Sátántangó (Le tango de Satan) : la critique du chef-d’œuvre de Béla Tarr (2020)

Drame | 7h29min
Note de la rédaction :
10/10
10
Satantango affiche ciném originale

  • Réalisateur : Béla Tarr
  • Date de sortie: 12 Fév 2020
  • Acteurs : Mihály Vig, Putyi Horrvath, Miklós B. Székely, Erika Bók, László Felugossy, Alfréd Járai
  • Titre original :
  • Année de production : 1994
  • Scénaristes : László Krasznahorkai, Béla Tarr - d'après le roman de László Krasznahorkai
  • Compositeur : Mihály Vig
  • Directeur de la photographie : Gábor Medvigy
  • Montage et coréalisation : Ágnes Hranitzky
  • Distributeur (2020) : Carlotta
  • Editeur vidéo : Clavis Film, Carlotta
  • Date de sortie DVD / Blu-ray 1er octobre 2006 (DVD), 16 septembre 2020 (blu-ray & DVD Carlotta)
  • Box-office France / Paris-périphérie : 5 588 entrées / 4967 entrées (reprise 2020)
  • Format : 1.66:1 - Noir et blanc - Mono
  • Restauration : Ce film a été restauré en 4k à partir du négatif image d’origine 35 mm par Arbelos en collaboration avec The Hungarian Filmlab, sous la supervisation de Béla Tarr.
  • Crédit photo : © Mozgókép Innovációs Társulás és Alapítvány, Von Vietinghoff Filmproduktion (VVF), Vega Film, Magyar Televízió, Télévision Suisse-Romande (TSR)
  • Classification : Tous publics, avec avertissement
Note des spectateurs :

Sátántangó est une œuvre unique, époustouflante de grâce et de poésie. Un bijou qui a fait date, par l’un des génies de l’art visuel, Béla Tarr.

Synopsis : Dans un village perdu au cœur de la plaine hongroise, les habitants luttent quotidiennement contre le vent et l’incessante pluie d’automne. Dans la ferme collective démantelée et livrée à l’abandon, les complots vont bon train lorsqu’une rumeur annonce le retour de deux hommes passés pour morts. Bouleversés par cette nouvelle, certains habitants y voient l’arrivée d’un messie, d’autres celle de Satan…

Critique : Le cinéma d’auteur tient son film épique. Une production hongroise à la durée indécente de 7h29 dont chaque minute peut faire peur sur le papier, mais qui se savoure à l’écran dans son intégralité tant sa beauté est prodigieuse : Sátántangó.

Satantango le tango de Satan de Béla Tarr, photo

© Carlotta Films Tous droits réservés. – © Mozgókép Innovációs Társulás és Alapítvány,
Von Vietinghoff Filmproduktion (VVF),
Vega Film,
Magyar Televízió,
Télévision Suisse-Romande (TSR)

Longtemps resté inédit en France où il connut une sortie furtive grâce au succès récent des Harmonies Werckmeister, ce monument de mélancolie s’avère aussi fort et prégnant que le dernier long de Béla Tarr, son auteur génial. On y retrouve le même noir et blanc atmosphérique, la même distance narrative face aux préceptes du cinéma traditionnel.

Satantango affiche ciném originale

© MK2 Distribution

Une œuvre fleuve qui explore des dimensions sensorielles insoupçonnables

Dans Sátántangó, l’échelle du temps y est étirée jusqu’à coller au temps de visionnage. Le spectateur contemple les marches des personnages dans des paysages de l’Est désolé, le long de chemins de terre boueux, crasseux. Sans fin. Une errance perpétuelle dans un no man’s land sans repères, naturaliste dans sa composition tactile et pourtant d’une force poétique crépusculaire qui le détache de la réalité. Béla Tarr filme le bistrot, la nature et ses arbres, la fuite de l’enfant et l’agonie cruelle du chat avec le même acharnement poétique.

Peu importe le fond narratif qui s’esquisse. La rumeur, la fuite, la cohabitation, l’anarchie prennent forme, mais c’est toujours un monde en berne que le cinéaste veut mettre en scène. Un monde sans religion, qui contemple sa propre mélancolie et son propre échec social. La communauté se désole et l’homme se mure pour échapper à lui-même (formidable plan-séquence où un vieillard s’emmure dans sa demeure délabrée).

Satantango le tango de Satan de Béla Tarr, photo

© Carlotta Films Tous droits réservés. – © Mozgókép Innovációs Társulás és Alapítvány,
Von Vietinghoff Filmproduktion (VVF),
Vega Film,
Magyar Televízió,
Télévision Suisse-Romande (TSR)

Sátántangó est l’un des films les plus importants du septième art

Dans Sátántangó, soignant ses plans de manière maladive, chorégraphiant chaque mouvement dans un ensemble inlassablement statique, Tarr sublime sa caméra, la preuve même de son génie, capable de dévoiler l’incroyable, comme peu de cinéastes ont su le faire auparavant (Wojcieh Has et Tarkovski y sont également parvenus avec la même ingénuité et le même dévouement pictural). Aidé par le travail inestimable de son épouse, Ágnes Hranitzky, au montage, et coréalisatrice, il ne laisse rien au hasard dans ce chaotique fouillis de littérature où chaque plan est décortiqué avec la précision d’une plume, s’aventurant par le biais de l’ambiance sonore et visuelle particulièrement lourde et pesante sur les chemins exquis du fantastique crépusculaire et de l’anticipation.

