Hold-Up : la critique du documentaire (2020)

Documentaire | 2h49min
Note de la rédaction :
0/10
0
Hold-up retour sur un chaos, l'affiche

  • Réalisateur : Pierre Barnérias
  • Date de sortie: 11 Nov 2020
  • Nationalité : Français
  • Titre original : Hold-up
  • Année de production 2020
  • Réalisateur : Pierre Barnérias
  • Directeur de la photographie : Josh Angelo
  • Compositeur : -
  • Société(s) de production : TProd, Tomawak Productions. Produit à partir des plateformes de Crowdfunding Ulule et Tipeee
  • Distributeur (1ère sortie) : Inédit en salle
  • Éditeur(s) vidéo : -
  • Date de sortie vidéo : -
  • Budget : -
  • Rentabilité : -
  • Classification : -
  • Formats : - / Couleurs / Son : -
  • Festivals et récompenses : -
  • Illustrateur / Création graphique : -
  • Crédits : TProd, Tomawak Productions
Note des spectateurs :
[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Entre la mollesse d’un reportage de BFM TV et la ringardise flasque de CNews, Hold-up est un long documentaire complotiste à la démarche contestable.

Synopsis : Dès sa sortie les médias mainstream cherche a démolir et jeter le discrédit sur un reportage « factuel » que tous devrait voir et partager pour que la peur du Covid-19 disparaisse.
Hold-up film documentaire sur la crise actuelle et sa gestion déjà censuré sur la plateforme Vimeo.
Financé par plus de 5000 citoyens français, ce reportage retrace toutes les étapes qui ont mené à cette folie mondiale. Vous y trouverez des témoignages de personnalités, incluant des prix Nobel, un ancien ministre, des chercheurs, médecins et analystes.

Critique : Sorti de nulle part et mis en ligne, plus ou moins gratuitement sur différentes plateformes, dont YouTube sans que l’on sache trop pourquoi, Hold-up débarque en France pour comploter dans l’entre-soi, pendant 2h40, contre les mesures sanitaires imposées par les gouvernements européens, et en particulier français.

Le savant de Marseille

L’entièreté du film accuse le gouvernement macroniste d’être mué par une volonté de favoriser un diktat d’une économie du numérique et de l’industrie pharmaceutique, en bloquant l’économie des petits. Pour donner du crédit au sensationnalisme, le micro est tendu vers divers charlatans et figures rassuristes des plateaux de télévision girouettes (ceux qui louaient la réussite de Castex à son ascension au pouvoir, pour la réussite du déconfinement, avant de hurler à l’échec du déconfinement et cautionner l’impopularité de la même personne).

Hold-up n’apprend rien, ressassant des thèses lues et entendues, largement répandues en trending topics sur Twitter, grâce au travail viral de Gilets jaunes radicaux, de suppôts de QAnon, et autres fans du docteur Raoult, érigé ici en héraut de la vérité via son traitement de la Covid par l’hydroxychloroquine. Véritable autel au culte du savant de Marseille, qui niait la possibilité d’une seconde vague (toujours étrange que d’écrire ceci en période de tsunami, ndlr), Hold-up victimise le très médiatique scientifique perçu comme un opposant symbolique à l’oppression de la macronie, quand les scientifiques du monde entier ont déboulonné toutes ses thèses thérapeutiques autour de l’hydre méditerranéen.

Un pamphlet fumeux qui agrège les paranoïas

Réalisé comme un documentaire sectaire, avec une esthétique kitsch, ce désastre intellectuel affiche des visuels à la hauteur de sa propre décadence : typo du titre et affiche promotionnelle dignes d’une production amateure à fort tendance Z… Cela donne le ton. Voulant nier la probabilité de la seconde vague, traitant médecins et spécialistes mainstream comme des vendus, Hold-up sollicite les révélations clownesques de l’audiovisuel de l’année, comme l’ancienne députée de La République en Marche, Martine Wonner qui y va de ses règlements de compte à l’égard du ministre de la Santé. Sa description d’Olivier Véran, furieux face à ses théories, avec des yeux exorbités en téléconférence, est ahurissante de bêtise. On pourrait trouver cette excentrique personnalité drôle si nous ne subissions pas les derniers soubresauts excrémentiels de cette année 2020 éreintante, avec les remous démocratiques d’une Amérique trumpiste qui aura matière à se délecter des propos compilés à charge.

Mise en abîme de la désinformation

Dans son inanité, Hold-up donne l’impression désagréable d’assister à des débats séniles sur une chaîne d’information à forte tendance populiste, avec des discours incohérents sur le rôle du masque, vecteur de champignon qui irrite la peau et développe les soucis épidermiques. On pense aux fossoyeurs de la démocratie qui se rêve d’une destinée à la Fox News, en laissant le commentaire l’emporter sur l’argumentaire réfléchi. Véritable mise en abîme de la désinformation, qui dénonce cette tendance à la vérité alternative, en la nourrissant dans une logorrhée pontifiante, tendant le micro à des prêcheurs convaincus de leur égo, Hold-up ne présente aucune contrepartie critique.

Un documentaire Trump friendly

Sans aucune déontologie, le documentaire ternit la science et revues médicales, se nourrissant de scandales et polémiques, pour amplifier l’opacité et le doute sur la valeur et la pensée scientifiques. Des paroles dangereuses qui viennent corroborer les insultes régulières que subissent les scientifiques d’outre-Atlantique et notamment le chercheur Anthony Fauci, qui en prend également pour son grade au gré d’un témoignage Trump friendly. Les nouvelles technologies et les firmes californiennes sont érigées en monstre dont le seul dessein est d’imposer leur dictature mondiale avec la complicité des médias et la duplicité des politiques qui confinent pour donner l’avantage à Amazon et aux projets des philanthropes comme Bill Gates. Puisque ces géants de l’informatique sont les grands gagnants de la pandémie, ils en sont forcément les responsables. Par ailleurs, la responsabilité de l’émergence du virus relève forcément de la décision humaine. L’institut Pasteur est dans le viseur des témoignages. Entre autres.

Hold-up veut inoculer le doute et la paranoïa. On lui laisse ses théories douteuses. On n’est pas lassé l’âge des légendes urbaines des cours de récréation. Et comme à l’époque du sida, on sortira couvert !

Critique de Frédéric Mignard

Les faits checkés et contredits par Le Monde.fr

Le film décrypté sur Le Parisien.fr

Sortie en VOD le 11 novembre 2020

Hold-up retour sur un chaos, l'affiche

TProd, Tomawak Productions

Trailers & Vidéos

trailers
x
Hold-up retour sur un chaos, l'affiche

Bande-annonce de Hold-Up

Documentaire

x