Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Giuseppe Rotunno débute comme cadreur à l’âge de vingt ans, en 1943. Il travaille alors avec Roberto Rossellini (L’homme à la croix, 1943), Vittorio de Sica (Umberto D., 1952), Mario Soldati (La marchande d’amour, 1953), ou Luchino Visconti (Senso, 1954).

Il devient dès le milieu des années 50 l’un des plus prestigieux directeurs de la photographie du cinéma italien. Visconti et Federico Fellini lui doivent beaucoup, Rotunno ayant contribué à la réussite esthétique de plusieurs de leurs chefs-d’œuvre. Pour le premier, il élabore les somptueuses images en noir et blanc de Nuits blanches (1957) et Rocco et ses frères (1960), avant de composer les sublimes couleurs du Guépard (1963). Il contribue aux délires baroques du second avec Fellini Satyricon (1969), Fellini Roma (1972), Amarcord (1973), Le Casanova de Fellini (1976), Prova d’orcherstra (1978), La cité des femmes (1980) et Et vogue le navire (1984).

Giuseppe Rotunno signe aussi la photo d’autres réussites de Cinecittà comme Pain, amour, ainsi soit-il (Risi, 1955), La grande guerre (Monicelli, 1959) et Journal intime (Zurlini, 1962).

Hollywood a par ailleurs proposé un pont d’or au chef opérateur qui se retrouve sur les plateaux de plusieurs métrages dont Le dernier rivage (Kramer, 1959), Cinq femmes marquées (Ritt, 1960), Ce plaisir qu’on dit charnel (Nichols, 1971), Popeye (Altman, 1980) et Cinq jours, ce printemps-là (Zinnemann, 1983).

Il contribue aussi à la réussite visuelle des Aventures du baron de Munhausen (Gilliam, 1988). Le directeur de la photo se retire à la fin des années 90, après avoir travaillé sur les images du Syndrome de Stendhal (Argento, 1996) et du documentaire Marcello Mastroianni, je me souviens (Tatò, 1997).

Ce technicien de légende qui fut par ailleurs professeur coordinateur du cours de photographie (Image) de l’École nationale de cinéma de Rome, avait obtenu plusieurs récompenses dont le BAFTA de la meilleure photo avec Que le spectacle commence (Fosse, 1979), pour lequel il fut également nommé à l’Oscar.

Giuseppe Rotunno est décédé le 7 février 2021 à l’âge de 97 ans.

Crédit visuel : ©1957 CLAS – Vides Cinematografica. Tous droits réservés