The Wretched : la critique du film et le test blu ray (2020)

Horreur | 1h35min
Note de la rédaction :
6/10
6
The Wretched, cover VOD, Koba

  • Réalisateur : Drew T. Pierce Brett Pierce
  • Acteurs : John-Paul Howard, Piper Curda, Jamison Jones
  • Date de sortie: 02 Déc 2020
  • Nationalité : Américain
  • Titre original : The Wretched
  • Titres alternatifs : The Witch Next Door (Allemagne, Autriche), Madre Oscura (Espagne), Wiedźma (Pologne)
  • Scénaristes : Brett Pierce, Drew T. Pierce
  • Directeur de la photographie : Conor Murphy
  • Compositeur : Devin Burrows
  • Société de production : Cailleach Productions
  • Distributeur : Inédit en salle en France, IFC Midnight (USA)
  • Editeur vidéo : Koba Films (France), Vertigo Releasing (Royaume-Uni), IFC Independent Film (Etats-Unis)
  • Date de sortie vidéo : 2 décembre 2020 (DVD, Blu-ray & VOD, France), 11 août 2020 (Etats-Unis)
  • Box-office : 1 814 193 $ (Etats-unis), 4 339 050 $ (recettes globales mondiales), 412 981 $ (Espagne), 473 615 (Allemagne), 356 410 (Russie), 302 841 $ (Vietnam)
  • Festivals & Récompenses : Fantasia Film Festival 2019, Grimmfest (2 Prix), Molins Film Festival
  • Formats : 2.39:1 / Couleurs / 5.1
  • Classification : Film inédit en salle donc non passé par la commission de classification des films. L'éditeur indique une Interdiction aux moins de 12 ans à titre purement symbolique et indicatif.
  • Crédits : © 2020 IFC FILMS. All Rights Reserved. © 2020 Cailleach Productions
  • Illustrateur / designer : Cold Open
Note des spectateurs :
[Total : 1   Moyenne : 2/5]

Succès inattendu au box-office américain, The Wretched est un teen movie horrifique devant son salut à sa réalisation sérieuse et soignée. Toutefois, cette production IFC Films s’adresse essentiellement à un public adolescent. Passé l’âge du lycée, la série B se regarde sans déplaisir, mais s’oublie aussi vite.

Synopsis : Après la séparation de ses parents, Ben, adolescent rebelle, est envoyé chez son père pour l’été afin de gagner en maturité. Mais ses problèmes personnels deviennent de plus en plus inquiétants quand il fait une découverte effrayante sur la famille voisine : un esprit malveillant s’est emparé des parents et s’attaque aux enfants.

The wretched, photo 2

© 2019 Cailleach Productions

Critique : En cette année 2020 si compliquée pour le cinéma, quelques titres parviennent à tirer leur épingle du jeu. C’est le cas de The Wretched. Le film est resté pendant six semaines en tête du box-office américain grâce au succès rencontré dans les drive-in et à l’absence de concurrence de films de studio. Dans cette période de pandémie, la question légitime reste de savoir ce que vaut réellement cette série B, quand The Lodge nous avait vraiment séduits. Mais The Rental, autre carton estival dans les Etats-Unis coronavirussés, dans ce genre horrifique, nous avait laissés de marbre.

Un teen movie horrifique manquant d’originalité et lent à démarrer…

The Wretched est avant tout un petit film d’horreur destiné aux adolescents. Ce qui explique sans doute sa réussite commerciale avec sa diffusion dans les drive-in qui se sont imposés comme une alternative lors de la fermeture des chaînes de multiplexes en pleine saison estivale, censée être celle des blockbusters super-héroïques. Les frères Pierce, les deux coréalisateurs, ne font pas dans la dentelle et proposent un produit gentiment formaté pour le public visé. Ainsi, le principal protagoniste, Ben, vit mal le divorce de ses parents. Mais qu’il se rassure, il aura l’occasion de faire des rencontres. Sans coup férir, on a droit à l’habituelle fête avec feu de camp, à des jeux d’alcool, à des adolescents se chamaillant. Et puis évidemment Ben est le seul à voir l’entité qui rôde dans les parages, tapie dans l’ombre. On a déjà vu plus fin ou mieux dans le même genre (Vampire, …vous avez dit vampire?).

