette_DVD

Note des lecteurs

The Forest est un inédit vidéo de Darren Lynn Bousman, tout à fait honorable, porté par un script malin, mais desservi par une réalisation inégale, faute de moyens conséquents.

Synopsis : Une famille part camper dans les Barrens, un territoire au cœur du New Jersey. Le père est enthousiaste à l’idée de faire découvrir aux siens le lieu où son propre père l’emmenait lorsqu’il était enfant. Mais la joie fait bientôt place à l’angoisse, les lieux semblant être habités par une étrange créature.

Un DTV horrifique basé sur la psychologie

Critique : Devenu célèbre auprès des amateurs d’horreur grâce à sa contribution à trois films de la saga Saw, le cinéaste Darren Lynn Bousman n’a eu de cesse depuis quinze ans de livrer des petites séries B, pour la plupart fauchées, qui approfondissent progressivement un univers décidément bien sombre. Avec le DTV The Forest, réalisé en 2012, il ne cherche aucunement à modifier son style coup de poing en multipliant les plans rapides et les effets sonores agressifs. Toutefois, le réalisateur semble un peu plus posé et cherche à davantage développer la psychologie des personnages, contrairement à ses autres productions.

Bousman questionne la validité de l’image filmée

Nous suivons donc ici le parcours d’un père de famille cherchant à ressouder sa famille en emmenant tout le monde en camping dans la forêt. Très rapidement, il apparaît que les liens sont de plus en plus distendus et le comportement du chef de famille devient de plus en plus suspect, à mesure qu’ils s’enfoncent dans l’inconnu. Le cinéaste crée une atmosphère angoissante avec peu de choses et peu à peu, le spectateur en vient à douter de la santé mentale de celui qui nous sert pourtant de guide sur le plan narratif.

Peu à peu contaminé par une légende qui circule sur les bois environnants, le personnage principal est amené à menacer ceux qu’il aime le plus au monde. L’intérêt du long-métrage vient de l’hésitation constante du spectateur vis-à-vis du statut de l’image filmée. Est-ce que le héros est victime d’une force surnaturelle qui le pousse à agresser son entourage ou est-il simplement fou ? L’audace de Bousman est de ne jamais trancher en faveur d’une option ou de l’autre, créant ainsi le trouble tant recherché.

Entre le Projet Blair Witch et Shining

Toujours doué pour créer le malaise, le cinéaste ose faire fi du politiquement correct en s’en prenant notamment aux animaux et en menaçant même le petit enfant du couple. Si les meurtres demeurent hors champ pour préserver le mystère, les cadavres occasionnent quelques plans bien gore, marque de fabrique classique du cinéaste.

A mi-chemin entre le Projet Blair Witch pour son cadre sylvestre et Shining pour la menace représentée par un père de famille déséquilibré, The Forest n’arrive pourtant jamais à la cheville de ses aînés, à cause notamment d’un manque flagrant de moyens.

Un film esthétiquement très pauvre

Assez terne, l’image nous renvoie immédiatement au statut de DTV d’un film peu soigné sur le plan esthétique. De nombreux plans sont carrément laids, notamment durant les scènes inaugurales dans la maison de famille. Cela s’arrange un peu dans la forêt, même si le décor n’est pas exploité au mieux. Par contre, on aime beaucoup le design du monstre tapi dans l’ombre, d’autant que la créature n’est pas numérique, mais en animatronique.

Il faut enfin évoquer les acteurs qui sont plutôt corrects, avec un Stephen Moyer qui donne de sa personne en père déséquilibré. On apprécie également le jeu du petit Peter DaCunha qui a déjà une longue carrière à la télévision. Bref, The Forest est un produit vidéo plutôt sympathique que l’on découvre sans déplaisir aucun, contrairement à bon nombre d’autres films du même réalisateur.

Visionner en VOD

Critique de Virgile Dumez

the_forest_jaquette_DVD

© graphique 2013 Seven Sept. © 2012 Barrens Productions LLC. Tous droits réservés.

x