Le Lion : la critique du film (2020)

Comédie d'action | 1h35min
Note de la rédaction :
4/10
4
Le Lion de Ludovic Colbeau-Justin

Le Lion est ambitieux, Dany Boon et Philippe Katerine crédibles et charismatiques dans leurs archétypes propre au cinéma de Francis Veber (La Chèvre…), mais la comédie d’action est une boursouflure de moyens qui en oublie de faire rire et pèche également par son incapacité à impressionner dans les séquences agitées.

Synopsis : Pour l’aider à retrouver sa fiancée disparue, Romain, médecin en hôpital psychiatrique n’a d’autre choix que de faire évader l’un de ses patients Léo Milan, qui prétend être un agent secret…
Mais Romain n’est pas tout à fait sûr d’avoir fait le bon choix, Léo dit « le Lion » est-il vraiment un agent secret ou simplement un gros mytho ?

Critique : Avec un budget de 14M€, Le Lion est d’ores et déjà l’un des poids lourds de l’année 2020. Dès son introduction, le film plastronne lors d’une séquence à Dubaï qui pastiche Mission : Impossible. Dany Boon en agent secret casse-cou, remplace évidemment Tom Cruise. L’acteur comique, qui est ici seulement acteur, sera d’ailleurs plutôt crédible dans ce rôle d’action man aux mains létales qui refuse la moindre arme pour se défendre. Comme toujours dans le cinéma récent estampillé Boon, la réalisation (photo, choix des angles, décors) transpire l’argent, au risque de détourner l’attention du spectateur de l’essentiel. Cette séquence qui a coûté une fortune, n’est ni drôle, ni satisfaisante en matière d’action, puisque l’on a déjà vu cela des centaines de fois du côté des productions hollywoodiennes (en mieux) et cela sera un problème récurrent du spectacle, pas désagréable, mais insipide par rapport aux efforts de chacun pour faire monter la mayonnaise. Dès l’introduction casse-cou, on voit les intentions de la comédie qui va jouer de cette scène surréaliste, de son incongruité, pour construire une ambiguïté autour du personnage de Dany Boon, dit Le Lion, qui va se réveiller, dans la scène suivante, totalement démuni, dans un hôpital psychiatrique, plein d’histoires paranoïaques qui désarçonnent ses médecins.

Le Mytho

Philippe Katerine et Dany Boon mettent du Lion dans leur moteur

© Jean-Marie Leroy

Alors Boon, mytho, malade mental, gentleman de la cambriole ou agent secret et expert dans les mission casse-cou auprès de l’entité ultra-secrète Constellation ? Le Lion, dans son scénario, joue bien la carte du doute une fois sortie de l’hôpital où les scènes avec Boon et sa coupe de cheveux d’aliéné sont un peu pénibles. La star de Bienvenue chez les Ch’tis retrouve immédiatement de son panache et de son assurance, une fois évadé, l’élégance du style retrouvé. C’est qu’il a l’allure d’un vrai gentleman le Boon de la comédie française. Le psy, tout en timidité, c’est Philippe Katerine, qui lui, vit avec une authentique espionne – évidemment sans le savoir-, qui va se faire enlever, et qui va donc tout tenter pour la retrouver, en se laissant happer par les histoires de son Lion de patient qu’il va libérer de sa cage pour l’aider à retrouver sa bien-aimée sans identité.

Le Lion tente de raviver le charme du cinéma de Veber des années 80

La suite est convenue : une association binaire de deux personnalités que tout oppose et qui, à l’instar du couple Depardieu et Pierre Richard dans la trilogie de La Chèvre de Francis Veber (Lion/Chèvre !), va semer la déroute d’adversaires costauds, dans la réticence du timide et l’extravagance du mâle alpha ; ils vont, in fine, tisser des liens d’amitié qui pourraient appeler un nouvel épisode si le box-office répondait favorablement aux appels de cette tête d’affiche alléchante. Toutefois, là où Veber créait des personnages solides, qui nous interpellaient, car le scénario était toujours fignolé aux petits oignons, Le Lion a beau y mettre les moyens financiers et enchaîner les moments de bravoure, l’on reste déçu par des gags qui ne prêtent qu’à sourire quand, niveau action et suspense, le casse de la Banque de France pour ses fameuses réserves d’or, nous laisse sur notre faim.

Dany Boon s'amuse avec classe dans Le Lion

© Monkey Pack Films – TF1 droits audiovisuels- Pathe Films – TF1 Films Production- Artemis Production

En dehors de Boon et Philippe Katerine en tête d’affiche, et d’une fin pour une fois joliment développée et largement supérieure au reste du métrage, Le Lion est une comédie stérile qui pâtit d’une écriture molle, broyée indirectement par le poids de la star Dany Boon. Il s’agit plus ou moins de panégyrique au corps de quinquagénaire de Boon et de ses bravades, au détriment des gags. On ne rugit jamais de plaisir et l’on demeure toujours externe à la complicité qui se crée entre les deux vedettes à l’écran. Enfin, dans son aveu de faiblesse, la comédie affiche des seconds rôles fades, totalement inexistants (le casting féminin est particulièrement touché par l’insipidité). Il aurait fallu quelques caméos connus pour apporter punch et punchlines à ce divertissement qui était sûrement à faire, avec les deux mêmes acteurs, mais autrement.

Critique : Frédéric Mignard

Sorties de la semaine du 29 janvier 2020

 

Le Lion de Ludovic Colbeau-Justin

© MONKEY PACK FILMS – TF1 DROITS AUDIOVISUELS- PATHE FILMS- TF1 FILMS PRODUCTION- ARTEMIS PRODUCTION

Dany Boon sur Facebook

Trailers & Vidéos

x