N’ayons pas peur de dire que cette danse avec Satan est un pur chef-d’œuvre et qu’elle contient quelques-uns des plus beaux plans de l’histoire du cinéma, ces mêmes plans grandioses qui clôturaient les Tarkovski (le plan final de Nostalghia trouve ici écho lors d’une séquence dans une cathédrale abandonnée) se multiplient ici par dizaines.

Les amateurs d’art torturé et dépressif, typiquement soviétique, peuvent jubiler : après une  sortie en DVD en 2006, chez Clavis Films, Sátántangó revient en version restaurée 4K, dans les salles, en février 2020. Une formidable initiative qui mérite d’être saluée pour son incroyable audace et pour sa dévotion aux beautés picturales méconnues du septième art.

Critique : Frédéric Mignard

Les sorties du mercredi 12 février 2020

 

Satantango de Béla Tarr, affiche 2020

© Carlotta Films Tous droits réservés. Mozgókép Innovációs Társulás és Alapítvány,
Von Vietinghoff Filmproduktion (VVF),
Vega Film,
Magyar Televízió,
Télévision Suisse-Romande (TSR)

Le test blu-ray :

Carlotta propose une édition blu-ray en deux disques, en raison de la durée du métrage, et l’objet est l’un des plus précieux de l’éditeur, en raison de sa rareté et de la puissance d’évocation du film sublimé par sa restauration 4K. L’on peut enfin mettre de côté l’édition datée de Clavis Films, proposée courageusement en 2006.

Suppléments : 4 / 5

Une quarantaine de minutes de bonus intellectualise l’œuvre dense et l’explore, dans sa littéralité et picturalité.

Tout d’abord Damien Marguet, maître de conférences au département Cinéma de l’université Paris 8, revient particulièrement sur le travail de collaboration entre Béla Tarr et László Krasznahorkai, la temporalité de la préparation du film, son élaboration sur près d’une décennie, quand la filmographie de Béla Tarr s’enrichit parallèlement de Damnation.

Avec Entrez dans la danse, Marguet explore pendant 30 minutes, les pistes d’interprétation, donnant du sens à une densité picturale, historique, philosophique. Ce bonus est précieux pour le spectateur contemporain afin de s’armer pour mieux comprendre les personnages, leur valeur symbolique et l’histoire hongroise qu’ils incarnent.

Marguet réalise un passionnant travail d’introspection qui donne d’autant plus de valeur à l’objet blu-ray. Nous le répétons, celui-ci est inestimable à nos yeux.

Bande-annonce du film disponible exclusivement sur le blu-ray.

Image : 5 / 5

Œuvre picturale du sublime, avec ses natures mortes, sa succession de portraits, ses panoramiques vertigineux, l’œuvre de Béla Tarr trouve un écrin époustouflant dans la restauration 4K de dont dispose Carlotta.

L’importance visuelle est l’essence même du film où l’on contemple le travail acharné d’un maître de la composition, l’on goûte à la texture prégnante de l’image qu’effleure cette copie HD avec l’équilibre des grands nuanciers. La restauration ouvre la voie, dans la lenteur naturaliste des plans séquences, à un exercice minutieux pour sublimer des ténèbres de pluie, de plages de boues, d’horizons au noir et blanc crépusculaire. La galette dispose des plus belles nuances de gris pour refléter le travail naturaliste ultime.

Les efforts pour balayer autant d’heures de métrage des effets du temps, déjà très visibles sur le DVD de 2006, sont miraculeux. On ne dira pas que ce n’est plus le même film, mais l’approche est désormais de l’ordre de l’extase picturale.

On est bluffé.

Son : 5 / 5

Dans l’épure, le son de Satantango en Mono réhaussé par le DTS HD Master Audio, se permet de redonner du souffle aux éléments (pluie, vent…), quand ce n’est pas la musique parcimonieuse qui est élevée. La restriction de la piste originale que l’éditeur a évidemment bien fait de conserver impeccablement sans chercher à en trahir l’ADN par un 5.1 artificiel, ne se ressent nullement comme une limitation de l’œuvre qui bénéficie en haute définition d’un vrai effet sensoriel.

Les voix sont elles, un peu moins distinctes par moment, mais s’insèrent harmonieusement dans cette dépression généralisée.

Acheter le blu-ray

Sátántangó de Béla Tarr, blu-ray Carlotta

© Mozgókép Innovációs Társulás és Alapítvány,
Von Vietinghoff Filmproduktion (VVF),
Vega Film,
Magyar Televízió,
Télévision Suisse-Romande (TSR)

Trailers & Vidéos

trailers
x
Satantango affiche ciném originale

Bande-annonce de Satantango

Drame

x