Spider-Man Far From Home : la critique du film (2019)

Film de Super-héros, Romance, Action | 2h10min
Note de la rédaction :
5/10
5
Spider-Man Far From Home, l'affiche définitive

Spider-Man Far From Home mélange la comédie adolescente et l’action en défaveur du blockbuster roublard. Tom Holland, toujours aussi charismatique, finit par voler la vedette à Spider-Man, face au manque d’intérêt des scénaristes dans l’intrigue super-héroïque.

Synopsis : L’araignée sympa du quartier décide de rejoindre ses meilleurs amis Ned, MJ, et le reste de la bande pour des vacances en Europe. Cependant, le projet de Peter de laisser son costume de super-héros derrière lui pendant quelques semaines est rapidement compromis quand il accepte à contrecoeur d’aider Nick Fury à découvrir le mystère de plusieurs attaques de créatures, qui ravagent le continent !

Spider-Man Far From Home, suite logique d’Endgame?

Critique : La fin larmoyante d’Endgame a marqué le jeune Spider-Man qui a perdu son mentor. Mais peu importe la mort quand on a la vie devant soi, la tristesse du jeune super-héros s’efface très vite dans le deuxième film avec Tom Holland qui n’est pas là pour entériner un été de morosité.

On commence le métrage endeuillé par la chanson sirupeuse de Whitney Houston, I will always love you, pour finir sur le tonique hymne rock Californien, des Go-go’s, Vacation, pour le générique de fin. Le cheminement vers une bonne humeur générale est évidente, et les personnages sont tous là pour nous le rappeler, en particulier ceux affiliés aux Avengers. Happy Hogan (Jon Favreau) et Nick Fury (Samuel L. Jackson) ne traversent pas le film le mouchoir à la main, mais incarnent aussi des récurrences humoristiques qui confirment la volonté comique du réalisateur Jon Watts, des studios Marvel Sony (et indirectement Disney), puisque cette légèreté traverse le film jusqu’à la scène de mi-générique, un coup de vache plutôt bien vu joué à Spider-boy qui fait plus sourire qu’il ne crée un suspense intolérable.

Spider-Man Far From home s’éloigne donc très vite des deux derniers épisodes d’Avengers pour remettre de la sérénité en place, avec une action illusoire, au sens propre et figuré puisque le film donne aux adolescents matière à réflexion quant aux vérités alternatives, communément appelées fake news, et invite à remettre en question nos certitudes, et ainsi à deviner les rebondissements un peu téléphonés.

Zendaya et Tom Holland dans Spiderman Far From Home

Copyright 2019 Sony Pictures Releasing GmbH

Loin de ses gratte-ciels, Spider-Man a le cœur en exil

Dans ce contexte de deuil vite éconduit, enfle le besoin de vacances pour l’adolescent Peter Parker qui va trouver dans le voyage scolaire en Europe un prétexte parfait pour se ressourcer. C’est aussi le prétexte pour un teen-movie léger, voulue comme une ponctuation par Marvel. L’action se déroule essentiellement à Venise, au cœur d’un macrocosme de sur-tourisme qui, nous, ne nous repose pas de tout, puis à Prague et Londres, pour des séquences où le décor échappe à la toile routinière de notre héros entre les gratte-ciels de Manhattan. Toutefois, l’action manque de souffle, faute d’un méchant vraiment emballant et d’enjeux réels qui cristallisent nos attentions. Sur ce plan, le divertissement faillit.

Spider-Man Far From Home se veut d’avantage l’initiation amoureuse d’un jeune homme qui poursuit son parcours dans des périmètres excentrés aux couleurs locales de lieux communs, à l’instar de la vision de l’amour de l’adolescent dans cette phase-là. Tom Holland, truculent, réellement drôle et dynamique, n’a aucun mal a passé de l’action à l’émotion, s’évertuant les trois quarts du film à fomenter un plan pour approcher l’élue de son cœur quand il ne doit pas sauver touristes et locaux d’une menace de créatures d’eau et de feu, appelées les Elementals. Doué à tous les niveaux, le comédien britannique démontre une fois encore que la franchise dépend beaucoup de sa personnalité enjouée, mieux, elle repose totalement sur ses frêles épaules, au détriment de Spider-Man, dont on se contre-fiche un peu.

Maintenant, reste à savoir pour quoi le spectateur va voir un Spider-Man… Des scènes vertigineuses et de l’action costaude, de la romance ou de la comédie ? Il n’est pas évident que ce cocktail puisse convenir à tout le monde. Pour notre part, il nous a laissé partagé. Très partagé.

Critique : Frédéric Mignard

Franchise : Spider-Man, tous les films

Les sorties de la semaine du 3 juillet 2019

 

Spider-Man Far From Home, l'affiche définitive

Copyright 2019 Sony Pictures Releasing GmbH

x