American Nightmare 5 Sans limites : la critique du film (2021)

Thriller, Western horrifique | 1h43min
Note de la rédaction :
5/10
5
American Nightmare 5 Sans Limites (Forever Purge), affiche

  • Réalisateur : Everardo Gout
  • Date de sortie: 04 Août 2021
  • Année de production : 2020
  • Nationalité : Américain
  • Titre original : The Forever Purge
  • Acteurs : Ana De La Reguera, Gregory Zaragoza, Tenoch Huerta, Susie Abromeit, Edward Gelhaus, Kat Smith, Leven Rambin, Liliana Gonzalez, Joshua Dov, Sammi Rotibi, Anthony Molinari, Josh Lucas, Will Patton, Cassidy Freeman, Veronica Falcon, Alejandro Edda, Antwan Eilish, Brett Edwards, Erin Dinsmore, Gary Nohealii, Patrick Millin, Keenan Henson
  • Scénaristes : James Demonaco
  • D'après le film original de : James DeMonaco
  • Directeur de la photographie : Luis David Sansans
  • Monteurs : Tim Alverson, Todd E. Miller, Vincent Tabaillon
  • Compositeur : The Newton Brothers
  • Producteurs : Michael Bay, Jason Blum, James DeMonaco, Andrew Form, Brad Fuller, Sébastien K. Lemercier, James Moran (coproducteur), Jennifer Scudder Trent (coproductrice), (coproducrice)...
  • Sociétés de production : Universal Pictures, Blumhouse Productions, Perfect World Pictures, Platinum Dunes, Man in a Tree
  • Editeur vidéo : Universal Vidéo
  • Date de sortie vidéo : -
  • Box-office France / Paris-Périphérie : -
  • Box-office nord américain / monde : 42 722 600$ / -
  • Budget : 18 000 000$
  • Rentabilité : -
  • Classification : Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
  • Formats : 1.85 : 1 / Couleur /
  • Festivals et récompenses :
  • Illustrateur / Création graphique : © Tous droits réservés / All rights reserved
  • Crédits : © 2021 Universal Studios. Tous droits réservés / All rights reserved
  • Franchise : Cinquième volet de la franchise American Nightmare
Note des spectateurs :

American Nightmare 5 est le maillon faible de la franchise de séries B. Moins furieuse, moins féroce, et pourtant politiquement pertinente.

Synopsis : Adela et Juan, trouvent du réconfort dans un ranch texan après avoir fui un cartel de drogue au Mexique. Mais les choses tournent mal quand ils sont pris pour cible par un groupe de « Purgeurs » masqués qui refuse d’abandonner le combat.

American Nightmare 5 : toujours d’actualité après un an passé dans les tiroirs de son distributeur

Critique : Sorti avec un été de retard en raison de la crise de la Covid-19, American Nightmare 5 appartient à une saga phénoménale dans ses résultats constants au box-office, produite par Jason Blum, Michael Bay et Universal, et créée par le réalisateur James DeMonaco. On ne s’en est jamais lassé, tant elle s’est toujours avérée hargneuse, viscérale, et politique.

Josh Lucas est à fond dans American Nightmare 5

Josh Lucas dans American Nightmare 5 © 2021 Universal Studios

Dans une Amérique de dystopie réaliste où l’État central a instauré un jour de purge annuelle qui pare le citoyen du droit de tuer, pour se débarrasser des parasites, marginaux et autres indésirables de la société, American Nightmare (donc The Purge en version originale) a suscité le malaise. Le premier film opus était un survival domestique qui laissait entrevoir une critique sociale efficace, développée par les épisodes à venir. Ainsi les favorisés du huis clos originel se bunkérisaient et se protégeaient des revanchards assoiffés de sang quand les miséreux des épisodes suivants, inutiles à la société, devenaient les proies faciles de cette chasse à l’homme.

