Note des spectateurs :

Peter Fleischmann contribua au renouveau du cinéma allemand à la fin des années 60, avec le sublime Scènes de chasse en Bavière.

Scènes de chasse en Bavière, un sommet du cinéma allemand

Peter Fleischmann réalise en 1957 son premier court métrage, L’éphémère, qui lui vaut d’être admis à l’IDHEC. Cinq autres courts suivront jusqu’en 1964, dont deux sont documentaires. À cette époque, il est aussi l’assistant de Jacques Rozier et Jean Dewever. Son long métrage documentaire L’automne des gammiers / Herbst der Gammler, sur la contre-culture ouest-allemande, connaît un succès critique. Peter Fleischmann devient surtout célèbre avec son premier long métrage de fiction, Scènes de chasse en Bavière, présenté à la Semaine Critique en 1969, et qui y remporte le prix Georges-Sadoul.

Adapté de la pièce éponyme de Martin Sperr, qui a collaboré au scénario, le film relate les déboires d’un jeune homme persécuté après avoir été soupçonné de rapports sexuels avec un handicapé mental. L’œuvre est un véritable coup de poing qui contribue au renouveau du cinéma allemand à la fin des années 60. Cette peinture de l’abjection est une critique virulente de l’intolérance, une réflexion fascinante de l’Allemagne un quart de siècle après la chute du nazisme, un modèle de sobriété et l’un des premiers grands films dénonçant l’homophobie.

Affiche française (reprise) de Scènes de chasse en Bavière de Peter Fleischmann

© 2009 Le Pacte. Tous droits réservés.

Peter Fleischmann, entre documentaires et fictions

Son long métrage suivant, Les cloches de Silésie (1972), est un thriller sélectionné en compétition officielle au Festival de Cannes, mais qui rencontre un moindre écho. Peter Fleischmann alterne ensuite documentaires et fictions. Parmi celles-ci, deux méritent d’être citées. La maladie de Hambourg (1979) est un intéressant film de science-fiction, coécrit avec Roland Topor, et sélectionné dans trois festivals dont Avoriaz.

Un dieu rebelle (1989) est l’adaptation d’un roman de SF des frères Strougatski. Pour ce film, Fleischmann collabore avec le scénariste Jean-Claude Carrière. Le métrage obtient le prix du scénario et le prix du public au Festival de Sitges.

Le réalisateur se retire en 2006, après avoir reçu un prix pour l’ensemble de sa carrière au Festival d’Oldenburg. Son dernier film est le documentaire Mon ami l’assassin / Mein Freund der Mörder, qui relate ses liens avec un ancien cambrioleur repenti. Peter Fleischmann est décédé le 11 août 2021 à l’âge de 84 ans.