La Famille Addams : la critique du film d’animation (2019)

Animation, Fantastique, Comédie noire | 1h27min
Note de la rédaction :
4/10
4
La Famille Addams affiche 1 de la version animée 2019

  • Date de sortie: 04 Déc 2019
  • Nationalité : Américain
  • Titre original : The Addams Family
  • Casting vocal original : Aimee Garcia, Allison Janney, Bette Midler, Catherine O'Hara, Charlize Theron, Chelsea Frei, Chloë Grace Moretz, Elsie Fisher, Finn Wolfhard, Maggie Wheeler, Martin Short, Mikey Madison, Nick Kroll, Oscar Isaac, Pom Klementieff, Snoop Dogg
  • Scénario : Matt Lieberman, d'après l'oeuvre de Charles Addams
  • Distributeur : Universal Pictures International France
  • Éditeur vidéo : Universal Pictures
  • Date de sortie vidéo : A venir
  • Box-office USA : 96 385 131$
  • Box-office France / Paris-Périphérie : A venir
  • Franchise : La Famille Addams

Tentative ratée de fédérer autour des acquis d’une comédie noire des années 90, la version animée de La famille Addams laisse pantois devant autant de laideur.

Synopsis : La famille Addams, qui vivait jusque-là retranchée dans leur demeure, juchée en haut d’une colline brumeuse du New Jersey, se prépare à recevoir des membres éloignés encore plus étranges qu’eux à l’occasion de la Mazurka de Pugsley. Une cérémonie aux allures de rite de passage qui doit se dérouler devant la famille au complet et où le jeune garçon doit prouver qu’il est prêt à devenir un véritable mâle Addams. Mais ils ne savent pas que leur voisine du bas de la colline — la décoratrice d’intérieur et animatrice de télévision aux dents longues Margaux Needler — est en train de mettre sur pied un quartier préfabriqué, tout en couleurs pop et en perfection. Quand le brouillard se lève, révélant la demeure des Addams, la sombre bâtisse semble se dresser entre la jeune ambitieuse et son rêve de vendre toutes les maisons du quartier pour devenir la personnalité la plus plébiscitée que la télévision ait jamais créée.

Alors que Pugsley se bat pour essayer de mémoriser la chorégraphie de la fameuse Mazurka, Mercredi passe de son côté par une terrible crise d’adolescence. Elle se lie d’amitié avec Parker, la lle de Margaux, et tente de briser aussi bien les limites de son style de vie que celles de la patience de sa mère Morticia, avec des lubies poussant le mauvais goût jusqu’à vouloir intégrer une école publique, devenir PomPom girl et avoir l’audace de porter des barrettes licornes roses.

Critique : Au-delà même de la série télévisée en noir et blanc qui hantait les petits écrans durant notre enfance, c’est bien aux deux films de Barry Sonnenfeld, l’auteur de la trilogie des Men in Black, que la nouvelle version de La Famille Addams essaie de rendre hommage. La série s’est d’elle-même ringardisée avec le temps quand l’humour noir, visuel et verbal du diptyque reste encore dans tous les esprits, alors qu’il essayait déjà dans les années 90 de surfer sur la déferlante gothique des succès de Tim Burton (Beetlejuice…).

Le freak, ce n’est pas chic !

Ce qui vient immédiatement à l’esprit, c’est le peu d’empreinte personnelle dont fait preuve ce remake en images de synthèse affreusement laid. Cette comédie faussement diabolique manque d’idées fraîches, se contentant de rallier celles des teen movies en mode dépressif, sur l’acceptation de soi, autour du personnage de Mercredi, jadis jouée par Christina Ricci, avec des références pataudes aux réseaux sociaux et à l’acceptation des adolescents qui se sentent différents, au sein d’un groupe, et avec évidemment un message surligné sur la relativité de la différence : en gros, le freak, c’est chic.

A bien des égards, le remake évoque davantage une relecture d’Edward aux mains d’argents (1990), de Tim Burton, sans en décrocher la poésie, l’émotion, ou la finesse humoristique, puisqu’ici les personnages sont invariablement dénué de charme, et sombrent dans le grotesque animé. En confrontant la famille de Morticia et de Gomez aux banlieues pavillonnaires d’une Amérique où la garce de service est surmontée d’un brushing très Trente glorieuses, le film essaie de compiler les personnages entraperçus chez Burton, mais aussi dans Elvira maîtresse des ténèbres, divertissement burlesque interprété par une star de la télévision américaine connue pour ses accoutrements sexy entre Vampirella et Morticia Addams. Soit.

La Famille Addams, un échec artistique sinistre

Malheureusement, l’humour exquis des œuvres fondatrices est ici dévoyé, encombré par des gags enfantins propres à élargir la cible le plus possible, avec une galerie de monstres et un manoir très mal exploité dans sa folie, où l’essentiel de l’inspiration devient soudainement la saga plutôt correcte à côté, c’est dire, d’Hôtel Transylvanie, qui, au moins, essayait dans son rapport référentiel à La Famille Addams ou au Croque-monstre show de déployer l’artillerie lourde en matière de gags et de création de personnages annexes plutôt drôles et mignons.

 

La déception narrative, de ton (l’utilisation d’une bande originale ad hoc pour un jeune public dont on pourra toujours soupirer devant le mauvais goût qui reflète un instant T qui se démodera ici très vite), est d’autant plus forte que le film est réalisé par les comparses de Sausage Party, Conrad Vernon et Greg Tiernan, qui nous avaient fait mourir de rire avec leur orgie alimentaire politiquement incorrecte et, à vrai dire, destinée à un public plus adulte. Le duo, visiblement gêné par le scénario de Matt Lieberman, responsable de Dr. Dolittle 4, Les Chroniques de Noël sur Netflix et Playing with fire, comédie familiale avec John Cena, n’arrive plus à raviver la flamme exquise entre Morticia et Gomez, quand les personnages cultes de l’oncle Fétide, la Mamie sont largement sous-employés.

Bref, avec 96 385 131$ de recettes aux USA, cette renaissance s’est avérée être un semi-bide aux USA où la critique l’a fraîchement accueillie, confirmant l’échec patent d’une entreprise artistique effectivement sinistre.

Critique : Frédéric Mignard

Sorties de la semaine du 4 décembre 2019

 

 

La Famille Addams affiche 1 de la version animée 2019

Credit: Metro Goldwyn Mayer Pictures
© 2019 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. All Rights Reserved.

x