Béatrice Dalle

Actrice
Affiche de 37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix

Personal Info

  • Nationalité : Française
  • Date de naissance : 19 décembre 1964 à Brest (France)
  • Crédit visuel : Copyright Gaumont - Affiche de Christian Blondel, d'après une photo de Rémi Loca

Biographie

Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Béatrice Dalle est l’une des actrices les plus singulières du cinéma français. Elle a tourné avec Beineix, Doillon, Jarmusch ou Claire Denis, loin des plans de carrière et du cinéma académique.

La révélation de Betty Blue

Révélée par l’agent artistique Dominique Besnehard, Béatrice Dalle connaît un triomphe dès son premier film, 37°2 le matin (1986) de Jean-Jacques Beineix, dont elle partage l’affiche avec Jean-Hugues Anglade. Phénomène de mode pour les uns, objet de culte pour les autres, le long métrage ne laisse pas indifférent mais l’interprétation de « Betty Blue » par Béatrice Dalle fait l’unanimité : une présence irradiant l’écran, un sex appeal indéniable et un jeu dramatique digne des plus grandes.

Nommée au César de la meilleure actrice, Béatrice Dalle devient pendant quelques années une star sur laquelle se montent des projets ambitieux, mais ni La sorcière (1988) de Marco Bellochio, ni Chimère (1989) de Claire Devers, ni Les bois noirs (1989) de Jacques Deray ne trouvent leur public. Béatrice Dalle qui avait détrôné Valérie Kaprisky dans des emplois similaires doit elle-même descendre de son piédestal et céder la place à Mathilda May au box-office (cette dernière voyant elle-même sa carrière s’essouffler au bout de quatre années). Pourtant, Béatrice Dalle ne cessera de tourner, malgré quelques passages à vide.

Béatrice Dalle, de Lelouch à Virginie Despentes

Mal à l’aise avec le cinéma commercial (l’échec de La belle histoire de Claude Lelouch, 1992), elle n’est plus utilisée comme une actrice bankable mais est la muse d’un certain cinéma d’auteur. Jacques Doillon lui fait affronter Isabelle Huppert dans La vengeance d’une femme (1990), quand l’actrice est sollicitée par les grands indépendants américains, passagère aveugle dans Night on Earth (1991) de Jim Jarmusch, ou petite amie de Matthew Modine dans The Blackout (1997) d’Abel Ferrara. Ces années 90 la voient aussi tourner avec Diane Kurys, Bernard Murat, Yolande Zaubermann et Philomène Esposito.

Dans les années 2000, elle collabore à d’autres expériences de cinéma en marge, se livrant à l’anthropophagie dans Trouble Every Day (2001) de Claire Denis, partageant les expérimentations de François Ozon dans 17 fois Cécile Cassard (2001), ou faisant partie du casting féminin des Bureaux de Dieu (2008) de Claire Simon. Elle ne dédaigne pas non plus les seconds rôles, s’effaçant devant Isabelle Huppert dans Le temps du loup (2002) de Michael Haneke, ou Maggie Cheung dans Clean (2003) d’Olivier Assayas.

Elle tourne encore une quinzaine de films à la décennie suivante, ex-punk internée dans Bye Bye Blondie (2012) de Virginie Despentes, commissaire dans Les rencontres d’après minuit (2013) de Yann Gonzalez, ou patronne de café dans The Happy Prince (2018) de Rupert Everett. Béatrice Dalle est également dirigée par Gaël Morel, Jean-Pierre Mocky ou Marion Vernoux. En 2014, elle débute à la scène, somptueuse Lucrèce Borgia dans une mise en scène de David Bobée, avec lequel elle collabore pour trois autres spectacles.

Gérard Crespo

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Affiche de 37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix

Bande-annonce de La vertu des impondérables

Actrice

Bande-annonce de

x