Ariana Grande: Excuse Me I Love You : la critique du documentaire (2020)

Documentaire | 1h37min
Note de la rédaction :
4.5/10
4.5
ariana grande: excuse me, i love you, affiche française du documentaire Netflix

  • Réalisateur : Paul Dugdale
  • Date de sortie: 21 Déc 2020
  • Année de production : 2020
  • Réalisateurs : Story Syndicate, Paul Dugdale
  • Avec : Ariana Grande
  • Directeurs de la photo : Thorsten Thielow, Brett Turnbull
  • Société de production : Netflix
  • Diffusion sur Netflix à partir du : 21 décembre 2020
Note des spectateurs :
[Total : 2   Moyenne : 3/5]

Ariana Grande: Excuse Me I Love You est un cliché du documentaire musical destiné à la génération Netflix. Lisse et inintéressant.

Synopsis : Le film documentaire Netflix ariana grande: excuse me, i love you suit la compositrice-interprète récompensée par un Grammy et plusieurs fois disque de platine à travers le monde lors de son Sweetener World Tour de 2019, qui s’est déroulé à guichets fermés. Outre les représentations spectaculaires où Ariana Grande chante ses tubes qui ont pulvérisé tous les hit-parades, le documentaire accompagne la superstar planétaire chez elle et sur la route avec ses danseurs et son groupe. Le film s’immisce dans les coulisses des répétitions et propose des images exclusives dévoilant les nombreuses facettes de cette artiste passionnée, authentique et à fleur de peau, qui cultive un style emblématique et une relation privilégiée avec ses fans.

Critique : Tourné filmé, entrecoupé d’inserts de la vedette en coulisses ou dans son jet privé, Ariana Grande: Excuse Me I Love You ne peut être vu que par des fans de l’artiste tant sa qualité est piètre et le show banal. La tolérance à la musique est en soit purement subjective. On laissera chacun y trouver matière à s’extasier ou vomir.

Ariana Grande: Excuse Me I Love You, une anecdote musicale

Majeure dans ses ventes et le streaming de ses titres aux USA, influenceuse née, beauté de poupée latine, la star américaine Ariana Grande est égale à elle-même dans le film. Elle enchaîne des tubes que les adultes ne connaîtront pas et qui marqueront les oreilles de la croissance des 2010.

Du début de sa tournée, le fameux premier show (tension mal retranscrite, voire inexistante à l’écran) jusqu’au spectacle final, l’ensemble pompe allègrement In Bed with Madonna (1991) sans y trouver la verve, l’insolence ou la truculence du documentaire fondateur. Ni même les caméos de stars.

All I don’t want for Christmas is her

Ariana Grande: Excuse Me I Love You  est indigent en rebondissements dans sa trame narrative ou en épanchements intimes. Même la relation aux danseurs paraît gamine et ne soulève aucun plaisir. On apprend donc qu’Ariana n’y connaît pas grand-chose en politique (sa joie sur une pseudo-destitution de Donald Trump qui n’arrivera jamais) et que ses idoles vocales lui ont tout appris (elle cite notamment Whitney Houston et surtout Mariah Carey, chanteuse encombrante du RnB des années 90 qui lui propose d’intervenir sur sa rente de Noël, le titre All I want for Christmas is you).

Ariana Grande: Excuse Me I Love You relève de l’anecdote télévisuelle.

Frédéric Mignard

Voir sur Netflix

ariana grande: excuse me, i love you, affiche française du documentaire Netflix

© Netflix

Trailers & Vidéos

trailers
x
ariana grande: excuse me, i love you, affiche française du documentaire Netflix

Bande-annonce de ariana grande: excuse me, i love you

Documentaire

x