Les purgeurs d'American Nightmare 5

American Nightmare 5 © 2021 Universal Studios

Anarchie, insurrection et chaos : une Amérique bien réelle

La série s’est donc fait l’écho d’une société américaine du chaos, révélant par le prisme artistique la montée des conservatismes, du racisme à l’égard des personnes des ghettos, des Afro-américains et, ici, dans ce cinquième numéro, des Latinos. C’est toute l’ascension fulgurante de l’Amérique paranoïaque et complotiste de Trump qui a été dépeinte, préfigurant brillamment l’assaut du Capitole de janvier 2021 dont le Parti républicain, sous influence, refuse toujours de juger le vrai responsable politique de l’insurrection historique, l’ancien résident de la Maison-Blanche.

Dans Forever Purge, Sans limites en VF, la guerre civile a ouvertement été déclarée par des purgeurs qui décident de ne pas s’arrêter aux vingt-quatre heures légales ; ils réalisent une sédition politique par l’assassinat et le massacre d’innocents, dans l’État du Texas, mais l’Amérique s’embrase progressivement. Cette idée qui renvoie d’une certaine façon à la guerre de Sécession du XIXe siècle, est effectivement la dernière trouvaille de James DeMonaco pour flouter le rapport ambigu entre fiction et réalité.

Les purgeurs, anti-migrants, anti-patrons, anti-tout, sont la réminiscence d’une Amérique scindée en deux, totalement irréconciliable. Une nation perdue entre complotisme bêta et progressisme béat, qui se déchire intellectuellement, moralement, sur le plan des valeurs, redéfinissant le peu de choses qu’ils ont en commun, l’Histoire. Été 2021, le non à la vaccination et au masque sont encore le cheval de bataille des États conservateurs pro-Trump et cette actualité brûlante donne encore plus de caractère à American Nightmare 5, tristement en avance sur l’Histoire.

Josh Lucas dans American Nightmare 5 (photo)

Josh Lucas dans American Nightmare 5 © 2021 Universal Studios

Un spectacle de série B moins jubilatoire

En tant que série B latina, American Nightmare 5 poursuit l’exercice de clairvoyance de ses prédécesseurs et s’avère être un cours d’Histoire par la métaphore de l’horreur perspicace. On apprécie d’ailleurs la trame d’une Amérique monstre qui voit ses meilleurs éléments contraints à l’exil et à la migration vers le Mexique pour échapper au massacre par les insurgés. L’arroseur arrosé ? Le retour de manivelle, avec une situation qui paraît pacifique au Mexique face à l’anarchie américaine, est ironique, voire tragique quand on transpose l’intégrisme rampant de la société étasunienne actuelle à celle du film.

Les purgeurs du Texas dans American Nightmare 5

American Nightmare 5 © 2021 Universal Studios

En revanche, en tant que spectacle de série B, le survival satisfait moins. Avec une réalisation sans allant par Everardo Gout, dont Días de Gracia ne nous avait pas impressionnés, le film se perd souvent entre dans l’action pure et balourde (celle des excès de flingues des États armés du Sud), gérée sans trop d’innovation, et le western poussiéreux. Cette tendance rend le thriller moins sombre et tendu que prévu. Le bémol artistique est dû à un casting plus fluctuant, à l’exception de Josh Lucas, certes, parfois caricatural dans le jeu, mais plus professionnel. Les autres acteurs peinent à susciter l’empathie et génèrent l’indifférence de leur transparence quand la réussite première de ce type d’œuvre doit surtout passer par des incarnations fortes.

In fine, loin d’être mauvais, American Nightmare 5 :  Sans limites a des choses à signifier et nous laisse aspirer à un chapitre post-insurrection… mais avec de nouveaux protagonistes, por favor.

Frédéric Mignard

Les sorties de la semaine du 4 août 2021

American Nightmare 5 Sans Limites (Forever Purge), affiche

© 2021 Universal Studios

Trailers & Vidéos

trailers
x
American Nightmare 5 Sans Limites (Forever Purge), affiche

Bande-annonce de American Nightmare 5

Thriller, Western horrifique

Extrait de American Nightmare 5

Making-of d'American Nightmare 5

x