Slalom : la critique du film (2021)

Drame | 1h32min
Note de la rédaction :
8/10
8
Slalom, affiche du film de Charlène Favier

  • Réalisateur : Charlène Favier
  • Acteurs : Jérémie Renier, Noée Abita, Marie Denarnaud, Muriel Combeau, François Godart
  • Date de sortie: 04 Nov 2020
  • Nationalité : Français
  • Titre original : -
  • Titres alternatifs : -
  • Année de production : 2019
  • Scénariste(s) : Charlène Favier, Marie Talon
  • Directeur de la photographie : Yann Maritaud
  • Compositeur : LoW Entertainment
  • Société(s) de production : Mille et une productions, Panache Productions, Centre National de la Cinématographie et de l’Image Animée, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de Ciné+
  • Distributeur (1ère sortie) : Jour2Fête
  • Distributeur (reprise) : -
  • Date de reprise : -
  • Éditeur(s) vidéo : -
  • Date de sortie vidéo : -
  • Box-office France / Paris-périphérie : -
  • Box-office nord-américain -
  • Budget : -
  • Rentabilité : -
  • Classification : Tous Publics
  • Formats : : 1 / Couleurs - DCP / Son : 5.1
  • Festivals et récompenses : Sélection Officielle Festival de Cannes 2020
  • Illustrateur / Création graphique : -
  • Crédits : © Charlie Bus Production, Jour2Fête
Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Slalom pose un regard tout en nuances sur le sujet scabreux des agressions sexuelles dans le milieu sportif.

Synopsis : Lyz, 15 ans, vient d’intégrer une prestigieuse section ski-études du lycée de Bourg-Saint-Maurice. Fred, ex-champion et désormais entraîneur, décide de tout miser sur sa nouvelle recrue. Galvanisée par son soutien, Lyz s’investit à corps perdu, physiquement et émotionnellement. Elle enchaîne les succès mais bascule rapidement sous l’emprise absolue de Fred…

Noée Abita et JéréMIE

© Charlie Bus Production

Critique : Puisant dans son histoire personnelle, Charlène Favier bâtit, avec l’aide de Marie Talon, un scénario d’une implacable précision pour décrire les rouages d’une emprise exercée sur des êtres trop jeunes pour ne pas confondre rêve de gloire et besoin de reconnaissance.

Un slalom dans les affres de la manipulation psychologique

Lise (Noée Abita dont on avait déjà pu mesurer l’étendue du talent dans Ava) vient tout juste d’intégrer la difficile et convoitée section sport-étude d’un lycée de montagne, puisqu’elle a choisi le ski. Elle est entourée de Fred pour la partie sportive (Jérémie Renier) un champion qui a dû renoncer à la compétition suite à une blessure et désormais rêve de revanche par élève interposée et de Lilou (Marie Renardaud) pour l’encadrement des études. Quand elle arrive, Lyz n’a pas tout à fait le même niveau que les autres élèves, ce qui lui vaudra quelques moqueries qui, loin de l’abattre, la stimulent. Car Lyz est avant tout une battante. Délaissée par un père totalement absent et une mère qui se débat dans d’incessants problèmes d’emploi et de logements, elle est prête à tout pour se sentir aimée et regardée. L’entraînement intensif auquel elle est soumise lui permet d’oublier sa solitude et d’espérer atteindre son rêve de devenir championne afin de briller pour quelqu’un.

Photo de Slalom de Charlène Favier (Noée Abita, Jérémie Renier)

© Charlie Bus Production

Un duo d’acteurs époustouflant

Dans ce décor montagnard à la beauté tout à la fois fascinante et effrayante, le récit restitue avec minutie la dureté des entraînements, la détermination de Lyz, mais aussi et surtout le double jeu de Fred qui, sous prétexte d’émulation sportive, peut, avec une perversité déconcertante, asséner à quelques secondes d’intervalle, félicitations puis humiliation à une toute jeune femme ainsi fragilisée. Louvoyant habilement entre mainmise et affectivité, la caméra s’arrête longuement sur cette proximité indispensable entre coach et candidat, là où les corps, soudés par un même désir de victoire, se rapprochent à la recherche de la meilleure performance, et où pour éviter toute faiblesse ou pour parer à tout risque de blessure, même les détails les plus intimes de la vie de la jeune fille sont scrutés en vue d’une parfaite adéquation du corps aux efforts physiques à fournir. Entre conseils quasi paternels et gestes un peu trop appuyés, le doute s’installe insidieusement. Fred n’est-il qu’un vulgaire pervers habitué à abuser des candidates qui lui sont confiées ou ressent-il un réel sentiment d’affection pour sa protégée ? De son côté, Lyz ne se ment-elle pas à elle-même en faisant de son entraîneur le remède au mal-être existentiel qui la ronge ?

Noée Abita dans Slalom

© Charlie Bus Production

Au cœur d’une mise en scène glacialement efficace, la réalisatrice fait évoluer des personnages dépouillés de tout manichéisme les préservant ainsi de tout jugement péremptoire, tout en continuant a éveiller l’intérêt du spectateur autour de la complexité de leur personnalité. Forte d’un jeu aux couleurs multiples, la frêle Noée Abita, beauté brune, regard ténébreux, bouche en cœur, s’acquitte sans faillir du rôle de Lyz, une guerrière à la détermination farouche. Le duo qu’elle forme avec un Jérémie Renier, époustouflant de justesse, capable de passer avec une égale aisance de la douceur à l’autoritarisme, contribue largement à la réussite de ce premier film qui aborde avec rage et douleur, énergie et poésie le thème de la résilience.

Critique de Claudine Levanneur

Les sorties de la semaine du 4 Novembre 2020

(sortie repoussée en raison de la crise du second confinement)

Slalom, affiche du film de Charlène Favier

© Charlie Bus Production, Jour2Fête Distribution

Distributeur : Jour2FêteSite officiel : Jour2Fête

Trailers & Vidéos

trailers
x
Slalom, affiche du film de Charlène Favier

Bande-annonce de

Drame

x