Debout les femmes ! : la critique du film (2021)

Documentaire social | 1h25min
Note de la rédaction :
8/10
8
Debout les femmes !

  • Réalisateur : Gilles Perret François Ruffin
  • Date de sortie: 13 Oct 2021
  • Année de production : 2021
  • Nationalité : Français
  • Titre original : Debout les femmes !
  • Titres alternatifs : Those who care (International)
  • Scénaristes :
  • D'après l'œuvre de :
  • Directeur de la photographie : Gilles Perret
  • Monteur : Cécile Dubois
  • Compositeur : Alexandre Lecluyse, Léon Rousseau
  • Producteurs : Thibault Lhonneur
  • Sociétés de production : Les 400 Clous
  • Distributeurs : Jour2Fête, Les 400 Clous
  • Distributeur reprise :
  • Date de sortie reprise :
  • Editeur vidéo :
  • Date de sortie vidéo :
  • Box-office France / Paris-Périphérie :
  • Box-office nord américain / monde :
  • Budget :
  • Rentabilité :
  • Classification : Tous publics
  • Formats :
  • Festivals et récompenses : Prix du Public au Festival International du Film Grolandais de Toulouse (FIFIGROT, 2021)
  • Illustrateur / Création graphique : © Tous droits réservés / All rights reserved
  • Crédits : © Tous droits réservés / All rights reserved
Note des spectateurs :

Dans cette croisade pour la reconnaissance des métiers féminins oubliés, François Ruffin et Gilles Perret ne manquent ni d’humour, ni d’humanité.

Synopsis : « Mais qui m’a mis cette tête de con ? » Ce n’est pas le grand amour entre le député En Marche ! Bruno Bonnell et l’insoumis François Ruffin. Et pourtant… C’est parti pour le premier « road movie parlementaire » à la rencontre des femmes qui s’occupent de nos enfants, nos malades, nos personnes âgées. Ensemble, avec ces invisibles du soin et du lien, ils vont traverser confinement et couvre-feu, partager rires et larmes, colère et espoir. Ensemble, ils vont se bagarrer, des plateaux télés à la tribune de l’Hémicycle, pour que ces travailleuses soient enfin reconnues, dans leur statut, dans leurs revenus. Et s’il le faut, ils réinventeront l’Assemblée…

François Ruffin orateur de premier plan à l’écran

Critique : Depuis plusieurs années, le cinéaste Gilles Perret souhaitait filmer au cœur de l’Assemblée nationale le journaliste et coréalisateur François Ruffin devenu député. Pourtant, se consacrer à un décor certes fastueux mais sans âme ne l’enthousiasmait guère. L’arrivée d’une mission parlementaire tournée vers les métiers du lien lui en fournit l’occasion, puisqu’il sera question de défendre les conditions de travail et de salaires de ces âmes charitables toutes dévouées aux autres.

Et puisque charité bien ordonnée commence par soi-même, le documentaire démarre par les images d’un François Ruffin orateur convaincu et convaincant. Car s’il n’hésite pas à se réserver la première place à l’écran, il ne manque ni de courage ni d’implication pour faire émerger les lois nécessaires à l’amélioration du sort des moins bien lotis que sont les agents d’entretien, les auxiliaires de vie sociale, les aides à domicile ou les accompagnantes aux services d’enfants handicapés. Tributaires de contrats à temps partiel aux horaires infernaux, mal rémunérées, ces femmes (car ces métiers sont presque toujours exercés par elles) sont condamnées à vivre dans la précarité et le manque de reconnaissance.

Gilles Perret et François Ruffin dans Debout les femmes !

Debout les femmes – ®Gilles Perret © Les 400 Coups

Un road movie aux rencontres étonnantes

Affublé de l’un de ses pires ennemis politiques, notre député se met donc en route pour aller s’enquérir des réalités, de préférence dans sa région (Nord Normandie et Picardie) afin de proposer ensuite une loi adéquate. Un sujet sérieux, qui n’empêche ni la légèreté, ni la jovialité. Prouvant qu’en politique, les oppositions peuvent être fécondes, la cohabitation inavouable entre Bruno Bonnell, estampillé République en marche, symbole du dirigeant de startup, et François Ruffin, député de La France insoumise, dessine les prémices d’un désir d’unité inattendu, et prend l’allure d’une joyeuse camaraderie encore plus inespérée. Contre toute attente et parce que derrière le cynisme du politique, se cache parfois un père de famille meurtri, leur entente se révèle constructive et cordiale.

Se dévide alors une série de témoignages qui, s’ils s’avèrent répétitifs, font naître un immense sentiment d’admiration et de respect pour ces femmes débordantes de chaleur humaine. Malgré la fatigue et le manque d’argent, ces dernières expriment leur joie d’être utiles, leur satisfaction à répandre des ondes de bonheur autour d’elles, sentiments confirmés fort à propos par les affectueux couplets de La tendresse fredonnée par Bourvil.

Hommage émouvant aux premières de corvée

La pandémie de Covid-19 s’invitant au beau milieu du film, Debout les femmes ! en profite pour rappeler combien ces métiers, aux mains de gens de bonne volonté, sont indispensables à la structure du pays. Aux promesses d’Emmanuel Macron s’engageant, au soir du premier confinement, à fournir à ces soldats exposés tout le matériel qui leur est dû, s’opposent les images d’une infirmière confectionnant elle-même des surblouses.

Un peu loin, une assistante responsable d’un enfant handicapé explique que, livrée à elle-même, sans formation, elle a appris sur le tas au contact de son petit protégé. Elle ajoute également que son responsable hiérarchique a souhaité contrôler ses propos avant de lui accorder l’autorisation de participer à cette mission parlementaire. De la même manière, les femmes de ménage de l’Assemblée nationale n’acceptent de témoigner qu’à visage caché, de peur de perdre leur emploi. Enfin, la casse systématique du texte de loi de Ruffin lors de son passage en commission vient compléter cette somme d’exemples révoltants destinés à démontrer l’orchestration d’une injustice sociale impudemment entretenue.

Debout les femmes, photo

Debout les femmes ®Gilles Perret © Les 400 Coups

Debout les femmes ! convie aussi la fiction au documentaire

Délaissant son format documentaire pour prendre la forme d’une fiction, le film se teinte pourtant d’espoir avec ce tableau bouleversant de fraternité. Toutes les femmes unies par ce lien social qu’elles entendent bien continuer à tisser et  la détermination à se faire entendre se rassemblent dans l’Hémicycle et, debout, d’un même chœur entonnent un chant de révolte.

Si la parole leur est enfin donnée, les questions restent entières : pourquoi ces métiers, essentiels, sont-ils sans statut, et sous-payés ? Pourquoi ces femmes n’ont-elles que des salaires de misère et des vies de galère ? Messieurs les politiques, les réponses vous appartiennent.

Claudine Levanneur

Sorties de la semaine du 13 octobre 2021

Debout les femmes !

Affiche © Ludovic Rio

Trailers & Vidéos

trailers
x
Debout les femmes !

Debout les femmes !

Documentaire social

x