The Operative : la critique du film (2019)

Thriller, Espionnage | 1h56min
Note de la rédaction :
6/10
6
The Operative, l'affiche du film

  • Réalisateur : Yuval Adler
  • Acteurs : Diane Kruger, Martin Freeman, Cas Anvar, Werner Daehn, Rotem Keinan
  • Date de sortie: 24 Juil 2019
  • Nationalité : Américain, Israélien, Français, Allemand
  • Scénario : Yuval Adler d'après le roman The English Teacher de Yiftach Reicher Atir
  • Distributeur : Le Pacte
  • Éditeur vidéo :
  • Sortie vidéo :
  • Budget : 700 000 $
  • Box-office France / Paris-périphérie :
  • Festival : Présenté hors compétition au festival de Beaune 2019 / Présenté hors compétition au festival de Berlin 2019

Description sans fard des méthodes douteuses employées par le Mossad, The Operative est une plongée au cœur du renseignement israélien, tout en étant un joli portrait d’une femme mystérieuse. Séduisant et intéressant à défaut d’être totalement abouti.

Synopsis : À la fin des années 2000, alors que le monde craint que l’Iran ne se dote de l’arme atomique, Rachel, ex-agente du Mossad infiltrée à Téhéran, disparaît sans laisser de trace. Thomas, son référent de mission, doit la retrouver entre Orient et Occident, car Rachel doit revenir à tout prix sous le contrôle de l’organisation… ou être éliminée.

Inspiré d’histoires vraies, The Operative nous plonge au cœur des services secrets israéliens

Critique : Le cinéaste israélien Yuval Adler est tombé sous le charme du roman The English Teacher de Yiftach Reicher Atir car cet ancien agent de renseignement du Mossad (services secrets israéliens) y dépeint la vie des espions de la manière la plus réaliste possible. Largement inspiré d’histoires vraies, le roman n’a d’ailleurs pas beaucoup été apprécié par le gouvernement local car le portrait du Mossad n’est guère laudatif. On retrouve cette caractéristique dans le long-métrage, ce qui devrait lui valoir quelques difficultés pour sortir en Israël.

Ainsi, The Operative suit les pas d’une espionne infiltrée en Iran afin de faire valoir les intérêts géostratégiques israéliens dans la région et de surveiller le développement de l’énergie nucléaire par la République islamique. Un sujet sensible donc, déjà abordé récemment dans les deux premières saisons de la série française d’espionnage Le bureau des légendes. Toutefois, là où la série se concentrait sur les rouages internes des services secrets, le film de Yuval Adler préfère se pencher sur l’impact de ces missions d’infiltration sur ceux qui les effectuent.

The Operative, photo d'exploitation

© 2019 Black Bear Pictures – Bord Cadre Films – Le Pacte – Little Shark Entertainment GmbH – Neue Bioskop Film – Spiro Films / Crédit photo : Kolja Brandt. Tous droits réservés.

De l’espionnage dans la lignée des films américains paranoïaques des années 70

Personnage mystérieux, la belle Rachel (mais est-ce vraiment son nom ?) ne cesse de brouiller les pistes quant à son parcours personnel. Arborant un masque en permanence, elle se joue des autres et d’elle-même avec habileté. Tout l’enjeu du film sera de lui faire découvrir peu à peu son vrai moi intérieur dans un monde de faux-semblants. Manipulée autant que manipulatrice, la belle espionne n’est qu’un rouage dans un engrenage complexe où les enjeux des nations passent avant la morale. C’est d’ailleurs la grande qualité du film que d’impliquer le spectateur dans des missions apparemment futiles, mais dont on comprend les implications humaines a posteriori. Une simple enveloppe remise à un tiers et cela peut ensuite se traduire par un assassinat ou un attentat, le tout programmé par les gouvernements.

Dans ses meilleurs moments, le film évoque d’ailleurs ces films politiques américains des années 70 où le citoyen semble menacé en permanence, comme pris dans une toile. On ressent ici aussi une forme de paranoïa, quand chaque individu croisé dans la rue devient une menace potentielle.

Des acteurs de qualité dans un thriller qui manque parfois de nerfs

Cela est parfaitement rendu par une Diane Kruger décidément à l’aise lorsqu’il s’agit de porter sur ses épaules un drame personnel intense (on se souvient dernièrement de sa belle prestation dans le moyen In The Fade, de Fatih Akin ou encore dans le très bon Maryland). Elle est secondée ici par Martin Freeman qui ne fait pas vraiment d’étincelles. On lui préfère largement le charismatique Cas Anvar, dans un rôle il est vrai moins ingrat. Ce dernier forme un joli couple de cinéma avec Diane Kruger et leur histoire d’amour naissante s’avère crédible. Elle donne même un peu de chair et de sentiments à une œuvre qui pâtit sans doute d’une ambiance froide, voire carrément glaciale.

Que ceux qui attendent des rebondissements constants et des séquences trépidantes passent leur chemin, The Operative est avant tout le portrait peu flatteur de services secrets déshumanisés et celui d’une femme mystérieuse qui apprendra peu à peu à devenir elle-même, au risque d’en perdre la vie. On peut sans doute regretter une fin en forme de point d’interrogation qui nous laisse un peu sur notre faim, même si cela ouvre le champ des possibles pour notre imaginaire.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 24 juillet 2019

The Operative, l'affiche du film

© 2019 Black Bear Pictures – Bord Cadre Films – Le Pacte – Little Shark Entertainment GmbH – Neue Bioskop Film – Spiro Films. Tous droits réservés.

 

Trailers & Vidéos

trailers
x
The Operative, l'affiche du film

Bande-annonce de The Operative

Thriller, Espionnage

x