The wretched, photo 1

© 2019 Cailleach Productions

Dit comme cela, la caricature n’est jamais très loin. Et pour cause l’aspect teen movie handicape clairement le film. Ajoutons que le démarrage de The Wretched n’est pas franchement palpitant. La caractérisation des personnages et de leurs problèmes absorbe tout de même la première demi-heure.

Pour ne rien arranger, le film est bien souvent prévisible, y compris dans son twist final. Le manque d’originalité est criant. Dès lors, The Wretched ne serait donc que l’œuvre de cinéastes malins, brossant dans le sens du poil un public peu regardant sur la qualité. Pas totalement.

… Compensant ses défauts par un vrai savoir-faire

The wretched, photo 10

© 2019 Cailleach Productions

Il est évident que ce long métrage avance plusieurs grilles de lecture comme les excellents films indépendants It Follows ou plus récemment de The Endless, d’ailleurs édité par Koba Films. Pour autant, The Wretched peut se taguer de plusieurs qualités propres.

Sur le plan scénaristique, on constate que le monstre s’attache à faire disparaître la cellule familiale à laquelle il s’attaque. Le choix de ce croquemitaine est plutôt bien vu dans le sens où il rejoint, à sa façon, les atermoiements du personnage principal, cruellement esseulé. De la sorte, l’horreur et la réalité ne font plus qu’un.

Par ailleurs, même si ses références sont parfois trop appuyées – on songe notamment à Fenêtre sur cour auquel Vampire, …vous avez dit vampire? s’apparentait déjà beaucoup – le film entretient du mieux qu’il peut un certain mystère autour des agissements de cette entité démoniaque. D’autant qu’elle est capable de frapper à chaque instant.

Des effets spéciaux qui ont de la gueule

Autre fait notable : quelques scènes se révèlent plutôt efficaces, aidées il est vrai par des effets spéciaux probants. C’est le cas notamment de cette séquence remarquable au cours de laquelle l’entité sort d’un corps humain. Les fans de The Thing devraient apprécier. Une autre scène notable est tout simplement la séquence initiale du film. Au-delà de son efficacité, elle permet au spectateur de découvrir un superbe morceau électro pop, le remarquable Desire (lueur verte remix) de Joypopp.

En somme, The Wretched n’est rien d’autre qu’un teen movie avec les défauts inhérents à sa condition. Toutefois, il parvient en partie à se démarquer de la production courante par le sérieux de l’entreprise. Contrairement à ce que ses belles recettes allongent sur le papier, ce n’est pas le film de l’année 2020 ni même un jalon dans l’horreur, mais un produit à regarder tranquillement (confiné) chez soi, en VOD ou blu-ray. Historiquement, ce long métrage restera uniquement comme l’un des rares à avoir profité d’un box office sclérosé en raison de la Covid-19.

En bonus, les premiers couplets et le lien YouTube du morceau Desire, qui est pour le coup un vrai coup de cœur :

« Oh I wait to touch the sky
Til I’ll be by your side
Begging you to hold me tight
Til the break come down has come…« 

 

Test blu-ray de The Wretched

Compléments : 0/5

Des bonus inexistants. Koba Films se contente d’un « espace découverte » comprenant les bandes-annonces de quatre films qu’il édite en vidéo : The Endless, South Wind, Double face et L’accusé.
Au regard du succès inattendu du film, il aurait été pertinent d’effectuer un bonus à ce sujet. On songe à une interview des réalisateurs ou à un module dédié. En l’état, c’est tout de même bien dommage de n’avoir rien à se mettre sous la dent. Ce n’est pas ce qui manque des spécialistes du genre en France.

L’image : 4/5

L’image est excellente, tant dans les séquences diurnes du film que dans ses passages nocturnes. Cela permet d’ailleurs d’apprécier le beau travail effectué sur la photographie de The Wretched.

Le son : 3/5

Un DTS-HD master audio d’excellente tenue lui aussi, très bien réparti au niveau de l’espace. Le doublage français est tout à fait correct, même si comme d’habitude la VOSTF reste à privilégier.

Acheter le film sur le site de l’éditeur

Critique + test DVD : Nicolas Bonnes 

The Wretched, cover VOD, Koba

Design : Cold Open – © 2019 Cailleach Productions

Trailers & Vidéos

trailers
x
The Wretched, cover VOD, Koba

Bande annonce de The wretched

Horreur

x