Equation à un inconnu : la critique du film (1980)

Erotique, Pornographique, Expérimental | 1h39min
Note de la rédaction :
8/10
8
Equation to an unknown

  • Réalisateur : Francis Savel
  • Acteurs : Gianfranco Longhi, Jean-Jacques Loupmon, Reinhard Montz, Eric Guadagnin, Jean Denis, Thierry Dufour, Nacer Saber, Tony Weber
  • Date de sortie: 19 Mar 1980
  • Année de production : 1978
  • Nationalité : Français
  • Titre original : Equation à un inconnu
  • Titres alternatifs : Equation à deux inconnus (VHS), Equation to the Unknown (USA), Gleichung mit einem Unbekannten (Allemagne)
  • Scénaristes : -
  • D'après l'œuvre de : -
  • Directeur de la photographie : François About
  • Monteur : -
  • Compositeur : -
  • Producteurs : Jacques Scandelari, Jean Magniez sous le pseudo de Jean-Pierre Salomon
  • Sociétés de production : Les Films du Vertbois
  • Distributeur : Le Dragon
  • Distributeur reprise : -
  • Date de sortie reprise : -
  • Editeur vidéo : Vidéomo (VHS), Fil à Film (VHS), Altered Innocent (DVD, Blu-ray All-Zones), Salzgeber (DVD, Allemagne)
  • Date de sortie vidéo : 12 mai 2020 (Blu-ray, VOD, DVD chez Altered Innocence)
  • Box-office France / Paris-Périphérie : Inconnu
  • Budget : -
  • Rentabilité : -
  • Classification : Interdit aux moins de 18 ans (film à caractère pornographique)
  • Formats : 1 : 33.1 / Couleurs / Mono
  • Festivals et récompenses :
  • Illustrateur / Création graphique : © Tous droits réservés / All rights reserved
  • Crédits : © Les Films du Vertbois, Altered Innocence. Tous droits réservés / All rights reserved
Note des spectateurs :

Equation à un inconnu est une vision pornographique inattendue qui ose transcender le cinéma d’auteur de la fin des années 70 par ses expérimentations uniques. Une œuvre testamentaire puissamment mélancolique.

Synopsis : Un beau jeune étalon chevauche sa moto à travers une myriade de fantasmes sexuels, du vestiaire d’un match de football à une orgie rêveuse et troublante où le porno atteint son apogée mélancolique.

24 heures en quête d’un Eden de chair et de sève

Critique : Unique long métrage de Francis Savel, peintre, artiste, et notamment collaborateur de Joseph Losey, qu’il a réalisé sous pseudo, Equation à un inconnu est une œuvre qui ne ressemble à aucune autre. Cette production pornographique avec explicitation constante des actes sexuels, a été diffusée au seul cinéma Le Dragon, en mars 1980, à Paris, dans le Quartier latin. Le cinéma était spécialisé dans la programmation de films homosexuels, réservant l’exploitation d’Equation à un inconnu aux seuls aficionados d’un cinéma masturbatoire auquel on aurait fort tort de le réduire.

On ne niera en rien ses qualités sensuelles, sa variété de fantasmes fétichistes qui sont autant de rituels d’une époque pré-sida où la liberté sexuelle était totale. Pourtant, cette œuvre fantasmatique, qui ravive le souvenir d’O Fantasma de João Pedro Rodrigues (2001), va au-delà de la pornographie constante des corps assujettis aux actes. Porté sur le fétichisme des corps, le portrait de la sexualité la plus débridée n’en devient jamais obscène, mais curieusement atmosphérique, d’une dimension de l’étrange parallèle.

Equation à un inconnu, photo

© Salzgeber – Altered Innocence – Les Films du Vertbois. © Tous droits réservés / All rights reserved

Une œuvre rare réhabilitée par Yann Gonzalez

Cette rareté oubliée, survivant sur quelques copies VHS rescapées, a été ramenée à la conscience des cinéphiles par le cinéaste Yann Gonzalez qui, lors de recherches pour son thriller avec Vanessa Paradis, Un couteau dans le cœur, se déroulant dans le milieu du porno gay des années 80, a découvert ce jalon. Le cinéaste français s’est alors battu pour partager sa découverte à travers le monde, et est même parvenu à le faire projeter à la Cinémathèque.

