303 : la critique du film (2019)

Comédie dramatique, Romance, Road movie | 2h00min
Note de la rédaction :
7/10
7
303 affiche du film de Hans Weingartner

  • Réalisateur : Hans Weingartner
  • Acteurs : Mala Emde, Anton Spieker
  • Date de sortie: 24 Juil 2019
  • Nationalité : Allemand
  • Titre original : 303
  • Scénariste : Hans Weingartner, Silke Eggert
  • Distributeur : Wayna Pitch
  • Éditeur vidéo :
  • Date de sortie vidéo :
  • Box-office France / Paris-périphérie :
  • Festival : Festival du Film Allemand de Paris (2018)
Note des lecteurs

Ce road-movie en 303 bâtit, au gré des kilomètres de bitume, un amour juvénile beau dans sa fragilité, formidable dans sa potentialité. Cette jonction amoureuse est aussi une belle rencontre de cinéma qui irradie dans sa pureté et sa simplicité universelle.

Synopsis : Jan est convaincu que par nature, l’être humain est égoïste. Il n’est donc pas surpris que son covoiturage pour l’Espagne le plante sans prévenir. Jule quant à elle croit que l’humain est en réalité emphatique et coopératif, et n’hésite pas à le prendre en stop dans son vieux Van 303. Ensemble, ils prennent la route direction l’Atlantique…

 Critique : Etre jeune. Se rencontrer au hasard d’une aire d’autoroute pour un voyage où tout est possible, au plus loin d’une Europe où la découverte de l’autre est un véhicule évident pour une découverte de soi.

Ces deux étudiants que le cinéaste Hans Weingartner nous présente en situation d’échec universitaire dans l’incipit, ont, dans leurs différences, tellement de similitudes qu’ils semblent faits l’un pour l’autre. Dans leur charisme tout d’abord, les deux acteurs sont d’une beauté lumineuse, et dans leur qualité de jeu : la fausse assurance qu’incarne Anton Spieker, et la fausse fragilité qu’évoque le personnage de Mala Emde, nous touche. Le masculin et le féminin s’abordent dans des rapports de force où le plus fort n’est pas forcément celui que l’on attend : le personnage féminin est ainsi capable d’une maturité dans son appropriation de ses propres sentiments, dont elle n’a pas fait montre le jour de son grand oral universitaire qui ouvre le film.

Road-movie sudiste en 303

Leur rencontre se situe sur une aire d’autoroute. Lui est un auto-stoppeur aventureux, elle, une voyageuse impromptue en mode tristesse qui panse difficilement ses plaies… Ils se tapent dans l’œil au premier regard, mais il faudra attendre bien plus d’une heure de film, avant qu’ils ne s’avouent naturellement leur attirance, leurs sentiments.

303, titre emprunté au type de véhicule qu’ils conduisent (un camping-car vintage, véritable carapace mobile pour les deux jeunes gens), est donc un road-movie sudiste, où l’on quitte l’Allemagne, traverse longuement la France au gré de paysages superbes, pour l’Espagne et le Portugal comme destinations. Dans ce microcosme ambulant où bouillent les sentiments naissants, les réflexions anodines du jeune adulte revêt un caractère universel, puisqu’il est toujours question de ses premières discussions qui cimentent les êtres, les lient à tout jamais dans les échanges de connaissances empiriques et universitaires… Chacun y va de sa théorie sur ce qui fait avancer le monde, le capitalisme et la théorie d’une évolution pour lui ; la coopération et l’empathie pour elle qui a besoin de croire encore en son prochain, comme pour mieux survivre…

Mala Emde et Anton spiker dans le film 303

© Wayna Pitch

Ces deux jeunes philosophies de vie, si différentes a priori, se rencontrent à bien des virages, tant ces deux-là paraissent, pour des raisons différentes, cabossés. Tout semble les mettre sur orbite pour une expérience de l’autre sur du long terme. A moins que le destin et un contexte sentimental difficile pour elle, en décident autrement.

L’universalité de l’amour naissant à la façon de Before Sunrise

Très proche du merveilleux conte juvénile de Richard Linklater, Before Sunrise (1995), dans lequel Ethan Hawke et Julie Delpy vivaient au gré de discussions et théories que ne renieraient pas les personnages de Jan et Jule, la fugacité d’une rencontre merveilleuse, sous la voûte étoilée de Vienne, 303 fait vibrer les souvenirs d’une jeunesse passée pour les spectateurs plus âgés, et évoque la réalité de sensibilités en construction pour les plus jeunes. Son universalité magnifique est propre à l’oeuvre d’Hans Weingartner, qui apparaissait par ailleurs comme acteur dans le Linklater et qui, depuis, a réalisé un film allemand générationnel The Edukators, en 2004.

L’auteur nous parle de ce qu’il y a de plus beau dans l’amour naissant, dans une épure de réalisation et une direction d’acteurs qui relèvent de l’intime. Sa démarche artistique est sensible comme ce couple d’amoureux qui n’ose pas encore se l’avouer et pour qui l’on souhaite vraiment le meilleur lors du rebondissement final. On se taira quant à l’accomplissement narratif. 303 est un long périple (2h00 tout de même) qui se doit d’être parcouru jusqu’à destination.

Critique : Frédéric Mignard

Les sorties de la semaine du 24 juillet 2019

 

 

303 affiche du film de Hans Weingartner

© Wayna Pitch

x