Brooke Shields

Actrice, Mannequin
Now What? Brooke Shields

Personal Info

  • Nationalité : Américaine
  • Date de naissance : 31 mai 1965, New York City, New York (Etats-Unis)
Social:

Biographie

Note des spectateurs :

Brooke Shields est une actrice américaine qui connait un succès phénoménal en 1980 à l’occasion du Lagon bleu de Randal Kleiser, réalisateur de Grease. Véritable star, elle a démarré sa carrière à l’âge de 11 mois. 

Brooke Shields, éternelle new-yorkaise, est le fruit béni de la rencontre d’une femme de la classe ouvrière devenue, par sa beauté, une mondaine à Manhattan, et d’un père d’une famille riche de la « Grosse Pomme ».  Lorsque le bébé n’a que quelques mois, ses parents divorcent ; Brooke Shields et sa mère passeront les années ensemble à mener une vie de bohème : une mère borderline et alcoolique qui utilisait la beauté de sa fille pour payer les factures. Et Shields, de son éternelle gentillesse, ne cherchera jamais à condamner sa mère décédée en 2012, qu’elle a toujours soutenue. Une question de survie. Il fallait aider sa mère à survivre.

Déjà employée dans la publicité dès son enfance, avec une célèbre pub pour le savon, alors qu’elle n’a que 11 mois, Brooke Shields est une enfant poupée dont la grande beauté incite à multiplier les projets au milieu des années 70. A dix ans, elle pose nue devant l’objectif de Gary Gross pour un magazine. Une autre époque.

En 1974, elle figure déjà dans un téléfilm avec Faye Dunaway, Christopher Plummer et Bibi Andersson. Elle décroche un rôle dans un film d’horreur, Communion sanglante (Alice, Sweet Alice), en 1976, qui sera largement exploité à nouveau au cinéma et en VHS lorsqu’elle trouvera la gloire, au début des années 80.

Brooke Shields dans Alice, Sweet Alice

Alice, Sweet Alice © Cinetron Productions, Production company Z Films Inc. Tous droits réservés.

Des débuts au cinéma sulfureux qui choquent encore des décennies après

A 11 ans Brooke Shields, déjà femme enfant, est l’actrice principale du film sulfureux de Louis Malle, La petite, aux côtés de Susan Sarandon et Keith Carradine. Ce drame sur la prostitution enfantine tourné aux USA par le cinéaste français, remporte un grand succès et surtout un Prix élogieux à Cannes où il fait scandale. Elle ne reniera jamais son admiration pour ce film qui a tant valu de critiques à sa mère. Shields aime le cinéma européen et l’œuvre de Louis Malle en particulier, grâce à l’éducation arty de sa maman. Lucide, elle ne condamne pas l’époque, malgré les insistances d’un #MeToo révisionniste. Elle n’a pas souffert de prédation et ne perdra sa virginité qu’à 22 ans. Elle reste d’ailleurs à l’écart de la drogue et de l’alcool, affirmant aujourd’hui « qu’il n’est pas dans sa nature de se poser en victime. » Contrairement aux enfants stars d’Hollywood, elle durera sans fracas, pendant plus de cinquante ans.

Au cinéma, la même année que La petite (Pretty Baby, en version originale), elle figure chez Frank Pierson dans Le Roi des Gitans, production Dino de Laurentiis, avec Sterling Hayden, Shelley Winters, à nouveau Susan Sarandon, et surtout le jeune premier Eric Roberts qui devance sa sœur Julia de plus de dix d’avance.

Le phénomène Le Lagon bleu est surtout le raz-de-marée Brooke Shields

Avant de trouver la gloire commerciale en 1980 dans Le lagon bleu, Brooke Shields est de toute les pubs et tourne dans quelques productions oubliées comme le gamin Tilt (1979), le film de Peter Fonda Wanda Nevada, western dont elle incarne le personnage titre, et la comédie avec George Burns, Just You and Me, Kid (1979). Des premiers rôles pour une jeune adolescente qui va devenir un phénomène avec le classique romantique de Randal Kleiser Le lagon bleu. Brooke Shields s’amuse.

Le lagon bleu, d’une qualité très limitée (euphémisme), remporte aux Etats-Unis, l’équivalent contemporain (2022) de 163 000 000$ malgré un budget très réduit. Il se vend sur la juvénilité d’un jeune couple édénique, échoué sur une île tropicale où le jeune homme (Christopher Atkins) et la jeune fille n’ont plus qu’à s’adonner à l’amour comme passe-temps. Maigre artistiquement, mais phénoménal au box-office mondial. En France, ce type de programmes américains pourtant peu apprécié, réunit pas moins d’un peu plus d’un million cent spectateurs. Des décennies plus tard, le film fait encore parler de lui. Elle n’avait que 14 ans, son jeune partenaire en avait 18. Ils tournaient nus, toute la journée. Au moins était-elle doublée pour les scènes d’ébats sexuels.

blu-ray américain de Un amour infini

blu-ray américain de Un amour infini © 1981. All Rights Reserved.PolyGram Filmed Entertainment, Universal

Amie de Michael Jackson jusqu’à la fin

En 1980, aux USA, la carrière de Brooke Shields explose, et même dans le monde, la jeune mannequin est de toutes les couvertures. La figure angélique de la jeune femme est de tous les émois adolescents de la planète. Des poupées à son effigie sont même créées.

La jeune actrice de 16 ans enchaîne en 1981 avec une nouvelle romance, cette fois-ci de Franco Zeffirelli, Un amour infini avec Martin Hewitt. C’est de nouveau un très gros succès américain, malgré la mièvrerie du propos. Cela n’a pas empêché le film d’être classé X, avant des coupes destinées à obtenir une version R. Comme Le Lagon bleu, le film connaîtra un remake sans grand intérêt.

