Catherine Leprince

Actrice, Ecrivaine
Affiche de Vive les femmes par Reiser

Personal Info

  • Nationalité : Française
  • Date de naissance : 17 mars 1956, à Paris (France)

Biographie

Note des spectateurs :

Retour sur la carrière d’une icône rare des années 80, Catherine Leprince.

Actrice culte des années 80, particulièrement appréciée du public japonais, Catherine Leprince commence dans des rôles déshabillés : Bilitis de David Hamilton est l’un des gros succès de l’année 1977. Elle fait ensuite une apparition dans Le cavaleur de Philippe de Broca, en 1979. Mocky la remarque et lui offre son premier grand rôle au cinéma dans le très politique Le pièges à cons, en 1979, que peu de spectateurs verront, malheureusement.

On l’aperçoit ensuite dans Le choc, le fameux blockbuster français qui mettait en scène la rencontre Delon Deneuve (1982).

Vive la femme

C’est toutefois en 1984 que l’actrice devient une vedette du box-office, avec le triomphe national de Vive les femmes !  La comédie de Claude Confortes, d’après Reiser, dépasse les deux millions de spectateurs et finit à la 15e place annuelle. Sa luminosité, sa féminité libre et sa beauté physique sont pour beaucoup dans le succès du film.

Elle réitérera une fois dans l’adaptation d’un BD grivoise, avec Paulette, la pauvre petite milliardaire, en 1986, toujours réalisé par Confortès, mais le film est un douloureux échec qui ternit sa carrière.

 

Catherine Leprince habite à l’Escalier C

Catherine Leprince s’essaie à des rôles plus dramatique. Dans le culte Escalier C de Jean-Charles Tacchela, elle est le premier rôle féminin dans un film d’hommes où les premiers rôles sont tenus par une nouvelle génération d’acteurs : Robin Renucci, Jean-Pierre Bacri, Jacques Bonnaffé… On retrouve aussi Catherine Frot et Fiona Gelin. Un grand film.

On la voit ensuite dans Baby bues, de Daniel Moosmann, en 1988, qui passe totalement inaperçu, puis dans Sans Défense, de Michel Nerval, un drame sur la prostitution masculine, avec Michel Galabru en grand-père courage. Le film ne reste qu’une semaine à l’affiche des cinémas français, lors de l’été 1989.

Une carrière sans défense

La carrière de Catherine Leprince s’achève au cinéma, comme celle de beaucoup de comédiens de son époque, qui ne survivent pas aux changements de comportements des spectateurs de la fin de la décennie lorsqu’ils découvrent de nouveaux genres de films, et délaissent les salles pour Canal + et la VHS.

Catherine Leprince la dénudée (elle est dans le premier épisode de Série Rose, anthologie érotique diffusée sur FR3, en 1986), véritable symbole des années 80, apparaît brièvement dans des téléfilms ou séries dans les années 90, mais sa carrière est au point mort.

Elle est depuis devenue écrivaine dans les années 2000. Un joli site lui est par ailleurs consacré.

Frédéric Mignard

Filmographie

x