La Sirène : la critique du film (2023)

Animation, Drame de guerre | 1h40min
Note de la rédaction :
7/10
7
La Sirène, l'affiche

  • Réalisateur : Sepideh Farsi
  • Acteurs : Babak Karimi, Mina Kavani
  • Date de sortie: 28 Juin 2023
  • Année de production : 2023
  • Nationalité : Français, Allemand, Luxembourgeois, Belge
  • Titre original : The Siren
  • Titres alternatifs : Syrena (Pologne) / Szirén (Hongrie) / Die Sirene (Allemagne)
  • Autres voix : Hadmidreza Djavdan
  • Scénariste : Javad Djavahery
  • Monteurs : Isabelle Manquillet, Grégoire Sivan
  • Directeur de la photographie : -
  • Compositeur : Erik Truffaz
  • Chef Maquilleur : -
  • Chef décorateur : -
  • Directeur artistique : Zaven Najjar
  • Producteurs : Vanessa Ciszewski, Annemie Degryse, David Grumbach, Richard Lutterbeck, Sébastien Onomo
  • Producteurs exécutifs : -
  • Sociétés de production : Les Films d'Ici, Lunanime, Katuh Studio, BAC Cinéma
  • Distributeur : BAC Films
  • Distributeur reprise : -
  • Date de sortie reprise : -
  • Editeur vidéo : M6 Vidéo (DVD, 2023)
  • Date de sortie vidéo : 17 octobre 2023
  • Budget : -
  • Box-office France / Paris-Périphérie : 8 779 entrées / 2 403 entrées
  • Box-office nord-américain / monde : -
  • Rentabilité : -
  • Classification : Tous publics
  • Formats : 2.35 : 1 / Couleurs / Son : 5.1
  • Festivals : Festival International du Film de Berlin 2023 / Festival international du film d'animation d'Annecy 2023 / Champs Élysées Film Festival 2023 / Umbria Film Festival 2023
  • Nominations :
  • Récompenses : Festival international du film d'animation d'Annecy 2023 : Prix de la meilleure musique originale / Champs Élysées Film Festival 2023 : Prix de la meilleure réalisation / Umbria Film Festival 2023 : Prix du public
  • Illustrateur/Création graphique : © Amel. Tous droits réservés / All rights reserved
  • Crédits : © Les Films d'Ici, Lunanime, Katuh Studio, BAC Cinéma. Tous droits réservés / All rights reserved
  • Attachées de presse : GAMES OF COM (Emmanuelle Verniquet et Aurélie Lebrun)
Note des spectateurs :

Bel hommage aux victimes de la guerre entre l’Iran et l’Irak, La Sirène est un joli film d’animation entre indignation légitime et poésie pleine d’espérance. A découvrir.

Synopsis : 1980, dans le sud de l’Iran. Les habitants d’Abadan résistent au siège des Irakiens. Il y a là Omid, 14 ans, qui a décidé de rester sur place chez son grand-père, en attendant le retour de son grand frère du front. Mais comment résister en temps de guerre sans prendre les armes ? Omid découvre alors un bateau abandonné dans le port d’Abadan. Aurait-il enfin trouvé le moyen de sauver ceux qu’il aime ?

Le projet fou d’une réalisatrice novice en animation

Critique : Cinéaste iranienne installée en France depuis 1984, Sepideh Farsi n’a eu de cesse d’évoquer son pays à travers de nombreux documentaires, mais aussi des films de fiction. Vers 2009, elle a ressenti le besoin d’évoquer sa prime jeunesse durant la terrible guerre entre l’Iran et l’Irak (1980-1988). Pour cela, la seule solution envisageable était d’avoir recours à l’animation, afin de pouvoir reconstituer du mieux possible l’atmosphère de la ville iranienne d’Abadan qui fut assiégée par les troupes irakiennes dès les prémices du conflit. Si la réalisatrice n’a pas vécu dans cette ville, elle y est attachée car elle l’a découverte grâce à son père. Ainsi, La Sirène (2023) constitue un habile mélange entre souvenirs réels et fiction.

Pour concrétiser ce vieux projet, Sepideh Farsi a fait appel au dessinateur et animateur Zaven Najjar qu’elle connait depuis 2014. Ensembles, ils ont pu définir la charte graphique du film d’animation, ainsi que l’aspect des différents personnages. Au scénario, la réalisatrice s’est attaché les services de Javad Djavahery avec qui elle collabore depuis de longues années. Il faut dire que les deux complices partagent un lien évident, étant tous les deux persona non grata en Iran. Après de longues années de création, La Sirène a enfin pu être dévoilé au Festival de Berlin, mais aussi au Festival du film d’animation d’Annecy où il a décroché le Prix de la meilleure musique pour Erik Truffaz. Une récompense tout à fait méritée tant l’atmosphère musicale participe pleinement à la réussite du long métrage.

