La fille au bracelet : la critique du film (2020)

Drame, Thriller judiciaire, Remake | 1h36min
Note de la rédaction :
8/10
8
La fille au bracelet affiche du film de Stéphane Demoustier

  • Réalisateur : Stéphane Demoustier
  • Acteurs : Roschdy Zem, Anaïs Demoustier, Chiara Mastroianni, Mélissa Guers
  • Date de sortie: 12 Fév 2020
  • Nationalité : Français
  • Scénariste : Stéphane Demoustier (d'après le scénario de Acusada, de G. Tobal et U. Porra Guardiola)
  • Distributeur : Le Pacte
  • Editeur DVD : A suivre
  • Date de sortie vidéo : A suivre
  • Box-office France / Paris-Périphérie : A suivre
  • Classification : Tous publics
  • Remake de : Acusada de Gonzalo Tobal (2018)

Sous couvert de procès judiciaire, La fille au bracelet dissèque subrepticement les méandres de l’incommunicabilité entre une adolescente et le reste du monde et mesure l’ampleur du fossé entre les générations. 

Synopsis : Lise, 18 ans, vit dans un quartier résidentiel sans histoire et vient d’avoir son bac. Mais depuis deux ans, elle porte un bracelet car elle est accusée d’avoir assassiné sa meilleure amie.

Critique : Le film s’ouvre sur un plan de plage ensoleillée autour d’une famille unie. Instant furtif d’un moment heureux brutalement interrompu par l’arrivée de policiers venus interpeller une jeune fille. Avec l’impassibilité dont elle va faire preuve de bout en bout, Lise se laisse emmener devant ses parents incrédules. C’en est fini du bonheur familial. Lise est accusée d’avoir tué Flora, sa meilleure amie. Deux ans plus tard a lieu son procès aux assises.

Roschdy Zem et Chiara Mastroianni dans La Fille au bracelet

© Matthieu Ponchel pour Petit Film – Frakas Productions – France 3 Cinéma

Faites entrer l’accusée

Dès lors, tout se passera presque entièrement au cœur d’un huis clos judiciaire. Mais si le réalisateur s’attache à restituer au plus près l’atmosphère austère d’un procès, il observe aussi avec acuité les mœurs des adolescents d’aujourd’hui. Le scénario dont la précision flirte avec le documentaire accorde au spectateur la place idéale du juré. Il ne perd rien des avis des experts, des témoignages, des réquisitoires et surtout des plaidoiries passionnantes de l’avocate de la prévenue, une femme de caractère à qui Annie Mercier prête son expérience et son autorité mâtinée de bienveillance opposée au mordant de la vindicative jeune procureure aux dents longues, bien décidée à n’épargner personne, histoire d’affirmer haut et fort sa toute jeune magistrature. Belle occasion aussi de nous régaler d’une facette jusqu’alors inédite du talent d’Anaïs Demoustier, sœur cadette du réalisateur, jusque-là cantonnée à des rôles moins impétueux ! Quant à Pascal-Pierre Gabarini, avocat professionnel, sa jovialité et son sens des mots justes achèvent d’encadrer d’une réelle authenticité ce drame prégnant qui, sans jamais rien forcer, nous bouscule entre innocence et culpabilité.

Même si les preuves probantes font défaut, se met en place peu à peu le déroulement de cette funeste soirée. C’est ainsi que se dévoilent aux yeux de tous les aspects inattendus de la vie intime de Lise révélant des mœurs que l’on aurait qualifiées autrefois de légères mais que la jeune fille détaille spontanément. Elle n’est pourtant pas d’un naturel à se livrer. Le regard froid et détaché, la tête haute, la jeune Melissa Guers, dont c’est le premier rôle, fascine par sa capacité à ne laisser échapper aucun de ses sentiments et à faire de cette adolescente, murée entre silence et indifférence, un parfait objet de perplexité.

La fille au bracelet, remake d’un succès argentin

C’est finalement du point de vue des parents que s’observe cette quête de vérité. Sidérés, ils constatent que l’accusée de cette cour d’assises ressemble bien peu à cette enfant qu’ils ont élevée et à qui ils ont inculqué des valeurs qu’ils pensaient immuables et qui s’avèrent dépassées. Si Bruno le père (Roschdy Zem toute en dignité) ne doute pas de l’innocence de sa fille, il s’interroge sur ses éventuelles carences éducatives, tandis que la mère, (excellente Chiara Mastroianni) choisit de se protéger des éclats de cette douloureuse confrontation et se met en retrait. Cette difficile reconstitution les confronte à une multitude de questions sur la façon de vivre de ces adolescents dont ils comprennent qu’ils ignorent les codes.

Remake du film argentin Acusada, La fille au bracelet, dans sa construction habile, ne se contente pas de nous inviter à une visite détaillée du système judiciaire mais nous propose aussi une approche ingénieuse de la société vue à travers le regard désinhibé de la génération montante. Instructif et captivant !

Critique : Claudine Levanneur 

Sorties de la semaine du 12 février 2020

La fille au bracelet affiche du film de Stéphane Demoustier

Design : Le Cercle Noir pour Fidelio – © Matthieu Ponchel pour Petit Film – Frakas Productions – France 3 Cinéma

 

Trailers & Vidéos

trailers
x
La fille au bracelet affiche du film de Stéphane Demoustier

Bande-annonce de La fille au bracelet

Drame, Thriller judiciaire, Remake

x