2001: L’odyssée de l’espace : la critique du film (1968)

Science-fiction | 2h21min
Note de la rédaction :
10/10
10
Affiche originale de 2001 : l'odyssée de l'espace

  • Réalisateur : Stanley Kubrick
  • Acteurs : Keir Dullea, Gary Lockwood, William Sylvester, Margaret Tyzack
  • Date de sortie: 27 Sep 1968
  • Nationalité : Britannique, Américain
  • Titre original : 2001: A Space Odyssey
  • Scénario : Stanley Kubrick, Arthur C. Clarke
  • Distributeur : Warner Bros. France
  • Éditeur vidéo (DVD, Blu-ray) Warner Bros Entertainment
  • Date de sortie vidéo : 3 octobre 2001 (DVD), 12 décembre 2007 (blu-ray), 7 novembre 2018 (Ultra HD - 4K)
  • Box-office France / Paris-Périphérie : 3 267 718 entrées / 1 132 973 entrées (première sortie) - 9 025 (1995) - 1 809 (1996) - 109 635 (2001) - 27 032 (2018)
  • Box-office USA (nord-américain) : 56 715 371$
  • Classification : Tous publics
  • Récompenses : Oscars 1969 : Meilleurs effets spéciaux - BAFTA 1969 : Meilleurs décors, Meilleure photo, Meilleur son
  • Crédit visuels : Illustration 1968 © Robert McCall - Copyrights : 1968 Turner Entertainment Co. - © Warner Bros
  • Dates de reprises : 10 mai 1995, 12 juin 1996, 7 mars 2001, 13 juin 2018
Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

2001: L’odyssée de l’espace, sommet de la science-fiction et de l’histoire du cinéma, est un modèle du genre, inégalé à ce jour.

Synopsis : À l’aube de l’Humanité, dans le désert africain, une tribu de primates subit les assauts répétés d’une bande rivale, qui lui dispute un point d’eau. La découverte d’un monolithe noir inspire au chef des singes assiégés un geste inédit et décisif…

Le pouvoir du monolithe

Critique : C’est peu dire que les superlatifs n’ont pas manqué pour qualifier cette incursion de Stanley Kubrick dans la science-fiction. Accueilli tièdement à sa sortie, le film a progressivement acquis le statut d’œuvre culte figurant dans les classements des meilleures de tous les temps, avec Citizen Kane ou Vertigo. Inspiré d’une nouvelle d’Arthur C. Clarke qui a collaboré à l’adaptation, 2001: L’odyssée de l’espace frappe par sa narration intrigante, un découpage en quatre segments structurant le récit axé autour des effets d’un monolithe, des premiers temps de la Préhistoire à un monde futuriste. L’aube de l’humanité relate les déboires d’une tribu d’australopithèques en conflit avec un groupe rival pour la possession d’un point d’eau. Des vaisseaux dans l’espace nous transpose en 1999 : le docteur Heywood Floyd, un scientifique américain en mission sur la Lune, enquête sur une forte anomalie magnétique.

La mission Jupiter, 18 mois plus tard, narre le quotidien de deux astronautes menacés par HAL 9000, un ordinateur de bord doté d’une intelligence artificielle. Enfin, Jupiter et au-delà de l’infini suit l’astronaute Bowman (Keir Dullea) aspiré par un tunnel coloré et en proie à une expérience spatio-temporelle hallucinante. 2001 était certes dans l’air du temps, sa sortie précédant d’une année la mission spatiale ayant mené aux premiers pas de l’homme sur la Lune. Mais il est avant tout une réflexion métaphysique à multiples niveaux sur l’évolution humaine, le rapport à la technologie et le mystère des origines et du devenir de l’univers. Kubrick y a greffé plusieurs de ses thèmes de prédilection, comme le travail sur l’espace (des étendues désertiques au huis clos des vaisseaux) ou le dysfonctionnement de sociétés codifiées (la panne de l’ordinateur).

2001: L’odyssée de l’espace est à la fois épique et expérimental, à grand spectacle et d’avant-garde

2001 l'odyssée de l'espace, photo officielle

Copyrights : MGM & Warner Bros Ltd, All rights reserved

Comme toujours chez le cinéaste, le travail sur la lumière est essentiel (superbe photo de Geoffrey Unsworth), et Kubrick allie sens du détail et dépouillement formel : les scènes dans l’espace sidéral sont ici souvent sans dialogues, ce qui n’en rend que plus frappants le bruit des appareils à oxygène des cosmonautes ou le gros plan sur le visage perplexe de Bowman. Et si la parole est rare, la musique est omniprésente, du premier épisode mettant en avant Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss aux séquences spatiales bercées au rythme du Beau Danube bleu… Loin de la débauche d’effets spéciaux inhérente aux actuels blockbusters, le film de Kubrick frappe par son ascèse et son montage audacieux, marqué notamment par la célèbre ellipse qui voit le premier outil de l’humanité se changer en satellite, par un raccord tant brutal que cohérent.

Film à la fois épique et expérimental, à grand spectacle et d’avant-garde, 2001 reste un trip narratif et esthétique unique, qui vaut aussi par sa capacité à être interprété de plusieurs façons : « J’ai essayé de créer une expérience visuelle, qui contourne l’entendement et ses constructions verbales, pour pénétrer directement l’inconscient avec son contenu émotionnel et philosophique. J’ai voulu que le film soit une expérience intensément subjective qui atteigne le spectateur à un niveau profond de conscience, juste comme la musique », avait déclaré Kubrick. Le dénouement l’atteste : aussi vertigineux que celui de Shining, il a été l’objet de bien des discussions entre cinéphiles. Aucun film de science-fiction n’atteindra la puissance de 2001 : ni ceux de la franchise Star Wars, ni les pourtant excellents Gravity d’Alfonso Cuarón et Interstellar de Christopher Nolan.

Critique de Gérard Crespo

Sorties de la semaine du 27 septembre 1968

Affiche française (réédition) de 2001 : L'odyssée de l'espace

Copyright Warner Bros. France – Copyrights : 1968 Turner Entertainment Co. – © Warner Bros

Trailers & Vidéos

trailers
x
Affiche originale de 2001 : l'odyssée de l'espace

Bande-annonce de 2001 : L'odyssée de l'espace

Science-fiction

x