Note des lecteurs

Deuxième démarrage annuel pour Le Roi Lion, dans sa version live action, qui réalise plus de 185M$ en moins de 4 jours, mais toutefois loin derrière le numéro 1 annuel, Avengers Endgame, dont le premier week-end à 357M$ demeure inégalé.

L’exposition du Roi Lion est l’une des plus incroyables de l’histoire de l’exploitation américaine : plus de 4 725 cinémas, sachant que beaucoup de multiplexes projetaient le film dans deux, voire trois salles… Il était difficile d’échapper aux rugissements de l’une des sorties les mieux orchestrées de l’année 2019. Le résultat permet au remake live d’empocher 185M$. Il s’agit du meilleur démarrage pour Live action Reimaginings de Disney, même si La Belle et la Bête, sur moins de sites, et en plein mois de mars, avait quand même ouvert en 2017 à 174M$, avant de finir au-dessus des 500M$. Ce fut d’ailleurs le seul de toute cette vague de reboots à être parvenu à franchir, et les 400 millions et, évidemment, la barre des 500 millions de dollars de recettes juste pour son exploitation en salles.

Le Roi Lion 2019 : affiche dessinée
©2019 Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved.

On pouvait craindre pour les carrières de Toy Story 4 et Aladdin, tous deux toujours dans le top 10, il n’en fut rien, puisqu’on l’a vu, les productions Disney s’auto-alimentent de façon conjointes. Les jouets de Pixar ne perdent que 30% de leur fréquentation, pour un score de 14M$ et un total de 375M$. Quant au gamin sur son tapis magique, il dérobe encore 3 800 000$ au public américain pour sa 9e semaine, et place dans son royaume pas moins de 340 millions de billets verts. Un trésor digne d’Ali Baba.

Dans ces conditions de trust absolu, Disney a réussi a s’imposer en première place des distributeurs de l’année 2019, avec 34.9% des recettes, et surtout plus de deux milliards de recettes en seulement 9 films. Warner Bros suit en deuxième place, avec 894 millions (23 films) et Universal réalise une belle 3e place avec 839M en seulement 17 films.

Pour la 3e fois de son histoire, l’entité Buena Vista devrait donc dépasser les 3 milliards de recettes annuelles, sur le seul sol américain. Mieux, avec la cartouche Star Wars : L’ascension de Skywalker, prévu pour fin décembre, et La reine des Neige 2 en novembre, le studio pourrait, et c’est historique, dépassé les 4 milliards de recettes, seulement aux USA. Un score fascinant, mais également effrayant, à mettre en perspective avec l’avènement de la plateforme de streaming Disney +, dont l’arrivée semble coïncider avec une baisse des abonnements sur Netflix US, et évidemment, le rachat de la Fox qui va permettre au géant du divertissement de défier la gravité.

Affiche teaser de Star Wars lascension de Skywalker
© 2019 Lucas Films LTD

Pour le curieux, le reste du box-office est inconséquent. Spider-Man Far From Home est net repli (-53%), mais au moins franchit les 300 millions, Crawl d’Aja rampe difficilement vers les 30M$ (6M, total de 23M, baisse de 50%).

Seul Yesterday (Universal) fait de la résistance en brandissant les Beatles et Ed Sheeran contre le duo Beyoncé – Elton John : le film de Danny Boyle poursuit une trajectoire sans faute, ne perdant que 24M% de ses recettes pour son 4e week-end. Avec un total de 57M$ et la possibilité pour le studio Universal de pousser vers les 100M$, l’on tient là le sleeper de l’été 2019.

Frédéric Mignard