Note des spectateurs :

Mort de Hal Holbrook, éternel second rôle, vu dans Creepshow (George Romero), Les hommes du président (Alan J. Pakula), Fog (John Carpenter) et Into the Wild (Sean Penn).

C’est au théâtre, à Broadway, dans les années 50, que Hal Holbrook démarre sa carrière. On le voit aussi dans des séries télévisées. Il est ensuite dirigé au cinéma par Sidney Lumet dans Le Groupe (1966), où il joue un second rôle en compagnie de Larry – JR Ewing – Hagman.

Sa filmographie est essentiellement composée de seconds rôles, mais non des moindres. On le remarque chez Barry Shear dans Les troupes de la colère (1968) ou dans L’insurgé de Martin Ritt (1970). Il collabore aussi avec Ted Post dans Magnum Force, le deuxième épisode de la franchise L’inspecteur Harry, avec Clint Eastwood. Il prête sa voix à l’un des personnages ailés de Jonathan Livingtsone le goéland, la fable psychédélique et philosophique mettant en scène un vrai goéland dans un monde seventies de questionnement existentiel.

Hal Holbrook, une carrière de seconds rôles

Julia (1977) de Fred Zinneman est à mettre à son crédit ou Rituals (Ils étaient cinq, au cinéma), pour des raisons bien peu avouables (sa version originale dantesque en fait un must pour les amateurs de nanars).

Il fait partie du collectif de grands noms masculins de La bataille de Midway (aux côtés de Charlton Heston, Henry Fonda, Robert Mitchum, James Coburn…).

Pour Peter Hyams, il apparaît dans l’épique de science-fiction Capricorn One (1978), et retrouve le cinéaste en 1983 dans La nuit des juges.

Happé par la télévision et les DTV dans les années 80, il est toutefois au générique de Wall Street d’Oliver Stone, Autant en emporte Fletch (1989), suite de Fletch inédite en France, et surtout dans La Firme de Sidney Pollack (1993) thriller industriel dont la vedette est Tom Cruise. Le casting de vieux couteaux est sublime : Gene Hackman, Ed Harris…

Toujours plus présent avec l’âge des vétérans

Alors que son âge avance, il multiplie toujours les seconds rôles tout au long des années 90-2000 : Du venin dans les veines, thriller avec Gwyneth Palwtrow, Judas Kiss, avec Alan Rickman et Emma Thompson, la comédie romantique Le célibataire avec Chris  O’Donnell, Renée Zellwegger et Mariah Carey,  Les chemins de la dignité avec Robert De Niro et Charlize Theron, Le Fantôme de Sarah Williams de Keith Gordon, avec Jennifer Connelly, The Majestic de Frank Darabont, avec Jim Carey, Les maîtres du jeu avec Sylvester Stallonee et Jamie Foxx (tous des échecs, au passage), mais aussi De l’eau pour les éléphants de Francis Lawrence, avec Robert Pattinson et Reese Witherspoon, et enfin Promised Land de Gus Van Sant, avec Matt Damon, pour finir sa carrière sur des œuvres de qualité.

Il sera nommé à l’Oscar pour son second rôle dans Into the wild, de Sean Penn, en 2008. Une belle récompense qu’il n’obtient pas, mais une récompense tout de même.

Hal Holbrook décède le 23 janvier 2021, à l’âge de 95 ans, dans sa résidence, à Beverly Hills. L’information est communiquée par le New York Times le 2 février 2021, soit dix jours plus tard.

Frédéric Mignard