Note des spectateurs :

Gunnel Lindblom fut l’une des actrices emblématiques du cinéma d’Ingmar Bergman, et un nom important de la scène suédoise.

Des débuts à Göteborg au maître du cinéma suédois

Actrice suédoise née à Göteborg en 1931, Gunnel Lindblom commence sa carrière au théâtre municipal. Elle débute au cinéma en 1952, dans Amour (1955) de Gustav Molander, qui sera suivi par La jeune fille sous la pluie (1955) d’Alf Kjellin. Remarquée par Ingmar Bergman, elle devient l’un des visages familiers de son cinéma. Elle incarne la jeune fille sans nom recueillie par l’écuyer dans Le Septième Sceau (1957) et, la même année, Charlotta dans Les fraises sauvages (1957). Elle joue la brune Ingerie, l’une des deux sœurs dans La source (1960), avant d’interpréter celle d’Ingrid Thulin, avec laquelle elle partage l’affiche du Silence, en 1963.

Gunnel Lindblom tient ensuite le rôle de l’épouse de Max von Sydow dans Les communiants (réalisé en 1962 mais sorti en France en 1965), avant d’intégrer le casting de Scènes de la vie conjugale (1974). Gunnel Linblom collabore également avec d’autres cinéastes. Pour la réalisatrice Mai Zetterling, elle joue l’une des trois femmes sur le point d’accoucher dans Les amoureux (1964), puis l’une des trois comédiennes amies dans Flickorna (1968). Elle campe aussi le premier rôle dans La danse du héron (1965) du Néerlandais Fons Rademakers, avant de jouer, en 1966, la beauté radieuse dont s’entiche le protagoniste de La faim (1966) de Henning Carlsen ; et une criminelle dans Le meurtre d’Yngsjö d’Arne Mattson.

Affiche française (reprise) du Silence d'Ingmar Bergman

© 1963 Carlotta Films. Tous droits réservés.

Gunnel Lindblom, actrice, réalisatrice et metteuse en scène de théâtre

Gunnel Lindblom trouve un autre grand rôle avec l’épouse bourgeoise dans Le père (1969) d’Alf Sjöberg, d’après la pièce d’August Strindberg. À partir des années 70, l’actrice est moins présente au cinéma, et se consacre davantage au théâtre et à la télévision. Elle devient metteuse en scène au Théâtre national de Stockholm en 1972, avant de réaliser en 1977 un premier long métrage pour le grand écran, Paradis d’été. Trois autres longs métrages suivront, dont Sally et la liberté, Prix œcuménique du Jury au Festival de Montréal 1981, mais inédit en France.

On la retrouve, bien plus tard, à l’affiche de Millénium, le film (2009) de Niels Arden Oplev, qui sera suivi d’une mini-série éponyme. Gunnel Lindblom apparaît à l’écran pour la dernière fois dans un court métrage tourné en 2017. L’actrice était lauréate de deux prix décernés pour l’ensemble de sa carrière, le premier par l’Institut suédois du film (2002), le second au Festival de Stockholm (2018). Gunnel Lindblom est décédée le 24 janvier 2021 à l’âge de 89 ans.