Simetierre : la critique du film (1990)

Epouvante-Horreur | 1h43min
Note de la rédaction :
10/10
10
Simetierre 1989, l'affiche

  • Réalisateur : Mary Lambert
  • Acteurs : Dale Midkiff, Fred Gwynne, Denise Crosby, Brad Greenquist, Miko Hughes
  • Date de sortie: 17 Jan 1990
  • Nationalité : Américain
  • Titre original : Pet Sematary
  • Année de production : 1989
  • Scénario : Stephen King d'après son roman
  • Musique : Elliott Goldenthal
  • Distributeur : United International Pictures (UIP)
  • Editeur vidéo : Paramount Pictures (VHS, DVD, Blu-ray)
  • Sortie vidéo (blu-ray) : Le 24 avril 2019
  • Box-office France / Paris : 377 594 entrées / 83 018 entrées
  • Box-office USA : 57,4 M$
  • Budget : 11,5 M$
  • Classification : Interdit aux moins de 12 ans
  • Festival : Festival d'Avoriaz 1990 (Prix du Public)

Terrifiant et macabre, Simetierre est sans aucun doute l’une des meilleures adaptations d’un roman de Stephen King par la puissance d’évocation de ses images et son ambiance sombre.

Synopsis : Un couple et leurs deux jeunes enfants emménagent dans une petite bourgade américaine, le long d’une route où des camions ne cessent de passer à vive allure. En suivant un sentier non loin de leur demeure, ils découvrent un cimetière des animaux où les enfants de la région enterrent depuis des générations leurs compagnons à quatre pattes. Peu de temps après leur installation, leur chat meurt écrasé. Le père, sur les conseils d’un voisin, enterre la bestiole dans ce cimetière. Quelques heures plus tard, le matou est de retour parmi les vivants…

Un projet entièrement adoubé par Stephen King

Critique : Simetierre (1989) clôt avec brio une décennie entière vouée aux adaptations de l’œuvre de Stephen King. Le maître de l’épouvante, souvent déçu par le travail de metteurs en scène peu fidèles à l’esprit de ses livres, prend les choses en main et écrit lui-même le scénario de ce nouveau monument de terreur. Sur le papier, pourtant, le projet avait de quoi faire peur aux fans : pas de stars au générique, mais plutôt un casting qui fleure bon la série B, une réalisatrice novice dont le seul titre de gloire est d’avoir signé quantité de clips, notamment pour Madonna et enfin un nombre très réduit de protagonistes, supposant donc un minimum de morts. Mais les miracles existent au cinéma.

Simetierre 1989, jaquette du blu-ray

© 2019 Paramount Pictures. Tous droits réservés.

Dès les premières images, une sourde menace semble planer le long de cette route perdue au milieu de nulle part. Alors que la réalisatrice présente longuement ses personnages, le spectateur a déjà la gorge nouée, emporté qu’il est par une ambiance torve et une diabolique musique d’Elliot Goldenthal. Son thème évoque d’ailleurs les meilleures compositions d’horreur des années 70 avec ses ritournelles enfantines mêlées à des chœurs angéliques contrastant sérieusement avec les images proposées. Peu à peu, le film se putréfie devant nos yeux ébahis. Au fur et à mesure que ce jeune couple s’enfonce corps et âme, nous tremblons pour eux, témoins impuissants de leur descente littérale aux enfers.

Un poème macabre qui nous confronte à nos peurs les plus primales

Mené de main de maître par une Mary Lambert qui ne retrouvera jamais cet état de grâce par la suite – une série de navets infâmes dont l’indigne Simetierre 2 (1992) – ce poème macabre oblige le spectateur à affronter ses peurs les plus viscérales : celle de sa propre mort, et surtout celle de ses proches.

D’une imparable efficacité, notamment grâce à une bande-son flippante à souhait, Simetierre parvient à effrayer sans avoir recours aux gros effets habituels. La simple présence de ce chat d’outre-tombe, ou encore la proximité de ce lieu sorti de l’enfer suffisent à provoquer la peur. Les acteurs, tous issus de la série B et destinés à une longue carrière télévisuelle, sont dans l’ensemble convaincants, mais c’est Miko Hugues – revu aux côtés de Bruce Willis dans Code Mercury (Harold Becker, 1998) -, du haut de ses trois ans, qui emporte notre complète adhésion. Totalement craquant au début du film, il est également parfait en tueur impitoyable.

Un film puissant sur notre rapport à la mort

Sans en avoir l’air, Stephen King s’interroge sur les rapports troubles que l’être humain entretient avec la mort. Objet de fascination, comme de répulsion, elle contamine notre existence et n’a pas la même signification en fonction du point de vue. Soit rejetée (le père qui refuse celle de son fils), soit espérée (la mère a souhaité celle de sa sœur malade), elle laisse toujours chez les vivants un terrible sentiment de culpabilité. Jouant avec ce paradoxe, King et Lambert mettent à mal les croyances de chacun et terminent leur chef-d’œuvre par un baiser macabre d’anthologie. Car à la fin, c’est toujours la mort qui l’emporte.

Sorti avec succès aux Etats-Unis, Simetierre n’a pas eu le même destin en France où sa carrière s’est majoritairement déroulée en province. Sur Paris, ils ne furent que 83 018 valeureux spectateurs à faire le déplacement et ceci malgré une exposition au festival d’Avoriaz où le film a glané le Prix du public. Pourtant, le métrage a progressivement acquis une jolie réputation de classique du film d’horreur des années 80, ce qu’il mérite amplement. Notons également la présence d’un récent remake qui n’apporte strictement rien de neuf si ce n’est une trahison manifeste du roman et du film original.

Edité en blu-ray à l’occasion de la sortie de son piteux remake, Simetierre a même bénéficié d’une magnifique remasterisation en 4K Ultra-HD supervisée par Mary Lambert elle-même. Avec des couleurs ravivées, des contrastes dantesques et une précision chirurgicale de l’image, le spectateur pourra pleinement redécouvrir le long-métrage, dans toute sa splendeur, confirmant ainsi son statut d’œuvre-phare de la fin des années 80.

Acheter le blu-ray

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 17 janvier 1990

Simetierre 1989, l'affiche

© 1989 Paramount Pictures. Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

trailers
x
Simetierre 1989, l'affiche

Bande-annonce de Simetierre (VO)

Epouvante-Horreur

x