Donne-moi des ailes : la critique du film (2019)

Aventure, Familial | 1h53min
Note de la rédaction :
7/10
7
Affiche du film Donne-moi des ailes, de Nicolas Vanier

Donne-moi des ailes est un voyage plein de bons sentiments et de beaux paysages destiné à voler au secours des oies sauvages menacées d’extinction.

 Synopsis : Christian, scientifique visionnaire, étudie les oies sauvages. Pour son fils, adolescent obnubilé par les jeux vidéo, l’idée de passer des vacances avec son père en pleine nature est un cauchemar. Pourtant, père et fils vont se rapprocher autour d’un projet fou : sauver une espèce en voie de disparition, grâce à l’ULM de Christian ! Commence alors un incroyable et périlleux voyage…

Critique : Spécialiste des grands espaces et ardent défenseur de la nature, celui qui en 2013 porte à l’écran la série mythique Belle et Sébastien, puis quatre ans plus tard rend un vibrant hommage à sa Sologne natale avec L’école buissonnière excelle à construire des œuvres formatées et un peu convenues qui lui attirent inévitablement les moqueries des plus sceptiques. Même si une fois encore l’intérêt cinématographique de Donne-moi des ailes reste mince, il est cependant difficile de résister à l’appel de haute volée de ces immensités sauvages magnifiquement filmées et au plaidoyer écologique qui les accompagne.

 Nicolas Vanier s’inspire de l’incroyable histoire de Christian Moullec (qui a déjà fait l’objet d’un livre écrit par Nicolas Vanier lui-même), un passionné de nature devenu scénariste pour les besoins du film. Juché sur un ULM, celui-ci fait le pari fou de montrer un nouvel itinéraire de migration aux oies désormais perturbées par les incessants obstacles présents sur les routes migratoires qu’elles empruntent depuis toujours. Notre réalisateur, amateur de destins hors du commun saisit alors cette occasion de puiser à nouveau dans des thématiques qui lui sont chères pour dresser le portrait d’un homme engagé dans un combat qu’il entend bien transmettre aux générations futures.

Car Donne-moi des ailes suit parallèlement le parcours d’un adolescent qui va progressivement s’ouvrir à une nouvelle vie au contact de la nature. Ses parents vivent séparés. Pour les vacances et bien contre son gré, sa mère (Mélanie Doutey) l’envoie chez son père, un original mi-poète mi-scientifique, plein d’une naïveté touchante à qui Jean-Paul Rouve prête son éternelle allure de grand enfant. Il a fui la fureur de la ville pour s’installer dans ce coin de Camargue perdu, uniquement préoccupé par l’observation des oiseaux qui nichent près de chez lui. Une retraite qui n’enchante guère le jeune garçon plus intéressé par les jeux vidéo que par la beauté naturelle des environs. Contre toute attente, l’enthousiasme de son père finit par le contaminer.

Louis Vazquez dans Donne-moi des ailes

Donne-moi des ailes, de Nicolas Vanier.
© SND, tous droits réservés. Photo : Philippe Petit.

Si l’intrigue ne surprend guère (on en devine bien vite l’issue), les péripéties de ce voyage ailé, unissant dans une même foi animaux et humains, captent aisément l’attention par sa magnificence et sa diversité d’images qui nous transportent au-dessus de la terre de la Camargue aux pays scandinaves. Une galerie de personnages policés et à la méchanceté si caricaturale qu’elle fait gentiment sourire, se fait le témoin de la diatribe contre l’inefficacité des différents gouvernements européens, toujours plus prompts à légiférer ou à taxer qu’à s’intéresser réellement aux possibles solutions écologiques. Quant aux comédiens principaux, ils apportent la part d’humanité qui n’est jamais absente des films de notre explorateur au grand cœur. Si la complicité, gage d’un jeu fluide, est évidente entre Jean-Paul Rouve et Mélanie Doutey, elle devient magique entre le jeune Louis Vasquez, dont c’est le premier rôle cinématographique et son papa de cinéma.

420 millions d’oiseaux ont disparu du ciel européen ces trente dernières années. Les études montrent que cette hécatombe n’est pas terminée. Il est donc plus qu’urgent de  lutter contre la disparition de la faune et l’assèchement des ressources. Si le cinéma reste sans conteste l’un des vecteurs les plus puissants pour véhiculer de tels messages, Nicolas Vanier, grâce à sa notoriété et à l’écoute qu’il mobilise, a réussi à associer à son combat bon nombre d’institutions, dont, entre autres, la ligue pour la protection des oiseaux, le conservatoire du littoral, le Muséum d’histoire naturel et même le ministère de l’éducation nationale. Fort de ces appuis, il s’apprête avec Christian Moullec à diriger plusieurs centaines d’oiseaux de Laponie vers des zones refuges. On ne peut que s’associer à sa démarche qui constitue de vraies raisons de croire en un avenir meilleur.

Critique : Claudine Levanneur 

Sorties de la semaine du 9 octobre 2019

 

Affiche du film Donne-moi des ailes, de Nicolas Vanier

Affiche du film Donne-moi des ailes, de Nicolas Vanier.
Conception Graphique © SND, tous droits réservés. Photos : Philippe Petit. Design : Laurent Pons Troika

Trailers & Vidéos

trailers
x
Affiche du film Donne-moi des ailes, de Nicolas Vanier

Bande-annonce de Donne-moi des ailes

Aventure, Familial

x