Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

L’histoire de la pop live ne serait pas grand-chose sans Madonna. A l’occasion de l’arrivée de la madone sur Paris pour 12 concerts au Grand Rex, du 20 février au 10 mars, découvrez les 5 tournées légendaires de Madonna, celles qui ont changé les règles du jeu.

Madonna les 5 tournées légendaires :

1 Le Confession Tour (2006)

La meilleure tournée pop de l’histoire. Malgré l’approche de la cinquantaine, Madonna, en pleine promo mondiale de l’album Confessions on a dancefloor, affiche une aisance totale dans les chorégraphies. Elle démontre un talent pour la danse incroyable dans des situations spectaculaires qui impliquent des prestations de parkour qui restent en mémoire pour ceux qui l’ont vu en arena. Sulfureuse, brillante… la prestation dépote et le film concert de Jonas Akerlund, disponible exclusivement en DVD et non en blu-ray, est un monument de montage.

2 Le Blond Ambition Tour (1990)

C’est la tournée qui inventa toutes les autres. Mettant en scène l’album Like a prayer et I’m breathless, le tour à scandales provoqua des réactions vives dans le monde entier, jusqu’au Vatican, et fut accompagné du tournage d’un documentaire innovateur, In bed with Madonna qui pose ses canons jusqu’à Cannes (1991) où il provoque une cohue historique. Il faudra Michael Moore pour le détrôner au box-office des plus grosses recettes pour un film documentaire une décennie plus tard.

Tableaux, décors, costumes, remixes… Madonna lance un concept avec le Blond Ambition en 1990 et plus aucun concert de pop ne sera pareil. La révolution est enclenchée. Il s’agit-là de la tournée masturbatoire de Madonna. Comprendront ceux qui l’auront vue.

3 Le Who’s that Girl Tour (1987)

Madonna se lance dans les tournées internationales. Le concert est le plus grand événement médiatique pop de l’histoire des années 80-90. Avec 130 000 spectateurs présents au Parc de Sceaux, la Madonnamania bat son plein. Deux singles dans le top 3 des ventes de singles, quatre albums dans le top 10 des meilleures ventes, la Une des magazines et de tous les journaux télévisés… La France bascule. Madonna ne jette pas la culotte à l’ancien maire Jacques Chirac, contrairement à ce que la légende raconte, mais au gré du vent, dans le public. Stallone, Deneuve, Delon… Tout le gratin est là pour voir un bout de femme qui chante sur des écrans, car malgré la beauté du cadre historique, personne n’a pu vraiment bénéficier de l’image… A noter la présence d’un véritable marché Madonna à l’entrée du parc, avec goodies et collector à gogo… Juste phénoménal.

4 Le Virgin Tour (1985)

La première tournée de Madonna est nationale et ne passera donc jamais par l’Europe, hormis lors de la distribution en VHS, chez Warner. Le tour nord-américain est toutefois un phénomène de société aux USA, où la star, catapultée par le succès de Like a Virgin, est assaillie par des foules de Wannabes, des clones de Madonna, en dentelles et crucifix. Madonna s’étant toujours octroyé le droit au blasphème, elle le repend comme une hostie à la jeunesse reaganienne. Cette fois-ci, la valeur du show est ici historique, ou plutôt hystérique à ce niveau-là.

5 Le Madame X Tour (2019)

Pour la première fois, la madone abandonne les tournées dans les stades et les arènes pour des salles de petite envergure, mais prestigieuses. Quelques villes américaines, Lisbonne, Londres et Paris… Là où les méga-stars remplissent le temps d’un soir une arène, Madonna préfère toucher les spectateurs en allant en leur contact en multipliant les dates dans les mêmes villes. Les billets se vendent très cher, mais la restitution scénique est impressionnante, jamais la star n’ayant été aussi proche de ses fans. Toutefois, des problèmes de santé émailleront la tournée avec des dates annulées (deux en France). La chanteuse refuse d’abandonner le spectacle. The « chaud » must go on !

Notre critique de l’album Madame X

Madonna Bandeau
Crédits : Polydor, Interscope

Les 4 autres tournées légendaires à découvrir :

Le MDNA tour (2012) et le Sticky Sweet Tour (2010) sont des tournées épiques. Le Rebel Heart Tour (2015) voit l’artiste moins danser car, cette fois-ci elle s’approche de la soixantaine. Elle demeure néanmoins rayonnante et remplit les arenas. Les critiques louent ce qui est son meilleur spectacle, le plus chaleureux.

Le Girlie Show (1993) : look butch et lesbien avant l’heure, le spectacle sophistiqué est un bonheur artistique, alors que la chanteuse connaît le premier revers commercial de sa carrière (hors cinéma). L’album Erotica ne se vend pas en raison d’une overdose de promo à caractère sexuel : on pense notamment à la publication d’un ouvrage porno chic, Sex. Pour la première fois une méga star se permettait de se mettre en situation de pornographie, l’Amérique ne lui pardonnera pas.

Crédit photo : Frédéric Mignard

Les deux mauvaises tournées de Madonna :

The Drowned World en 2000 :

Froid, impersonnel, inutilement violent, le spectacle bat des records de fréquentation : Madonna s’était absentée de la scène pendant sept années ! Distante vis-à-vis du public, elle sert pourtant la promo à deux albums à succès, Ray of Light et Music, les albums de la maturité qui ont fait d’elle, la plus grande star féminine du début des années 2000.

Le Re-invention tour en 2014 :

Tournée best of qui séduit par instant, mais les mixes, costumes et décors ne valent guère le détour. Evidemment, cela sera un succès. Aucun DVD officiel n’existe, même si des extraits seront repris dans le long-métrage I’m gonna tell you a secret, documentaire mystique qui ne sera pas distribué en salle.

Madonna : les 5 tournées légendaires – CinéDweller 2020 – Frédéric Mignard

Pour en savoir plus, le site News-of-Madonna.