Les vétos : la critique du film (2019)

Comédie dramatique | 1h32min
Note de la rédaction :
6.5/10
6.5
Les vétos affiche Clovis Cornillac

  • Réalisateur : Julie Manoukian
  • Acteurs : Clovis Cornillac, Carole Franck, Noémie Schmidt, Matthieu Sampeur
  • Date de sortie: 25 Déc 2019
  • Nationalité : Français
  • Scénario : Julie Manoukian
  • Distributeur : UGC Distribution
  • Editeur vidéo : UGC Vidép
  • Date de sortie vidéo : 1 mai 2020 (EST), 6 mai 2020 (VOD)
  • Box-office France / Paris-Périphérie : 641 498 entrées* / 71 048 entrées (*carrière interrompue en raison de la crise du coronavirus)
  • Budget : 6 500 000 €
  • Festival : Arras Film Festival 2019
  • Format : 2.35 : 1 / Dolby SR-SRD
Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Les Vétos est une énième comédie sur l’isolement rural. Plaisante mais prévisible, elle existe principalement grâce à son casting à la beauté de son décor naturel.

Synopsis : Au cœur du Morvan, Nico, dernier véto du coin, se démène pour sauver ses patients, sa clinique, et sa famille. Quand Michel, son associé et mentor, lui annonce son départ à la retraite, Nico sait que le plus dur est à venir. « T’en fais pas, j’ai trouvé la relève. » Sauf que… La relève c’est Alexandra, diplômée depuis 24 heures, brillante, misanthrope, et pas du tout d’accord pour revenir s’enterrer dans le village de son enfance. Nico parviendra-t-il à la faire rester ?

Noémie Schmidt et Clovis Cornillac au festival d'Arras

Noémie Schmidt et Clovis Cornillac au festival d’Arras (novembre 2019), photographiée par Claudine Levanneur – Crédit photo : Claudine Levanneur

Critique : Sans craindre une éventuelle lassitude du public, le cinéma continue de défricher le terrain des difficultés paysannes. Pour son premier long-métrage, Julie Manoukian s’engouffre dans cette mouvance socialement et écologiquement correcte et, armée d’un scénario trop gentiment ronronnant pour captiver vraiment, parvient néanmoins à nous faire sourire. Car si le problème de la désertification des campagnes reste effectivement un sujet grave, le ton adopté se veut léger.

Les Vétos, une histoire du terroir cousue de fil blanc

Dans ce beau village du Morvan entre campagne et forêt, les médecins autant que les vétérinaires se font rares. Nico et Michel ne chôment pas mais voilà que Michel (Michel Jonasz qui nous livre ici une prestation courte mais efficace), le plus âgé des deux, décide brutalement que pour lui, l’heure de la retraite a sonné. Pour le remplacer, il compte sur Alexandra, sa nièce, pleine des bons préceptes que ses études toutes fraîchement terminées lui ont inculqués et que la réalité du terrain risque de mettre rapidement à mal. D’autant que la vie à la campagne ne la séduit guère et que les villageois, peu prompts à accepter cette jeunesse inexpérimentée, ne font rien pour l’encourager. Nico, homme charismatique et apprécié de tous, aura fort à faire pour la persuader de rester et l’imposer aux habitants. Mais ici Nico fait office de héros moderne. Passionné par son travail, il est disponible à toutes les heures du jour et de la nuit au point de mettre en péril son équilibre familial. Au grand dam de son comptable, il lui arrive aussi d’accepter quelque menu présent en guise de paiement. Tous les ingrédients sont ainsi réunis pour composer une histoire cousue de fil blanc qui frôle souvent un manichéisme que l’on s’efforcera d’oublier au profit de la justesse de l’interprétation.

Photo de Noémie Schmidt

© 2018 – LES FILMS DU 24 – FRANCE 3 CINEMA – Roger DO MINH

Jovialité, humanité et bon casting pour contrebalancer les clichés

La force tranquille et la virilité assumée du talentueux Clovis Cornillac, pivot essentiel de ces péripéties agricoles, se mettent sans peine au service de ce personnage de vétérinaire « bien sous tous rapports ». Tel le chevalier blanc, il se fait le protecteur de la frêle (malgré un caractère bien trempé) jeune femme en butte aux esprits les plus obtus de cette contrée reculée à qui Noémie Schmidt (que l’on a déjà pu apprécier dans L’étudiante et Mr Henri d’Ivan Calbérac) communique une authenticité brute teintée d’une spontanéité adolescente. La touche humoristique est apportée par la toute jeune mais néanmoins épatante Juliane Lepoureau, craquante dans son obstination sans bornes à occuper le poste de stagiaire, tandis que Carole Franck, trop peu exploitée par le cinéma, campe une assistante dont la personnalité toute en nuance tranche agréablement avec le reste du casting.

Malgré quelques clichés faciles, la jovialité et l’humanité qui se dégagent de cette virée animalière en font le divertissement familial par excellence de ce début d’année.

Critique : Claudine Levanneur 

Sorties de la semaine du mercredi 1er janvier 2020

Sorties VOD de la semaine du 4 mai 2020

© 2018 – LES FILMS DU 24 – FRANCE 3 CINEMA – Roger DO MINH

 

 Sélectionné au Festival d’Arras 2019

Box-office :

Les vétos a un peu raté sa sortie avec 271 498 entrées, restant toutefois le meilleur démarrage de la première semaine de janvier 2020, devant Les filles du Dr March. Le résultat est loin d’être indigne, mais le film du terroir étant projeté dans 466 cinémas,  cela reste insuffisant pour le parer à une chute de 41% de sa fréquentation en deuxième semaine avec 145 744 entrées. Le long de Julie Manoukian se tient plutôt bien en 3e semaine (96 098) grâce à une tournée provinciale et 540 écrans.

En 5e semaine, à la fin du mois de janvier 2020, il en est réduit à 32 000 amis des bêtes dans 329 salles. Évidemment, quand le mois de mars arrive avec la crise du coronavirus, il n’en est plus qu’à 26 écrans pour sa 10e semaine. Il n’est pas directement impacté par la fermeture du cinéma, puisqu’il ne lui restait que quelques spectateurs à glaner pour finir sa course qui sera toutefois interrompue à l’issue de cette 10e et ultime semaine.

Avec 641 000 spectateurs en fin de carrière, Les vétos s’est assuré une carrière raisonnable et peut lever le menton. Il sortira en VOD le 6 mai.

Frédéric Mignard

Trailers & Vidéos

trailers
x
Les vétos affiche Clovis Cornillac

Bande-annonce des Vétos

Comédie dramatique

x