A cette époque, la jeune femme rencontre Michael Jackson qui a 22 ans. Les deux jeunes gens développent une histoire d’amitié qui durera des décennies, nourrissant des rumeurs de liaison et de mariage à venir.

Les prix que décroche Brooke Shields pendant quatre années successives aux People’s Choice Award démontrent qu’elle est la jeune Américaine la plus populaire de sa génération. Le Muppet Show, Fridays sur ABC, l’université de Princeton… elle est partout.

Sahara de la Cannon, la bascule dans l’échec

En 1983, jeune adulte, Brooke Shields figure dans une production Cannon romanesque avec le français Lambert Wilson, Sahara. Comme pour Le lagon bleu, l’actrice sera égratignée par la critique et les Razzie Awards. Ce film marquera un tournant conséquent dans sa carrière. Cela sera en France l’ultime produit qui sera marketé autour du nom de la jeune femme dont la célébrité ressort froissée par cet échec. Même le film d’aventure Brenda Starr, avec Timothy Dalton, deux ans plus tard, est un échec qui lui vaut d’être écartée des cinémas français.

Les années 80, 90 et les années 2000, la verront alterner productions pour adolescents ou films indépendants où le second degré sera sa féroce marque de fabrique (Cannonball III, Backstreet Dreams, le loufoque La cité des monstres…). Mais les flops réguliers ne rendent pas justice aux espoirs placés en elle au début de sa carrière.

Affiche de Sahara de Drew Struzan

Drew Struzan © 1983 All Rights Reserved.

Freeway, avec Reese Witherspoon, l’un de ses meilleurs films au cinéma

Brooke Shields tourne régulièrement, mais il lui faudra attendre 1996 et le thriller punk féministe Freeway, avec Reese Witherspoon, pour trouver enfin un rôle adulte pertinent. Elle enchaîne ensuite avec Les folies de Margaret, pure comédie indie de Brian Skeet, avec Parker Posey, et le choral Black & White de James Toback. Le succès public ne suit pas.

Mais pour Shields, les années 90, ce sont surtout huit années – dont trois en tant qu’épouse -, aux côtés d’Andre Agassi, champion de tennis avec lequel elle fait la Une de la presse people. Leur couple fait rêver. Sur scène, elle casse la baraque dans une adaptation de Grease. Elle fait une apparition dans Friends en guest, puis se retrouve propulsée entre 1996 et 2000 en tête de générique de la série télévisée Susan!, l’un de ses plus beaux succès personnels, sur quatre saisons qui lui vaut encore gloire et récompenses.

Dans les années 2000, Brooke Shields se marie une seconde fois, cette fois-ci avec le scénariste Chris Henchy. Ils ont deux enfants ensemble. La star poursuit une carrière caritative, avec sa fondation, elle figure au générique de Braquage au féminin (2002) ou That70s show (2004). Au cinéma, elle passe de la comédie hollywoodienne Le célibataire (1999), avec Chris O’Donnell et Renée Zellweger, au petit budget After Sex (2000), avec Virginia Madsen.

Brooke Shields dans Un château pour Noël (Netflix)

Un château pour Noël – Cr. Mark Mainz/Netflix © 2021

De Nip/Tuk à Hannah Montana, l’éternel grand écart

Brooke Shields, omniprésente, mais pour les cinéphiles vue nulle part, trouve également des rôles culte dans la série télé trash Nip/Tuck où elle se prête aux démences du programme avec un rôle à part dans sa carrière ; elle figure dans le film d’épouvante Midnight Meat Train de Ryûhey Kitamura, d’après Clive Barker. Elle est la mère de Miley Cyrus dans la série Hannah Montana, joue dans Les reines de Manhattan (série, 2008-2009). On la croise dans les films de cinéma La forêt contre-attaque de Roger Kumble, Very Bad Cops / Les renforts d’Adam McKay ou le divertissement ado Chalet Girl de Phil Traill… En 2021, la réalisatrice des clips de Madonna Like a Virgin et Like a Prayer, mais aussi de l’adaptation à succès du best-seller de Stephen King, Simetierre (1990), l’emballe dans sa romance Un château pour Noël, proposé en exclusivité sur Netflix. L’actrice a le vent en poupe.

Une évocation du rêve américain

Avec l’engouement du public pour les séries télévisées et la multiplication des plateformes de diffusion, Brooke Shields quinquagénaire, trouve des rôles récurrents dans American Wives, The Michael J. Fox Show, New York – Unité spéciale, The Middle, Jane the Virgin, Mr. Pickles

Sa carrière de 105 crédits en 50 ans est devenue routinière, mais désormais la femme est plus une icône que comédienne. Quand elle évoque sa dépression postpartum et utilise le mot d’antidépresseur, sa parole a dérangé jusqu’au grand gourou de la scientologie, Tom Cruise, qui a dû s’excuser de ses propos peu élégants et l’invitera même à la cérémonie de son mariage avec Katie Holmes.

En 2022, cette incarnation du rêve américain  lance son propre podcast et s’épanouit dans le business du bien-être consacrée aux femmes de 40 ans, avec un naturel confondant. Elle pose pour la ligne de soutiens gorges Skims, de Kim Kardashian, et compte déjà trois ouvrages. Et même ne regrette rien de son passé n’en déplaise à ceux qui trouvent aujourd’hui La petite de Louis Malle insupportable. Et oui, « la petite » est devenue grande, très grande même.

Frédéric Mignard

Podcast de Brooke Shields Now What?

Promo pour le premier Podcast de Brooke Shields. © 2022 All Rights Reserved.

x