Alfred Hitchcock

Réalisateur, Scénariste, Producteur
Psychose jaquette blu-ray 2010

Personal Info

  • Nationalité : Britannique
  • Date de naissance : 13 août 1899 à Londres, Angleterre (Royaume-Uni)
  • Date de décès : 29 avril 1980 à Los Angeles, Californie (États-Unis)
  • Crédit affiche : © 1960 Shamley Productions, Ind, renewed in 1988 by Universal Studios. All rights reserved.

Biographie

Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

« Le maître du suspense, bien sûr, mais il vaut mieux que ce slogan publicitaire », précisait Georges Sadoul dans son Dictionnaire des cinéastes, en évoquant Alfred Hitchcock.

Alfred Hitchcock : un génie du septième art

C’est dans les années 50 qu’Alfred Hitchcock fut considéré comme un réalisateur majeur, François Truffaut et les Cahiers du Cinéma l’ayant intégré dans leur panthéon de la politique des auteurs. Auparavant, il était perçu comme un brillant faiseur de divertissement un peu trop fourvoyé avec l’industrie hollywoodienne.

Sa carrière avait débuté en Angleterre, son pays natal. Dès le muet, il perfectionna son art avec des petits bijoux du film policier, tels Les Cheveux d’or/The Lodger (1927) et Chantage/Blackmail (1928).

Mais c’est au cours des années 30 qu’il atteignit une véritable notoriété avec des grands films mêlant espionnage, polar et humour anglais, comme Les 39 marches/The 39 Steps (1935) Jeune et innocent/Young and Innocent (1937) et Une femme disparaît/The Lady Vanishes (1938).

Hollywood lui fit alors un pont d’or et sa première œuvre américaine, Rebecca, adapté d’un roman de Daphne du Maurier, obtint d’emblée deux Oscars, dont celui du meilleur film. S’ensuivit une brillante décennie où son art fit merveille. On citera Soupçons/Suspicion (1941) et surtout Les Enchaînés/Notorious (1946). Il se fit remarquer aussi en filmant tout un récit en plan-séquence, dans La Corde (1948).

Les années 50 et le début des années 60 furent sa période la plus créative et féconde. Alfred Hitchcock eut à son crédit cinq futurs classiques et films culte : Fenêtre sur cour/Rear Window (1954), Sueurs froides/Vertigo (1958), La Mort aux trousses/North by Northwest (1959), Psychose/Psycho (1960) et Les Oiseaux/The Birds (1963). D’autres métrages confirmèrent son exceptionnel talent, dont L’Inconnu du Nord-Express/Strangers on a train (1951), Le Crime était presque parfait/Dial M for Murder (1954), Mais qui a tué Harry ?/The Trouble with Harry (1955), la seconde version de L’Homme qui en savait trop/The Man Who Knew Too Much (1956), et Le Faux coupable (1956).

Psychose jaquette blu-ray 2013

© 1960 Shamley Productions, Ind, renewed in 1988 by Universal Studios. All rights reserved.

Ses récits efficaces ont captivé le public pendant des décennies

Après les échecs de Pas de printemps pour Marnie/Marnie (1964), archétype du « grand film malade » selon Truffaut, et Le Rideau déchiré/Torn Curtain (1966), Hitchcock bénéficia de moins de budget pour ses tournages, et les ses trois derniers films seront jugés mineurs. On trouvera pourtant des qualités à L’Étau/Topaz (1969), Frenzy (1972) et Complot de famille/Family Plot (1976).

Technicien hors pair, Alfred Hitchcock a expérimenté le perfectionnement de nombreux procédés, dont la profondeur de champ. Son style contemplatif, sobre voire minimaliste (la filature dans Vertigo) ne l’a pas empêché de manifester un lyrisme souvent amplifié par un montage époustouflant, notamment pour les scènes de violence (l’attaque des Oiseaux). Il fut épaulé par des collaborateurs inspirés dont le compositeur Bernard Herrmann.

Ses récits efficaces qui mettent en évidence les thèmes de l’innocence, du double et des faux-semblants, ont captivé le public pendant des décennies, sa popularité ayant été amplifiée par la série télévisée Alfred Hitchcock présente (1955-60).

Bien d’autres aspects de la personnalité de « Hitch » pourraient être évoqués, de ses caméos dans tous ses films à l’invention du « MacGuffin », en passant par sa prédilection pour les héroïnes « blondes hitchcockiennes » incarnées par Grace Kelly, Kim Novak, Vera Miles ou Tippi Hedren.

Il n’est pas superflu d’ajouter que celui qui reçut un Life Achievement Award en 1979 donna quelques-uns de leurs plus beaux rôles à des monuments du cinéma, dont Cary Grant, James Stewart et Ingrid Bergman.

Gérard Crespo

Psychose jaquette blu-ray 2010

© 1960 Shamley Productions, Ind, renewed in 1988 by Universal Studios. All rights reserved.

Filmographie sélective

  • 1922 : Number Thirteen
  • 1926 : Les Cheveux d’or (The Lodger)
  • 1929 : Chantage (Blackmail)
  • 1930 : Meurtre (Murder)
  • 1932 : Numéro 17 (Number Seventeen)
  • 1934 : L’Homme qui en savait trop (The Man Who Knew Too Much)
  • 1935 : Les 39 marches (The Thirty-Nine Steps)
  • 1937 : Jeune et innocent (Young and Innocent)
  • 1938 : Une femme disparaît (The Lady Vanishes)
  • 1939 : La Taverne de la Jamaïque (Jamaica Inn)
  • 1940 : Rebecca
  • 1940 : Correspondant 17 (Foreign Correspondent)
  • 1941 : Joies matrimoniales (Mr. and Mrs. Smith)
  • 1941 : Soupçons (Suspicion)
  • 1942 : Cinquième colonne (Saboteur)
  • 1943 : L’Ombre d’un doute (Shadow of a Doubt)
  • 1943 : Lifeboat
  • 1945 : La Maison du docteur Edwardes (Spellbound)
  • 1946 : Les Enchaînés (Notorious)
  • 1947 : Le Procès Paradine (The Paradine Case)
  • 1948 : La Corde (Rope)
  • 1949 : Les Amants du Capricorne (Under Capricorn)
  • 1950 : Le Grand alibi (Stage Fright)
  • 1951 : L’Inconnu du Nord-Express (Strangers on a Train)
  • 1952 : La Loi du silence (I Confess)
  • 1954 : Le Crime était presque parfait (Dial M for Murder)
  • 1954 : Fenêtre sur cour (Rear Window)
  • 1955 : La Main au collet (To Catch a Thief)
  • 1956 : Mais qui a tué Harry ? (The Trouble with Harry)
  • 1956 : L’Homme qui en savait trop (The Man Who Knew Too Much)
  • 1957 : Le Faux coupable (The Wrong Man)
  • 1958 : Sueurs froides (Vertigo)
  • 1959 : La Mort aux trousses (North by Northwest)
  • 1960 : Psychose (Psycho)
  • 1963 : Les Oiseaux (The Birds)
  • 1964 : Pas de printemps pour Marnie (Marnie)
  • 1966 : Le Rideau déchiré (Torn Curtain)
  • 1969 : L’Étau (Topaz)
  • 1972 : Frenzy
  • 1976 : Complot de famille (Family Plot)
x