Note des spectateurs :

Riopy a le vent en poupe. Il s’est même retrouvé en tête des charts américains, dans la catégorie classique. Le Français n’a pas besoin de mots pour conquérir les émotions. Sa musique n’a pas de frontière.

Confinement oblige, Riopy a pu laisser son inspiration de pianiste aérien redéfinir la beauté de l’ailleurs, et a laissé ses notes traverser les murs pour convoquer les espaces de liberté. L’album Bliss, son troisième projet au sein de la major Warner Classics, en est le résultat.

Le travail lyrique suit les courbes des vagues, pour convier l’audience à des rivages lointains. Aucun des morceaux de Bliss n’échoue dans cette odyssée rêveuse. Et certaines mélodies sont époustouflantes (Sky Opus Fire, qui arrive si tardivement dans l’album, sans que cela ne soit un souci tant l’écoute est fluide).

En onze envolées aux notes de son piano, le travail de relaxation est total et l’on est transporté dans la ouate d’un cinéma harmonieux ouvert à la musique classique (Riopy a déjà signé plusieurs musiques de courts métrages sous son nom, Jean-Philippe Rio-Py).

La félicité de Riopy est celle d’un imaginaire de musique où l’enfermement n’est plus.

Riopy est sur sur Qobuz, SpotifyTwitterFacebookInstagram, Twitter, Youtube. Découvrez aussi son site officiel.

  • Sortie le 2 juillet
  • Label : Warner Classics

Frédéric Mignard