Lynx : la critique du film (2022)

Documentaire animalier | 1h22min
Note de la rédaction :
8/10
8
Lynx, affiche du film de Laurent Geslin

  • Réalisateur : Laurent Geslin
  • Date de sortie: 19 Jan 2022
  • Année de production : 2020
  • Nationalité : Suisse, Français
  • Titre original : Lynx
  • Distributeur : Gebeka Films
  • Sociétés de production : JMH & FILO Films, MC4 (coproduction)
  • Copyrights photo : Laurent Geslin
Note des spectateurs :

Lynx est un documentaire animalier suisse présenté hors compétition sur Piazza Grande à Locarno. Il est réalisé par le photographe et vidéaste Laurent Geslin. Un tournage de longue haleine par un spécialiste du Jura, ancien globe-trotter, célèbre pour ses clichés animaliers toujours épatants. Le résultat est une merveille.

Synopsis : Au cœur du massif jurassien, un appel étrange raisonne à la fin de l’hiver. La superbe silhouette d’un lynx boréal se faufile parmi les hêtres et les sapins. Il appelle sa femelle. En suivant la vie de ce couple et de ses chatons, nous découvrons un univers qui nous est proche et pourtant méconnu… Une histoire authentique dont chamois, aigles, renards et hermines sont les témoins de la vie secrète du plus grand félin d’Europe qui reste menacé… Un film pour découvrir le rôle essentiel que ce discret prédateur occupe dans nos forêts, l’équilibre qu’il a rétabli dans un milieu fragile mais aussi les difficultés qu’il rencontre dans un paysage largement occupé par les humains.

Lynx à l’échelle du temps long sur un montage resserré

Critique : Pour son premier long métrage, Laurent Geslin partage avec le public des années de passion pour la faune et les reliefs du Jura. Loin du spectaculaire des documentaires animaliers de la BBC ou de Disney, il suit une voie bucolique de notre terroir qui aurait pu paraître banale, convenue et sans trop d’émotion. Et pourtant, ce voyageur du grand monde sauvage, qui s’est engagé à domestiquer ses quêtes pour des raisons d’empreinte écologique, n’a pas sa pareille pour s’émerveiller de la richesse d’une nature pourtant accessible, mais peu explorée à cette échelle, l’échelle du temps qu’il faut lui accorder pour l’observation d’un foisonnement d’habitants exaltants de couleurs et de facéties qui illuminent notre imaginaire.

Un Lynx en chasse, un documentaire de Laurent Geslin

© Photos : MC4 / Laurent Geslin

Le bestiaire magique

En parant son long d’un montage resserré sur 1h24, ce chantre d’une ruralité magnifique ne concentre pas son attention sur la quête du lynx, animal rare mais ici très souvent présent à l’écran, parvenant ainsi à ne pas faire doublon avec la démarche obstinée de Jean-Michel Bertrand sur La vallée des loups. Au contraire, Geslin efface la difficulté de l’approche pour offrir au spectateur une véritable proximité de chaque instant avec un microcosme sylvestre riche en rencontres, y compris avec le lynx, mâle ou femelle, petiot ou jeune adulte, tristement mort ou vivant, malgré l’extrême rareté d’unes espèce réduite à une  cinquantaine d’individus dans notre pays, après sa réimplantation récente, mais toujours fragile.

Lynx est cadeau d’équilibre entre l’ombre et la lumière, les saisons et le ciel, le bestiaire dévoilé et nos fantasmes de mômes consistant à approcher d’aussi près une variété de mythes de la forêt que l’on ne souhaite plus voir en zoo, ni même approcher dans nos promenades tant le danger de la proximité avec l’homme peut abîmer l’avenir incertain de ces majestueuses créatures des bois.

Les spectacles insolites de belettes, les rencontres impromptues d’un renard avec un chat forestier, les magnifiques plans de bécasse des bois… Tout confine à l’opportunité d’une vie pour les urbains que nous sommes, avec la dimension cinématographique de plans composés dans l’envergure, et une photographie contrastée comme il faut, sans chercher à recourir à une esthétisation excessive et à une artificialité de la mise en scène.

Sa majesté le Lynx

© Photos : MC4 / Laurent Geslin

Une interrogation exaltante sur notre rapport à la nature

Le film interroge sur le rapport du réalisateur avec ses acteurs anonymes qui embrasent nos désirs de nature, après des années que nous avons passés covidés, toxiques pour nos âmes vagabondes. Les opportunités saisies par l’aventurier exaltent notre imaginaire. De nos sièges, nous accomplissons le témoignage bouche bée de scènes de vie grandioses, à l’instar du chasseur d’images, lui-même invisibilisé dans un microcosme de merveilles. De quoi étancher notre curiosité quant à ce lynx, rarement célébré avec autant d’instance et relaté avec précision par l’objectif respectueux de Laurent Geslin.

Si Lynx nous épate, parfois le récit nous attriste aussi de par l’incroyable fragilité que l’auteur dépeint. Mais toujours le documentaire corrobore ce que l’on a toujours su… Le félin est un sujet coquet qui se mérite et qui vaut mieux que toutes les photos et vidéos de chats échangées sur les réseaux sociaux. Tout d’abord pour l’aventure humaine que Lynx déploie. Et parce que notre rapport à l’image et à la nature doit aussi changer. Le conte intemporel de la vie que représente ce film est aussi une magnifique invitation à repenser notre relation au monde sauvage et à la cohabitation nécessaire entre les différentes formes de vie dans nos contrées.

Plus qu’une réussite, Lynx est une merveille.

Frédéric Mignard

Sorties de la semaine du 22 janvier 2022

Les animaux au cinéma

Lynx, affiche du film de Laurent Geslin

Copyrights : Laurent Geslin

Trailers & Vidéos

trailers
x
Lynx, affiche du film de Laurent Geslin

Bande-annonce de Lynx

Documentaire animalier

x