Late Night : la critique du film (2019)

Comédie | 1h42min
Note de la rédaction :
6,5/10
6,5
Late Night avec Emma Thomson, affiche française du film

Note des lecteurs

Comédie du verbe cinglant, Late Night confronte ancienne et jeune génération dans un spectacle souvent drôle qui fait aussi réfléchir sur les affres du temps qui passe. Séduisant, malgré une réalisation en berne.

Synopsis : Une célèbre présentatrice de « late show » sur le déclin est contrainte d’embaucher une femme d’origine indienne, Molly, au sein de son équipe d’auteurs. Ces deux femmes que tout oppose, leur culture et leur génération, vont faire des étincelles et revitaliser l’émission.

Un scénario en partie autobiographique de Mindy Kaling

Critique : Célèbre comique américaine d’origine indienne, Mindy Kaling est venue du stand-up avant d’acquérir une certaine célébrité grâce à son rôle dans la série télévisée The Office. Actrice, mais aussi scénariste, la jeune femme a décidé d’écrire un scénario sur ses premières années en tant qu’auteur d’un show télévisé. Seule femme – qui plus est issue de l’immigration – au cœur d’un pool de scénaristes masculins, elle en a tiré quelques jolies anecdotes.

Elle s’appuie également sur la confrontation entre son personnage de jeune femme aux dents longues et d’une femme d’autorité, sorte de mentor incarné par Emma Thompson. L’occasion pour l’actrice de revenir à ses premières amours puisqu’elle a débuté en Angleterre comme artiste de stand-up à la fin des années 80, comme en témoigne d’ailleurs une scène du film où on la découvre jeune face à un public hilare.

Portrait de Emma Thompson dans Late Night

© 2019 Emily Aragones

Le diable s’habille en Prada 2 ?

Tout le sel du long-métrage vient de cette confrontation entre une femme autoritaire particulièrement cassante et la fausse naïveté de la jeune arriviste. Ici, on marche vraiment sur les terres du Diable s’habille en Prada (Frankel, 2006) où Meryl Street maltraitait son personnel. La relation entre les deux femmes est d’ailleurs assez similaire, suivant à peu près le même parcours. On appréciera toutefois que le personnage incarné avec prestance par Emma Thompson ne change pas radicalement en cours de long-métrage. Certes, la femme d’un autre âge, fermée sur elle-même, finira par s’ouvrir au monde qui l’entoure et prendra davantage compte des autres, mais sa langue conserve jusqu’au bout une forme vipérine qui nous ravit.

Si Emma Thompson est formidable de bout en bout, Mindy Kaling a les épaules un peu fragiles face à la grande actrice britannique. Le reste du casting est également un peu fade, mais cela n’est pas trop gênant puisqu’ils doivent s’effacer face au monstre d’autorité incarné par Thompson.

Une confrontation des générations qui fait réfléchir

Sympathique de bout en bout, cette comédie permet de réfléchir sur le temps qui passe, sur ce que veut dire vieillir dans une société qui vous fait comprendre à chaque seconde qu’elle ne veut plus de vous. Alors qu’elle anime un show à vocation populaire, la présentatrice jouée par Emma Thompson ne peut se résoudre à suivre les goûts d’un public qu’elle ne comprend plus. Décalée par rapport à un monde qui ne voit plus qu’à travers les réseaux sociaux, elle ne peut accepter ces évolutions qu’elle ressent comme une régression. Le contact avec des gens d’une autre génération va lui permettre de retrouver un nouveau souffle.

Au passage, l’auteur en profite pour régler ses comptes avec une certaine Amérique qui fait et défait les réputations en un seul tweet. Elle n’est pourtant jamais agressive envers quelque catégorie que ce soit. Certes féministe, le long-métrage n’est jamais misandre, contrairement au récent Les Baronnes. De même, si la télévision poubelle est épinglée, Mindy Kaling ne condamne pas l’ensemble d’un média qui lui a permis de décoller.

Pour Emma Thompson, rien que pour elle!

Bien écrite, la comédie souffre tout de même d’un manque patent de réalisation. Nisha Ganatra (plusieurs comédies communautaires des années 2000 et beaucoup de séries télé au compteur) n’a pas fait beaucoup d’efforts pour mettre en valeur son propos et livre donc une mise en scène discrète, entièrement vouée à admirer ses actrices. C’est un peu léger, d’autant qu’elle n’évite pas non plus le piège de la standing ovation lors du final. On préférera se souvenir de l’aspect cinglant des répliques d’une comédie souvent drôle, parfois émouvante, et entièrement portée par son interprète d’exception, la grande Emma Thompson.

Le film sur le site du distributeur

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 21 août 2019

Late Night avec Emma Thomson, affiche française du film

© 2019 ARP Sélection

Trailers & Vidéos

trailers
x
Late Night avec Emma Thomson, affiche française du film

Bande-annonce de Late Night (VOSTF)

Comédie

x