L’éditeur américain Altered Difference en tirera une copie DVD et blu-ray (désormais introuvable), et un éditeur allemand prendra la succession quelques mois plus tard, pour une copie SD, malheureusement. Le film étant en français, les deux éditions sont donc parfaitement accessibles pour les curieux d’une image outrée, y compris en VOD ou achat digital.

Le film de Francis Savel est surtout une vision de cinéaste, alternative, éloigné d’un quotidien hétérosexuel ou la chasse (cruising, en anglais) homosexuelle donne lieu à un abandon des repères géographiques et temporels. Oubliez l’idée d’un cinéma d’esthète et de dandy. L’ancrage social à mi-chemin entre les fantasmes de testostérone de Jean Genet et ceux du fétichisme intemporel, corrobore toute la beauté du cinéma fantastique et ésotérique d’une époque où sexualité et mort se mariaient lors de requiem parfois sentencieux, en tout cas totalement conçus par des auteurs qui se refusaient d’être autre chose que des artistes signifiants.

Equation à un inconnu, affiche allemande

© Salzgeber – Altered Innocence – Les Films du Vertbois. © Tous droits réservés / All rights reserved

Equation à un inconnu et ses expériences d’un cinéma total

Le sens de l’œuvre et le plaisir des sens se conjuguent dans ce film à tiroirs, mystère onirique où la romance d’un jeune homme en quête systématique des corps, se projette entre des rencontres réelles et une orgie paroxysmique de l’ordre du rêve extatique où les corps se mêlent autour du protagoniste sacrifié sur l’autel de l’abandon de soi.

Savel rend la pornographie belle via le travail du professionnel François About, d’une sensualité troublante, car la mise en scène est élaborée. La photographie, le montage, les angles de vue, les décors d’un Paris anéanti par les chantiers et d’une banlieue proche puissamment industrielle et désincarnée, accentuent le caractère oblique de l’œuvre.

La bande-son est discordante dans ses effets de montage sonore qui se détachent des actes. La sexualité crue est confrontée à des rires sarcastiques, des aboiements de chiens, les pleurs d’un enfant ou le hululement d’un oiseau de nuit. Un monde animal où le regard de la société est encore dans la désapprobation.

Equation à un inconnu et ses rencontres éphémères

© Salzgeber – Altered Innocence – Les Films du Vertbois. © Tous droits réservés / All rights reserved

Le crépuscule des dieux

Les jeunes hommes du film, fantômes d’un monde parallèle, que l’on abandonne en moto lors d’un traveling étrange, ou, abîmés et abusés, dans des toilettes, ont la capacité de jouer dans leurs gestes et chorégraphies charnelles, avec la prestance d’authentiques acteurs de films d’auteur. Ils sont pourtant issus du milieu X et notamment, pour certains d’entre eux, des cinémas de feu Cadinot et Norbert Terry.

Supérieur à l’érotisme iconoclaste d’un Walerian Borowczyk, le résultat est outrageusement déroutant, inlassablement fascinant, dans une possession du corps et de l’âme que la musique, portée par un synthétiseur mélancolique, coordonne.

De cette mélancolie découle le sentiment d’une tragédie naissante, celle des années 80 et l’avènement souterraine du sida qui décima une  génération d’homosexuels coupables d’avoir aspiré à la liberté, sans que les pouvoirs publics ne se donnent les moyens de répondre à l’épidémie de façon digne.

Au-delà du soupçon de mort, Equation à un inconnu devient la sépulture d’une génération et s’érige comme le temple sacré d’une époque.

Au-delà du désir pornographique, le film de Savel est bel et bien un film d’auteur underground qui évoque Guy Gilles ou Paul Vecchiali et s’impose comme le regard le plus mélancolique jamais porté sur le corps. Sans nul doute un chef-d’œuvre du genre.

Voir le film en VOD

Complément de lecture, un article de Trax sur les Secrets derrière Equation à un inconnu

Frédéric Mignard

Equation to an unknown

Copyrights : Altered Innocence – Les Films du Vertbois

Trailers & Vidéos

trailers
x
Equation to an unknown

Bande-annonce d'Equation pour un inconnu

Erotique, Pornographique, Expérimental

x