L’île mystérieuse : la critique du film (1962)

Science-Fiction, Aventures, Fantastique | 1h41min
Note de la rédaction :
6,5/10
6,5
L'île mystérieuse, l'affiche

  • Réalisateur : Cy Enfield
  • Acteurs : Herbert Lom, Michael Craig, Joan Greenwood, Michael Callan, Gary Merill
  • Date de sortie: 10 Jan 1962
  • Nationalité : Britannique
  • Titre original : Mysterious Island
  • Scénario : John Prebble, Daniel B. Ullman et Crane Wilbur d'après le roman de Jules Verne
  • Musique : Bernard Hermann
  • Effets spéciaux : Ray Harryhausen
  • Distributeur : Columbia Films
  • Editeur vidéo (blu-ray) : Sidonis / Calysta
  • Sortie vidéo (blu-ray) : 18 février 2019
  • Box-office France / Paris-périphérie : 1 021 915 entrées / 276 911 entrées
  • Budget : 2 M$ (d'époque)

Vieillot, L’île mystérieuse conserve un certain charme suranné grâce aux effets spéciaux de Ray Harryhausen. Le film manque toutefois de personnages attachants pour être pleinement satisfaisant.

Synopsis : Deux hommes parviennent à s’échapper de prison grâce à deux complices qui organisent une évasion incroyable, à l’aide d’une montgolfière ! Le trajet dans les airs n’est pas de tout repos car une tempête éclate et les quatre compères s’écrasent sur une île déserte du Pacifique. L’un d’eux manque à l’appel et ils remarquent très vite que d’étranges et inquiétants phénomènes se produisent ici…

Jules Verne à la mode en ces années 50-60

Critique : En 1954, Walt Disney propose une superproduction basée sur un roman de Jules Verne, 20 000 lieues sous les mers. Le triomphe est total, avec près de 10 millions d’entrées rien qu’en France. Il n’en fallait pas plus pour qu’une vague d’adaptations de Verne déferle sur les écrans. Après un Voyage au centre de la terre (Levin, 1959) au succès certain, le producteur Charles H. Schneer, spécialiste des récits d’aventures épiques et fantastiques, décide de saisir la balle au bond et d’adapter L’île mystérieuse, suite officielle de 20 000 lieues sous les mers et des Enfants du capitaine Grant.

Afin de s’assurer le concours des meilleurs techniciens de l’époque, Schneer engage le réalisateur américain blacklisté Cy Enfield qui a déjà à son actif quelques films d’aventures (dont un Tarzan). Mais surtout, il continue sa collaboration avec le spécialiste des effets spéciaux Ray Harryhausen, brillamment entamée avec le magnifique Septième voyage de Sinbad (Juran, 1958). Enfin, pour emballer cette œuvre épique, il confie la partition musicale à Bernard Hermann, particulièrement inspiré sur ce projet. Autant de noms prestigieux ne pouvait donner qu’un résultat époustouflant, mais la cible n’est que partiellement atteinte.

L'île mystérieuse, jaquette du combo DVD / Blu-ray

© 1961 Renewed 1989 Columbia Pictures Industries, Inc. / Conception graphique : Dark Star, l’Etoile Graphique. Tous droits réservés.

Des monstres ajoutés de manière artificielle au récit

En réalité, les adaptateurs de Verne ont eu peur que le récit de l’écrivain soit trop peu spectaculaire, puisqu’il s’agit d’une simple histoire de survie au cœur d’une île déserte. Ils ont donc ajouté ici des animaux fantastiques, histoire de pimenter un peu les aventures des naufragés.

Bien évidemment, le crabe, l’oiseau préhistorique, l’abeille et la pieuvre géante viennent agréablement donner du fil à retordre à nos héros, mais leur présence est justifiée de manière totalement artificielle au sein du récit. Certes, le scénario nous donne bien une explication, mais elle n’est guère crédible. Pourtant, ce sont bien ces créations de Ray Harryhausen qui marquent les esprits dans ce film au pouvoir de fascination limité.

Des personnages insipides au charisme limité

Le vrai défaut vient de l’inconséquence des personnages, clairement réduits à leur simple fonction (le commandant, le couard, les femmes en détresse) et donc dépourvus de la moindre psychologie. Ils sont interprétés par des acteurs quelque peu transparents dont on se contrefiche comme d’une guigne. Seul vrai personnage charismatique, le capitaine Nemo est personnifié par un Herbert Lom plutôt sobre et juste. Il est le seul acteur à s’imposer dans une distribution assez terne.

Finalement, la vraie star du long-métrage est bien le maître des effets spéciaux Ray Harryhausen qui nous propose des animations image par image superbes. Le crabe est par exemple l’une de ses créations les plus réalistes. On adore également le combat sous-marin final. Toutefois, il faut impérativement remettre ces effets dans leur contexte d’époque pour en apprécier la saveur old school. Tout ceci a vieilli et les copies HD qui circulent actuellement renforcent encore l’aspect factice de l’image (les détourages sont bien visibles). Il faut donc impérativement retrouver son âme d’enfant pour apprécier un tel spectacle au charme suranné.

Un spectacle conventionnel, mais non sans charme

Cet aspect quelque peu dépassé se retrouve également dans les thématiques développées et dans les relations entre les personnages qui peuvent faire sourire. Puisque nous sommes dans un spectacle familial, en priorité destiné aux enfants, aucune aspérité n’affleure vraiment et les conventions sont bien gardées : les hommes se battent et chassent, tandis que les femmes préparent le repas et lavent le linge. Cela est bien entendu conforme à la mentalité de l’époque.

Charmant, L’île mystérieuse conserve donc aujourd’hui un certain cachet, mais peine à pleinement divertir contrairement à certaines œuvres plus réussies de la même époque. Malgré ces limites, le film a connu un gros succès à sa sortie. En France, il a dépassé le million d’entrées, ce qui est nettement moins bon que le film Disney, mais meilleur que la plupart des productions du même genre.

Acheter le combo DVD / Blu-ray

Critique : Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 10 janvier 1962

L'île mystérieuse, l'affiche

© 1961 Renewed 1989 Columbia Pictures Industries, Inc. Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

trailers
x
L'île mystérieuse, l'affiche

Bande-annonce de L'île mystérieuse (VO)

Science-Fiction, Aventures, Fantastique

x