Les chevaliers du Texas : la critique du film et le test blu-ray (1949)

western | 1h28min
Note de la rédaction :
7,5/10
7,5
Les chevaliers du Texas, affiche alternative rouge

Les chevaliers du Texas, production millionnaire à sa sortie, est un western à la facture classique disposant d’un superbe technicolor et d’une approche approfondie de la psychologie de ses personnages.

Synopsis : Durant la guerre de Sécession, Luke Cottrell, chef des francs-tireurs nordistes, brûle le ranch des “Trois Cloches” propriété de Kip Davis, Charlie Burns et Lee Price. Pour se venger, Kip décide de laisser sa fiancée Deborah et prend la route du sud pour retrouver Luke Cottrell et le punir. Afin de pouvoir reconstruire le ranch, Kip s’engage avec Rouge de Lisle, bientôt rejoint par Charlie, pour organiser un trafic d’armes pour le Sud. Lorsqu’enfin Kip revient dans la ville, il apprend que Deborah est amoureuse de Lee…

Les chevaliers du Texas, un western qui mobilisa plus d’un million de spectateurs en France

Critique : Ray Enright est un cinéaste touche-à-tout ayant mis en scène de nombreux westerns, polars et comédies. Son meilleur western (proche du chef d’œuvre), Ton heure a sonné, est sorti en 1948. Il s’agit d’une subtile réflexion sur la vengeance, avec un excellent Randolph Scott. A peine un an plus tard, Ray Enright met en scène Les chevaliers du Texas également une belle réussite.

Joel McCrea de dos et Dorothy Malone de face

Copyright Sidonis Calysta

L’action se déroule pendant la guerre de Sécession, à Brownsville, ville la plus au sud des États-Unis, marquant la frontière avec le Mexique. C’est dans ce contexte que trois Sudistes partent à la recherche d’un certain Cottrell, qui a brûlé leur ranch.

Le scénario n’est pas de prime abord d’une folle originalité. Après tout on a affaire à une énième histoire de vengeance avec, comme toile de fond, la guerre de Sécession. Pourtant, à y regarder de près, le scénario traite les rapports entre les différents protagonistes avec beaucoup d’à-propos.

Kip Davis, le personnage principal du film, est interprété par Joel McCrea (vu dans le très bon 3000 dollars mort ou vif), comme toujours impeccable dans son jeu. Il est tiraillé entre son amour pour Deborah (Dorothy Malone) qu’il fréquente depuis longtemps et la belle Rouge (Alexis Smith) de Lisle (!), une chanteuse de saloon. Jusqu’à la fin, au gré des péripéties du film, on se demande bien laquelle des deux décrochera le cœur de notre héros.

Un western sortant des sentiers battus avec un héros faisant des choix contestables

Joel McCrea et Alexis Smith

Copyright Sidonis Calysta

Mais Kip Davis n’a pas la tête uniquement aux histoires d’amour. Dans cette époque troublée, il doit faire face aux troupes yankees, au gang de Luke Cottrell et à une amitié qui se délite de plus en plus avec ses deux amis. Il faut dire que certains tirent notamment parti de la guerre pour s’enrichir. A cet égard, les choix opérés par Kip Davis (contrebande, massacre d’une troupe) sont largement discutables et en font un héros beaucoup moins lisse que ce que l’on pourrait imaginer au départ.

Ce long métrage bénéficie également d’un superbe technicolor où apparaissent toutes les nuances des couleurs. On se régale en voyant ce film qui ne subit pas le poids de son âge. Au contraire, il y a un charme désuet mais bien réel à regarder ce western d’antan.

Pour ne rien gâcher, la distribution est au diapason de ce long métrage. Outre Joel McCrea, acteur injustement méconnu du grand public, cette production de genre peut compter sur la présence d’Alexis Smith. Celle-ci parvient à rendre crédible et émouvante son personnage de chanteuse de saloon trouble. C’est elle qui est à la manœuvre dans une scène de séduction inoubliable. A bien des égards, avec 15 ans d’avance, elle évoque la Kim Novak de Kiss me stupid de Billy Wilder. Les autres acteurs font le travail mais paraissent plus effacés, qu’il s’agisse de Dorothy Malone, Zachary Scott ou Douglas Kennedy.

En dépit d’un scénario traditionnel et de rebondissements attendus, Les chevaliers du Texas est un western laissant la part belle aux relations entre ses personnages et disposant de couleurs remarquables. A découvrir.

Collection Western de Légende

Test blu-ray

Comme à son habitude, on peut compter sur Sidonis Calysta pour distribuer des westerns méconnus voire quasiment rares.

Compléments : 3/5

Jaquette des Chevaliers du Texas

Copyright Sidonis Calysta

Habituelle présentation du film par Patrick Brion (7 minutes) pour commencer. Celui-ci fait état du technicolor particulièrement ravissant et revient sur la carrière du réalisateur Ray Enright, de l’acteur Joel McCrea : il n’est pas sans louanges quant à l’intelligence du scénario.

De son côté, Bertrand Tavernier présente le western de manière plus détaillée, pendant 20 minutes. Il note d’abord les défauts des Chevaliers du Texas (scénario traditionnel, péripéties prévisibles). Ensuite il loue lui aussi la beauté du technicolor, de belles scènes de bataille filmées dans des terrains accidentés ou encore l’excellente interprétation d’Alexis Smith.

Dans un dernier module intitulé Joel McCrea un homme tranquille (5 minutes) et comportant de nombreuses photos de l’acteur, le cinéaste passionné Jean-Claude Missiaen aborde à son tour la carrière de l’artiste, mais de manière bien trop succincte.

Image : 5/5

Ce blu-ray nous offre une image de toute beauté. Les couleurs du technicolor sont éclatantes et offrent de beaux contrastes. On a du mal à croire que ce film soit vieux de 70 ans !

Son : 3/5

Un DTS-HD master audio 2.0 dans l’ensemble dynamique. Même si un doublage français est présent, on lui préférera nettement la VOSTF, plus naturelle.

Le site de l’éditeur

Critique : Nicolas Bonnes 

 

Les Chevaliers du Texas, sortie blu-ray chez Sidonis

Les Chevaliers du Texas, chez Sidonis – Copyrights : Warner Bros, Sidonis Calysta

x