Sang-froid – la critique du film (2019)

Action, Comédie dramatique, Remake | 1h59min
Note de la rédaction :
6/10
6

  • Réalisateur : Hans Petter Moland
  • Acteurs : Liam Neeson, Tom Bateman, Tom Jackson, Emmy Rossum, Laura Dern
  • Date de sortie: 27 Fév 2019
  • Titre original : Cold Pursuit
  • Nationalité : Américain, Britannique, Français, Canadien, Norvégien
  • Distributeur : Studio Canal
  • Éditeur vidéo : Studio Canal
  • Sortie vidéo : Le 27 juin 2019
  • Box-office France / Paris : 329 378 entrées / 102 265 entrées
  • Box-office USA : 32,1 M$
  • Budget : 60 M$
  • Classification : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Comédie noire décalée dans la mouvance de Fargo, Sang-froid est une œuvre amusante se plaisant à détourner les clichés du vigilante movie. Sa lenteur et son ton original en font un anti-Taken. Vous voilà prévenus !

Synopsis : Bienvenue à Kehoe, luxueuse station de ski du Colorado. La police locale n’y est pas franchement très sollicitée jusqu’au jour où le fils d’un conducteur de chasse-neige, Nels Coxman, est assassiné sur ordre de Viking, un baron de la drogue. Armé d’une rage implacable et d’une artillerie lourde, Nels entreprend de démanteler le cartel de Viking. Sa quête de justice va rapidement se transformer en une vengeance sans pitié. Alors que les associés de Viking « disparaissent » les uns après les autres, Nels passe d’un citoyen modèle à un justicier au sang-froid, qui ne laisse rien – ni personne – se mettre en travers de son chemin.

Critique : Que les spectateurs venus voir une énième déclinaison de Taken soient prévenus, le film n’entretient absolument aucun rapport avec la trilogie produite par Luc Besson si ce n’est la présence de Liam Neeson au générique, et ceci même si la bande-annonce nous promet un film de vengeance bien traditionnel. En réalité, Sang-froid est un pur remake du film norvégien Refroidis, tourné en 2014 par le même cinéaste. Le but était donc de retrouver le ton décalé du film d’origine, mais en lui offrant une plus grande visibilité par la présence d’une star internationale, d’un budget conséquent (on parle de 60 millions de dollars, tout de même) et par la présence d’un casting anglophone. On est d’ailleurs en droit de se demander si les producteurs n’ont pas fait une grossière erreur en confiant le rôle principal à Liam Neeson, désormais trop connoté gros film de baston décérébré. Son nom va ainsi drainer dans les salles un public venu voir un long-métrage bourré d’action, dopé à l’autodéfense. Soit à peu près tout ce que n’est pas Sang-froid.

Copyright Studiocanal GmbH / Doane Gregory

Tout d’abord, le cinéaste norvégien n’a pas changé de style en abordant Hollywood et livre donc un film plutôt lent dans sa progression. Adepte du plan long prenant le temps de créer une ambiance, Hans Petter Moland n’a absolument rien d’un réalisateur hollywoodien ou clipesque. Bien au contraire, le comique de situation qu’il instaure nait de la durée excessive de certains plans, créant ainsi un décalage volontaire. Car loin de vanter les mérites de la loi du talion, le métrage défend plutôt la thèse inverse en poussant la situation classique de départ jusqu’à l’absurde. On peut dès lors comparer ce travail à celui effectué par les frères Coen sur Fargo. Ici aussi, les situations les plus éculées sont détournées par un humour à froid qui vise à désarçonner le grand public, ou au contraire à l’amuser si l’on entre dans le jeu de détournement du réalisateur. Pour donner un exemple, lorsque Liam Neeson vient reconnaître le cadavre de son fils à la morgue – scène vue et revue – le personnel met une bonne minute à régler la hauteur de la table sur laquelle est exposée le corps, ce qui dynamite totalement la scène et déclenche le rire en pleine séquence dramatique. L’intégralité du film est traitée de la même façon, ce qui en fait in fine une véritable comédie, pour peu que l’on se laisse séduire par ces décalages incessants.

Si l’ensemble du casting assure plutôt bien, on ne peut donc qu’être déçu par la prestation très plate et premier degré d’un Liam Neeson dont on se demande s’il a compris à quel film il participait. N’ayant qu’un personnage unidimensionnel à défendre, il se fait régulièrement voler la vedette par tous les autres protagonistes (peut-être un peu trop nombreux d’ailleurs). N’arrivant pas toujours à maintenir une tension suffisante, Moland ne retrouve que partiellement la parfaite alchimie qui faisait la saveur de Refroidis et livre donc un remake sympathique, mais clairement dispensable, surtout si vous avez visionné l’original. Si vous êtes client de comédie noire décalée, Sang-froid est sans aucun doute une bonne pioche. Par contre, ceux qui souhaitent voir un basique vigilante movie peuvent passer leur chemin car ils s’y ennuieront ferme.

Critique de Virgile Dumez

Copyright Studiocanal

x