Rosy : la critique du film (2022)

Documentaire | 1h26min
Note de la rédaction :
8.5/10
8.5
Rosy, affiche du film

  • Réalisateur : Marine Barnerias
  • Date de sortie: 05 Jan 2022
  • Année de production : 2021
  • Nationalité : Français
  • Titre original : Rosy
  • Titres alternatifs : -
  • Scénaristes : Marine Barnérias, Anne-Sophie Bion
  • Directeur de la photographie : Marine Barnerias, Guillaume Boutindi, Ronan De Suin, Timothée Hilst
  • Monteur : Anne-Sophie Bion
  • Compositeur : Matthieu Chedid
  • Producteurs : Anna Tordjman, Harry Tordjman
  • Sociétés de production : My Box Productions, Gaumont, Canl +
  • Distributeur : Gaumont Distribution
  • Distributeur reprise : -
  • Date de sortie reprise : -
  • Editeur vidéo : Gaumont Vidéo
  • Date de sortie vidéo : Premier semestre 2022
  • Box-office France / Paris-Périphérie : -
  • Box-office nord américain / monde : -
  • Budget : -
  • Rentabilité : -
  • Classification : Tous publics
  • Formats : -
  • Festivals et récompenses : Festival du Film Francophone d'Angoulême (2021), Montpellier Mediterranean Film Festival (2021)
  • Illustrateur / Création graphique : © Création : Silenzio. All rights reserved
  • Crédits : © 2022 My Box Films - Gaumont. Tous droits réservés / All rights reserved
Note des spectateurs :

Rosy, documentaire optimiste et courageux, transforme la cruauté de la maladie en une formidable leçon de vie.

Synopsis : Marine Barnerias n’a que 21 ans quand elle apprend en 2015 qu’elle est atteinte d’une sclérose en plaques. Au lieu de s’appesantir, elle en accepte l’augure et va jusqu’à la personnaliser la prénommant “Rose”. Après un trip sac à dos en solitaire de la Nouvelle-Zélande à la Birmanie, Marine Barnerias connaît une petite notoriété qui l’amène à raconter son histoire dans un livre, ou à la télévision face à Frédéric Lopez, avant de poursuivre sa carrière sur les chaînes locales de France 3 en tant qu’animatrice-productrice de formats tournés vers la nature et le littoral.

Un voyage improvisé aux confins du courage

Critique : Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, pourrait être la devise de cette jeune étudiante, qui, après avoir appris brutalement qu’elle est atteinte d’une sclérose en plaque, maladie terriblement handicapante, cherche comment réorganiser sa vie. Face à un tel diagnostic surgit la crainte légitime d’un récit au mieux médical, au pire larmoyant. C’est pourtant l’option inverse que choisit Marine qui n’aura de cesse de se prouver à elle-même et de prouver aux autres que vivre avec cette maladie n’est pas une fatalité.

Une fois l’état de sidération dépassé, elle tente de continuer à vivre normalement mais quelques complications physiques lui font comprendre qu’il lui faut trouver une autre voie pour entretenir l’énergie dont elle est toujours porteuse, malgré l’adversité. Lassée par le peu d’empathie et les prophéties négatives du corps médical, elle se découvre une âme d’aventurière qui lui permettra de garder espoir, d’en distribuer autour d’elle et surtout de se retrouver en rassemblant son corps, son âme et son esprit. Et pour être au plus près de soi-même, quoi de mieux que de partir le plus loin possible ? A la manière de l’émission En terre inconnue, elle se lance dans un voyage improvisé auquel elle n’aurait jamais songé sans ce funeste accident de la vie qu’elle baptisera du doux nom de Rosy, pour mieux l’apprivoiser.

Rosy, une thérapie doublée d’une leçon de vie

Habituée au confort douillet des habitats modernes, Marine se confronte au contact direct avec la nature et à l’art de la débrouille dans les vastes étendues de Nouvelle-Zélande, apprend les vertus de la patience et du silence durant ces douze jours de retraite en Birmanie et accompagne les Tsaatan, éleveurs de rennes mongols. Autant de rencontres, de partages et d’échanges qui, dans un même élan de bonne humeur, effacent le poids des tourments physiques et moraux pour ne laisser la place qu’au bonheur de la solidarité mutuelle. Prenant finalement conscience que cette expérience hors du commun pourrait aider des personnes en difficulté à regagner confiance, elle décide d’exploiter cinématographiquement ces moments chargés d’émotion qu’elle a stockés en toute simplicité sur son téléphone, afin de transmettre un peu de cette force acquise au cours de son voyage. Si tous les plans ne sont pas d’une qualité technique absolue, la sincérité qui les irrigue efface bien vite ces quelques défauts.

Au-delà de l’incroyable pulsion de vie qu’il envoie, Rosy rappelle avec une réjouissante justesse que dans un monde toujours plus rationalisé, il est temps de laisser à l’homme le choix de son destin. La science ne peut prétendre à elle seule résoudre tous les maux. Autoriser la libre expression des sentiments sans les quantifier ni les catégoriser peut s’avérer aussi être une excellente thérapie. L’aventure de cette battante nous le prouve amplement.

Critique de Claudine Levanneur

Sorties de la semaine du 5 janvier 2022

Rosy, affiche du film

Création : Silenzio. © 2022 My Box Films – Gaumont – Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

trailers
x
Rosy, affiche du film

Bande-annonce de Rosy

Documentaire

x