La fougue de la jeunesse face à l’horreur

Cela commence plutôt fort, avec la première explosion qui intervient durant un match de football entre jeunes d’un quartier d’Abadan. Grâce à une charte graphique plutôt originale qui s’apparente au travail d’Ari Folman sur Valse avec Bachir (2008), La Sirène nous plonge de plain-pied dans un conflit sanglant qui ne va épargner aucun des deux peuples. En suivant les pas de l’adolescent Omid – qui veut dire espoir en persan – la réalisatrice nous propose d’adopter le point de vue d’un innocent qui va être confronté à l’horreur et à la destruction.

La Sirène, photo d'exploitation

© 2023 Les Films d’Ici, Lunanime, Katuh Studio, BAC Cinéma. Tous droits réservés.

Face à l’inexorable, le jeune garçon décide de ne pas se résigner et entreprend de restaurer une vieille embarcation afin de permettre à des habitants de fuir les combats.

Hommage aux civils, La Sirène n’épargne pas les intégristes religieux

La référence à l’épisode de l’arche de Noé est ici évidente, puisque le bateau nommé La Sirène réunit à son bord des civils qui appartiennent à toutes les couches de la société iranienne, et notamment une vieille gloire de la chanson dont la carrière a été brisée par la révolution islamique. Effectivement, si Sepideh Farsi entend rendre un vibrant hommage à ses concitoyens victimes de la guerre, elle décoche plusieurs flèches à destination de l’Iran des mollahs. A travers le personnage féminin de Pari – qui signifie sirène également – la réalisatrice démontre la volonté de libération de nombreuses femmes au cœur d’un Iran bâillonné par l’intégrisme religieux.

Prenant son temps pour développer ses personnages et son intrigue, La Sirène séduit par son acuité à décrire une situation de guerre sans espoir apparent. Alors que l’ensemble du film est plutôt sombre, l’épopée maritime finale apporte tout de même une touche de poésie qui offre une issue favorable aux protagonistes que l’on a appris à aimer entre-temps.

Un beau témoignage qui n’a pas fait d’étincelles en salles

Avec son mélange d’animation 3D (pour les personnages) et 2D (pour les décors et environnements), La Sirène est donc une belle réussite sur le plan formel, tandis que son histoire vient raviver le souvenir de ce conflit quelque peu oublié de nos jours, alors qu’il a tout de même occasionné la mort de centaines de milliers de personnes. En fait, le bilan total fait débat chez les historiens qui oscillent entre 680 000 morts et plus d’un million. Dans tous les cas, ce conflit sanglant qui n’a abouti à aucune conquête majeure représente parfaitement l’absurdité de certaines guerres de la fin du 20ème siècle. La Sirène constitue donc un joli témoignage de la souffrance d’un peuple.

Distribué par Bac Films sur 66 copies dans toute la France, La Sirène n’a pas connu une entame satisfaisante avec seulement 3 933 tickets vendus lors de sa première semaine qui correspondait pourtant à la Fête du cinéma. Autant dire que les salles étaient désespérément vides malgré le tarif plus intéressant appliqué durant quelques jours. La deuxième semaine ne fut guère plus convaincante avec une baisse de plus de 50% des entrées et un film d’animation qui franchit à peine la barre des 5 000 entrées. Maintenu par quelques cinémas jusqu’au début du mois d’août, La Sirène a été obligé de siffler la retraite après six petites semaines d’exploitation et un score final de 6 240 spectateurs.

Désormais, le long métrage peut être découvert en DVD ou en VOD. Il le mérite amplement.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 28 juin 2023

Acheter le film en DVD

Voir le film en VOD

La Sirène, l'affiche

© 2023 Les Films d’Ici, Lunanime, Katuh Studio, BAC Cinéma / Affiche : Amel. Tous droits réservés.

Biographies +

Sepideh Farsi, Babak Karimi, Mina Kavani

Mots clés

Coproductions européennes, Festival d’animation d’Annecy 2023, Festival de Berlin 2023, Les pamphlets anti-guerre 

 

Trailers & Vidéos

trailers
x
La Sirène, l'affiche

Bande-annonce de La Sirène (VOstf)

Animation, Drame de guerre

x