Braquage final : la critique du film (2021)

Action, Thriller, Film de casse | 1h58min
Note de la rédaction :
6/10
6
Braquage final, affiche VOD

  • Réalisateur : Jaume Balagueró
  • Acteurs : Emilio Gutierrez Caba, Famke Janssen, Freddie Highmore, Astrid Bergès-Frisbey, Sam Riley, Liam Cunningham, José Coronado, Luis Tosar
  • Date de sortie: 30 Avr 2021
  • Nationalité : Espagnol, Britannique
  • Titre original : Way Down
  • Titres alternatifs : The Vault (USA, UK) / Assalto à Casa-Forte (Portugal) / Asalto a la casa de moneda (Mexique) / Crime Game (Allemagne) / Assalto ao Banco da Espanha (Brésil)
  • Année de production : 2021
  • Scénariste(s) : Rowan Athale, Michel Gaztambide, Borja Glez. Santaolalla, Andres Koppel et Rafa Martínez
  • Directeur de la photographie : Daniel Aranyó
  • Compositeur : Arnau Bataller
  • Société(s) de production : Ciudadano Ciskul, El Tesoro de Drake AIE, Telecinco Cinema, Think Studio
  • Distributeur (1ère sortie) : Film inédit en salles en France. La date ci-dessus est celle de la sortie VOD française.
  • Distributeur (reprise) : -
  • Date de reprise : -
  • Éditeur(s) vidéo : TF1 Studios
  • Date de sortie vidéo : -
  • Box-office France / Paris-périphérie : -
  • Box-office nord-américain : -
  • Budget : -
  • Rentabilité : -
  • Classification : -
  • Formats : 2.39 : 1 / Couleurs
  • Festivals et récompenses : -
  • Illustrateur / Création graphique : © Diego Lopez Calvin (photographies du film)
  • Crédits : TF1 Studios
Note des spectateurs :

Classique film de casse, Braquage final remplit toutes les cases du genre, sans démériter, mais également sans originalité. Un bon produit fait pour divertir.

Synopsis : Coupe du monde de football 2010. Un brillant étudiant britannique s’envole pour l’Espagne afin de mettre son plan à exécution, à savoir cambrioler une banque ultra-protégée.

Balagueró se lance dans le film de casse

Critique : Grand spécialiste du film horrifique ibérique avec des œuvres aussi marquantes que La secte sans nom, [REC] et Fragile, Jaume Balagueró semble toutefois se chercher depuis le milieu des années 2010. Après avoir lamentablement raté [REC] 4 : Apocalypse (2014) et Muse (2017), le réalisateur paraît avoir fait le tour d’un genre auquel il ne croit plus vraiment. Avec Braquage final (2021), il s’inscrit dans le sous-genre très codifié du film de casse qui a repris du poil de la bête depuis le triomphe international de la série Casa de Papel.

Braquage final, photo d'exploitation

© 2021 Ciudadano Ciskul – ESCine Español – El Tesoro de Drake AIE / Photographie : © Diego Lopez Calvin. Tous droits réservés.

Toutefois, il est inutile d’attendre la moindre originalité dans le traitement du sujet proposé ici, à savoir le cambriolage hautement improbable de la Banque d’Espagne, considérée comme l’établissement le plus protégé du monde. Le seul ajout vraiment intéressant vient du contexte de la Coupe du monde de football de 2010 qui offre aux malfrats une parfaite diversion pour leur méfait. Jaume Balagueró ne cherche même pas à adopter une narration tortueuse et s’en tient à raconter chaque étape de son histoire chronologiquement : l’origine du bien à dérober, la constitution d’une équipe de baroudeurs, l’élaboration du plan, le casse proprement dit et ses conséquences. Balisé de bout en bout, Braquage final n’offre donc rien de plus que ce que le spectateur est en droit d’attendre du genre : un divertissement calibré qui fait passer le temps durant deux heures où le suspense est plutôt bien entretenu.

Une réalisation efficace qui fait le job

Comme toujours, Jaume Balagueró emballe le produit avec talent, lorgnant vers les réalisations américaines en matière de découpage, tout en faisant virevolter sa caméra afin qu’elle s’infiltre dans tous les recoins de la banque. Si les personnages ne sont jamais approfondis et correspondent tous à des archétypes bien connus (le chef charismatique, le petit génie de l’informatique, la jolie môme qui en a, les gros bras), ils sont incarnés par de bons acteurs. On saluera l’autorité naturelle de Liam Cunningham, les présences efficaces des acteurs espagnols José Coronado et Luis Tosar. Face à eux, Freddie Highmore manque clairement de personnalité, mais cela correspond plutôt bien à son rôle de petit génie de l’ingénierie qui va devoir s’affirmer dans un groupe constitué de mâles à l’ancienne.

Bien entendu, Balagueró cite ses classiques – et même explicitement Ocean’s Eleven (2001) de Soderbergh – et ne s’embarrasse pas de crédibilité quant à la faisabilité du casse en question. Comme souvent avec ce sous-genre, le cinéaste doit parvenir à la suspension d’incrédulité pour que l’ensemble fonctionne. Sans être un chef-d’œuvre ou même un incontournable, Braquage final arrive à divertir de manière sympathique et sans prendre le spectateur pour un imbécile, sur une durée de deux heures. La mission est donc accomplie.

Une exclusivité Canal+ en France

Sorti en salles sur de nombreux territoires, Braquage final n’a eu le droit en France qu’à une diffusion en exclusivité sur la chaîne cryptée Canal+. Même si Balagueró signe toujours des plans destinés au cinéma, on imagine de toute façon le peu d’impact d’un tel produit balisé en salles en France.

Critique de Virgile Dumez

Voir le film en VOD

Braquage final, affiche VOD

© 2021 Ciudadano Ciskul – ESCine Español – El Tesoro de Drake AIE. Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

trailers
x
Braquage final, affiche VOD

Bande-annonce de Braquage final (VF)

Action, Thriller, Film de casse

x