A travers la forêt : la critique du film (2005)

Drame, Fantastique | 1h05min
Note de la rédaction :
8,5/10
8,5
A travers la forêt, l'affiche

  • Réalisateur : Jean-Paul Civeyrac
  • Acteurs : Morgane Hainaux, Mireille Roussel, Aurélien Wiik, Jehnny Beth
  • Date de sortie: 12 Oct 2005
  • Nationalité : Français
  • Titre original : A travers la forêt
  • Titres alternatifs : Through the Forest (titre international)
  • Année de production : 2005
  • Scénariste(s) : Jean-Paul Civeyrac
  • Directeur de la photographie : Céline Bozon
  • Compositeur : John Cage, Dvorak, Camille Berthomier (Jehnny Beth), Charles Ives
  • Société(s) de production : Les Films Pelléas
  • Distributeur (1ère sortie) : ID Distribution
  • Distributeur (reprise) : -
  • Date de reprise : -
  • Éditeur(s) vidéo : Blaq Out
  • Date de sortie vidéo : 8 juin 2006 (coffret)
  • Box-office France / Paris-périphérie : 3 737 entrées / 2 548 entrées
  • Budget : -
  • Rentabilité : -
  • Classification : Tous publics avec avertissement : "Le sujet du film – la communication entre une vivante et un mort – son climat et son atmosphère, sont susceptibles de heurter la sensibilité des jeunes spectateurs".
  • Formats : 2.35 : 1 / Couleurs / Son : Dolby
  • Festivals et récompenses : Sélection officielle du Festival Paris Cinéma en juillet 2005 et présentation au festival international du film de Toronto en septembre 2005, Mar del Plata Film Festival (Argentine), Festival du film de New York - Sélection officielle, Festival BFI du film de Londres - Sélection officielle
  • Illustrateur / Création graphique : Les Films Pelléas
  • Crédits : Les Films Pelléas
Note des spectateurs :
[Total : 1   Moyenne : 4/5]

A travers la forêt revisite le mythe de Tristan et Iseut dans un style proche de Bresson et de Cocteau. L’œuvre s’avère aussi austère que poétique, bouleversant durablement.

Synopsis : Renaud disparaît dans un accident de moto ; Armelle n’arrive pas à l’oublier et croit que son amant continue à vivre auprès d’elle. Ses sœurs, Roxane et Bérénice, s’inquiètent de la voir dans cet état. L’une d’elle l’incite à consulter un médium. Elle rencontre alors Hippolyte, qui ressemble trait pour trait à Renaud…

Un projet écrit spécialement pour l’actrice principale, Camille Berthomier

Critique : On a souvent dit que Robert Bresson pouvait être considéré comme le papa de la Nouvelle Vague et que Cocteau était la maman. Nous sommes certains d’avoir face à nous leur fils spirituel nommé Jean-Paul Civeyrac. Même si le réalisateur s’est cherché durant une bonne dizaine d’années à travers des longs-métrages inégaux, tantôt expérimentaux, tantôt plus accessibles, il est évident quand on visionne A travers la forêt (2005) que le réalisateur a atteint ici son plein potentiel. Il a écrit ce très beau film en découvrant la jeune actrice Camille Berthomier qui l’a visiblement beaucoup inspiré. Le tournage fut lui aussi très rapide et l’intégralité du long-métrage a été emballé en moins de six mois, de l’écriture au montage.

A travers la forêt, photo d'exploitation 1

© 2005 Les Films Pelléas. Tous droits réservés.

En une dizaine de plans-séquences très fluides, l’auteur parvient à créer une atmosphère étrange et fantastique, sans jamais recourir au moindre effet spécial. Il réussit à abolir la frontière entre les morts et les vivants, entre le réel et l’imaginaire et par-là même entre l’amour et la mort. Réalisant une œuvre volontairement naïve et extrême comme l’est son personnage principal, il nous replonge dans les méandres tortueux de notre propre adolescence, quand tout événement prenait une importance vitale.

Civeyrac orchestre le bal de sentiments absolus

Grâce à l’utilisation d’une musique sensuelle et souvent nostalgique, le cinéaste, avec une grande économie de moyens, nous immisce au cœur du sentiment amoureux le plus absolu. Il filme ses acteurs avec sensualité, épousant le moindre de leurs mouvements, parvenant ainsi à tirer d’eux le meilleur. Il organise par un jeu subtil entre ses comédiens et la caméra un ballet très chorégraphique. Il en profite également pour opérer un glissement imperceptible du réel au fantastique en un seul mouvement, déstabilisant ainsi la perception du spectateur qui perd pied en même temps que les personnages.

Coffret DVD Jean-Paul Civeyrac

© 2006 Blaq Out. Tous droits réservés.

Pourtant, de nombreux spectateurs pourront être rebutés par le ton récitatif des comédiens, chassant sur les terres d’un Bresson ou d’un Rohmer. Toutefois, on peut saluer la prestation incandescente de Jehnny Beth (qui se faisait encore appeler de son vrai nom Camille Berthomier mais souhaitait déjà devenir chanteuse). Ses fans pourront d’ailleurs profiter des trois chansons que la jeune femme a composées exclusivement pour le film lors de séquences qui participent largement à l’ambiance feutrée du métrage.

Quelques menus défauts pour un film magnifique et inspiré

Esthétiquement plus maîtrisé que ses films précédents, A travers la forêt pâtit de certains gros plans moins heureux que d’autres et d’images un peu frustres, à cause d’un budget qu’on imagine rachitique. Il est toutefois suffisamment rare de trouver une œuvre aussi poignante et émouvante sur un tel sujet pour être quelque peu indulgent. Mieux, les derniers plans du film s’inscriront longtemps dans la mémoire de ceux qui auront fait l’effort de découvrir ce petit concentré de poésie. Il s’agit en tout état de cause du meilleur film de son auteur à ce jour et d’un long-métrage aussi rare que précieux.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 12 octobre 2005

Acheter le coffret DVD Jean-Paul Civeyrac

Voir le film en VOD

A travers la forêt, l'affiche

© 2005 Les Films Pelléas. Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

trailers
x
A travers la forêt, l'affiche

Bande-annonce de A travers la forêt

Drame, Fantastique

x