Leo Anchóriz

Acteur, Scénariste
Tuez-les tous et revenez seul, l'affiche

Personal Info

  • Nationalité : Espagnol
  • Date de naissance : Le 22 septembre 1932 à Almería (Espagne)
  • Mort le : 17 février 1987 (54 ans) à Madrid

Biographie

Note des spectateurs :

Leo Anchóriz, de son vrai nom Leopoldo de Anchóriz Fustel, est un acteur et scénariste espagnol né à Almería le 22 septembre 1932. Après avoir étudié la peinture et travaillé sur des décors de théâtre, il commence une carrière cinématographique à la fin des années 50.

Après quelques petits rôles dans des comédies espagnoles, on verra Anchóriz dans des pepla et autres films d’aventure, tel Sandokan, le tigre de Bornéo (Lenzi, 1963). En 1964, il tourne dans un premier western américano-espagnol, Le chemin de l’or. Dès lors, le western va devenir son genre de prédilection. On le voit ainsi dans les deux volets des aventures des McGregors. Puis, en 1968, il tournera pour Enzo G. Castellari dans Tuez-les tous… et revenez seul. L’année suivante, il joue dans deux bons westerns, Les  quatre desperados et O cangaceiro. Citons enfin Mais qu’est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution ?, sympathique comédie zapata de Corbucci. En tout, l’acteur aura tourné une dizaine de westerns.

Outre des scenarii de séries télévisées, Anchóriz a contribué aux scripts de cinq films, dont le giallo Gli occhi freddi della paura (Castellari, 1971)

A partir des années 70, il se consacre davantage à la télévision. Il tournera dans un dernier western en 1975, la comédie Cipolla Colt d’Enzo G. Castellari, dont il a été un collaborateur récurrent. En 77, il arrête sa carrière d’acteur, et animera plus tard un quizz télévisé. Anchóriz est décédé le 17 février 1987, à l’âge de 54 ans, à Madrid.

Crédits affiche : © 1968 Fida Cinematografica – Centauro Films / Illustrateur affiche : Michel Landi © ADAGP Paris, 2020. Tous droits réservés.

Kevin Martinez

Filmographie sélective :

Acteur, longs métrages de cinéma :

  • 1961 : Le Gladiateur invincible (Il gladiatore invincibile), d’Alberto De Martino et Antonio Momplet
  • 1962 : Héros sans retour (Marcia o crepa), de Frank Wisbar
  • 1962 : Le Manoir de la terreur (Horror) d’Alberto De Martino
  • 1962 : Le Balcon de la lune (El balcón de la Luna), de Luis Saslavsky
  • 1963 : Persée l’invincible (Perseo l’invincibile), d’Alberto De Martino
  • 1963 : Casablanca, nid d’espions (Noches de Casablanca), de Henri Decoin
  • 1963 : Couple interdit (El juego de la verdad), de José María Forqué
  • 1963 : Sandokan, le tigre de Bornéo (Sandokan, la tigre di Mompracem), d’Umberto Lenzi
  • 1964 : Les Pirates de Malaisie (I pirati della Malesia), d’Umberto Lenzi
  • 1965 : Le Chemin de l’or (Finger on the Trigger), de Sidney W. Pink
  • 1965 : Humour noir (Umorismo in nero), de Claude Autant-Lara, José María Forqué, Giancarlo Zagni
  • 1966 : Sept Écossais du Texas (7 pistole per i MacGregor), de Franco Giraldi
  • 1967 : Sept Écossais explosent (7 donne per i MacGregor), de Franco Giraldi
  • 1968 : Aujourd’hui ma peau, demain la tienne (I tre che sconvolsero il West (Vado, vedo e sparo), d’Enzo G. Castellari
  • 1968 : Tuez-les tous… et revenez seul ! (Ammazzali tutti e torna solo), d’Enzo G. Castellari
  • 1969 : Les Quatre Desperados (Los desesperados), de Julio Buchs
  • 1970 : O Cangaceiro, de Giovanni Fago
  • 1972 : Mais qu’est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution ? (Che c’entriamo noi con la rivoluzione?), de Sergio Corbucci
  • 1973 : Les rangers défient les karatékas (Tutti per uno botte per tutti), de Bruno Corbucci
  • 1975 : Dites-le avec des oignons (Cipolla Colt), d’Enzo G. Castellari
x