Compartiment n° 6 : la critique du film (2021)

Comédie dramatique | 1h47min
Note de la rédaction :
7/10
7
Compartiment N°6, affiche

  • Réalisateur : Juho Kuosmanen
  • Acteurs : Yuriy Borisov, Seidi Haarla, Dinara Droukarova
  • Date de sortie: 03 Nov 2021
  • Année de production : 2021
  • Nationalité : Finlandais, Russe, Estonien, Allemand
  • Titre original : Hytti nro 6
  • Titres alternatifs : -
  • Autres acteurs : Dmitriy Belenikhin, Vladimir Lysenko
  • Scénaristes : Andris Feldmanis, Juho Kuosmanen, Livia Ulman
  • D'après un roman de : Rosa Liksom
  • Directeur de la photographie : Jani-Petteri Passi
  • Monteur : Jussi Rautaniemi
  • Compositeur : -
  • Producteurs : Paria Eskandari, Emilia Haukka, Sergey Kasatov, Jussi Rantamäki
  • Sociétés de production : Elokuvayhtiö Oy Aamu
  • Distributeur : Haut et Court Distribution
  • Distributeur : (reprise) -
  • Date de sortie reprise : -
  • Editeur vidéo : -
  • Date de sortie vidéo : -
  • Box-office France / Paris-Périphérie : -
  • Box-office nord-américain : -
  • Budget : -
  • Classification : -
  • Format : 2.35 : 1 / Couleur / Dolby Atmos
  • Sélection officielle Cannes 2021 : Compétition officielle : Grand Prix, Prix œcuménique (mention)
  • Autres festivals et récompenses : -
  • Illustrateur / Création graphique : © Tous droits réservés / All rights reserved
  • Crédits: © 2021 Aamu Film Company. Tous droits réservés / All rights reserved
Note des spectateurs :
Bandeau Cannes 2021 vert

© FDC / Philippe Savoir (www.filifox.com)

Compartiment n° 6 est un joli film sur le lien affectif au-delà des différences culturelles et sociales. Un récit singulier et très attachant.

Synopsis : Une jeune Finlandaise prend un train à Moscou pour se rendre sur un site archéologique en mer arctique. Elle est contrainte de partager son compartiment avec un inconnu. Cette cohabitation et d’improbables rencontres vont peu à peu rapprocher ces deux êtres que tout oppose.

Voyage, voyage

Critique : Nous avions découvert Juho Kuosmanen avec son premier long métrage, Olli Mäki, biopic du premier boxeur finlandais participant à un championnat du monde, un film qui avait obtenu le Prix Un Certain Regard 2016. Cette chronique intimiste et sportive, au beau noir et blanc épuré, était une critique féroce du culte de la performance et du dépassement de soi. Le réalisateur a maintenant droit aux honneurs de la compétition officielle cannoise avec son second film qui confirme son originalité de ton. L’histoire a été coécrite par les scénaristes estoniens Andris Feldmanis et Livia Ulman d’après un roman de l’écrivaine finlandaise Rosa Liksom (Gallimard, 2013).

Le scénario, comme le matériau littéraire, met en exergue les contrastes de classes sociales et de cultures à travers l’expérience de deux jeunes gens contraints de partager le même compartiment de train entre Moscou et Mourmansk, un port situé sur la mer de Barents. Laura (Seidi Haarla, une révélation) est une étudiante finlandaise en archéologie. Elle veut découvrir des pétroglyphes vieux de dix mille ans et devait initialement effectuer le trajet avec son amante russe (la toujours juste Dinara Drukarova), qui s’est désistée au dernier moment. Ljoha (Yuriy Borisov, déjà vu dans Elena d’Andrey Zvyagintsev) est un ouvrier russe qui se rend sur son lieu de travail, une mine. Leur premier contact dans la voiture-couchette se passe mal, très mal, au point que Laura envisage un temps de descendre à Saint-Pétersbourg et de retourner à Moscou.

Compartiment n° 6 : du road trip au feel good movie

Les dialogues et situations étant pourvus de moments de légèreté, on se doute que ces deux-là finiront par trouver un terrain d’entente. L’intérêt de l’histoire est d’osciller entre la (fausse) comédie romantique et le road trip en train, tout en proposant une approche semi-historique d’une Russie tout juste sortie de l’ère soviétique, l’action se déroulant dans les années 90. Sans explications psychologiques surlignées, le film montre ce qui sépare Laura et Lioha et ce qui pourrait les rapprocher, au-delà de leur tranche d’âge. Le mérite du long métrage est de tendre vers le feel good movie à la Bagdad Café, mais en gardant un souci d’authenticité, sans jouer la carte de l’exotisme et du maniérisme.

Compartiment N°.6 photo (Cannes 2021)

Hytti Nro 6 © 2021 Elokuvayhtiö Oy Aamu. Tous droits réservés.

Les personnages croisés dans le wagon (une contrôleuse brute de décoffrage, un joueur de guitare fauché) n’ont ainsi rien d’exceptionnel et les décors qui apparaissent au gré d’un arrêt prolongé (entrepôt miteux où des ouvriers partagent et offrent de l’alcool, maison défraîchie d’une babouchka) exonèrent le film de toute tentative de diversion touristique. Le charme discret mais réel de Compartiment n° 6 réside plutôt dans les non-dits et les digressions qui apportent au métrage une dimension décalée. Au final, le métrage est une très agréable surprise et aurait sa place dans un cycle de films sur les voyages en train, quelque part entre Une femme disparaît et Le crime de l’Orient-Express.

Le distributeur Haut et Court n’a pas encore fixé de date pour la sortie de Compartiment n° 6.

Critique de Gérard Crespo

Les films de la sélection du Festival de Cannes 2021

Le site du Festival

Les trains au cinéma

Les sorties de la semaine du 3 novembre 2021

Compartiment N°6, affiche

© 2021 Aamu Film Company

Trailers & Vidéos

trailers
x
Compartiment N°6, affiche

Bande-annonce de Compartiment n° 6

Comédie dramatique

x