Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Le box-office français est envahi par les productions hexagonales qui se succèdent, sans pour autant pouvoir profiter d’un véritable engouement, puisque depuis la réouverture des cinémas, un seul film a réussi à dépasser le million, Tenet de Christopher Nolan.

Tenet, proposé par Warner, bénéficie d’une superbe tenue (-28% en 6e semaine) et d’un total extraordinaire dans le contexte, avec 2 159 301 curieux. La semaine prochaine, Les blagues de Toto réussira à dépasser le million en 10e semaine. En 9e semaine, la comédie pour mômes jouissait encore d’une belle stabilité (-8%, total hebdo de 34 011). Quel succès.

La production française de la semaine avait pour titre Mon cousin. La comédie de Jan Kounen profitait d’une belle promotion et de 699 copies pour se garantir une présence appréciable de 205 217 entrées en première place. Un score intéressant, mais sa moyenne (294 par copie) le laisse loin derrière les entames de productions art et essai : Un pays qui se tient sage cartonne avec 41 487 spectateurs dans 89 cinéma. Quant à Josep, film d’animation bénéficiant du label cannois, il a été vu par 61 028 spectateurs sur 200 sites. Un très beau score pour le distributeur Sophie Dulac qui réalise là son meilleur démarrage depuis 2015 et Le Labyrinthe du silence. L’absence de productions américaines profite à la diversité… Vraiment.

Parmi les films français qui plaisent le plus, Antoinette dans les Cévennes est le succès sur la durée qui redonne goût au salles; Cette petite production indépendantes dépasse les 500 000 randonneurs en 3e semaine. Pour Diaphana Films, c’est un triomphe, puisque ce long métrage bat Les apparences qui s’écroule (-40% en deuxième semaine, total de 229 612 spectateurs) ou La Daronne (-33% en 4e, total de 370 000). C’est également plus satisfaisant que les 511 397 entrées d’Effacer l’historique qui sort du top 20 en 6e semaine (11 045).

En 3e semaine, la comédie d’Emmanuel Mouret, Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait séduit encore 57 000 badauds. Certes la combinaison est élevée (529 copies), mais le divertissement lettré ne perd que 25% de sa fréquentation devenant le deuxième plus gros succès de l’auteur, derrière Mademoiselle de Joncquières en 2018 (547 442). Au vu du contexte, c’est même exceptionnel.

D’autres films français connaissent de sérieux revers (Boutchou, 120 000 entrées en 15 jours et une chute flagrante de 42% en 2e semaine). Enfin, la clique de Le bonheur des uns… déçoit avec un recul de 41% de sa fréquentation en 4e semaine, et seulement 265 552 spectateurs en 4 semaines.

Véritable accident industriel, Police avec Omar Sy va coûter très cher à StudioCanal. Le boycott autour de l’acteur lancé sur les réseaux sociaux a fonctionné : 187 000 en 5 semaines pour le film d’Anne Fontaine. Il était difficile de faire pire. D’autres désastres sont à souligner : le flop d’Eleonore (27 000 entrées en 15 jours) et Les héros ne meurent jamais avec Adèle Haenel. Le film, pourtant distribué par Le Pacte dans 83 cinémas, a été copieusement évité par le public avec 5 890 spectateurs. C’est le premier échec personnel de l’actrice depuis 2017 et Orpheline (72 000). Un tel rejet impose des questions. Le distributeur a-t-il su vendre le film ? Adèle est-elle victime de la polémique des César? En tout cas rien ne permettait d’envisager un score aussi radical. Une explication s’impose.

Autre contre-performance française, J’irai dormir dans les Carpates. La comédie du voyage s’affaiblit vraiment en 3e semaine, avec 12 455 spectateurs dans 245 salles. Antoine de Maximy pourrait arrêter sa course aux 100 000 tickets. En 2008, J’irai dormir à Hollywood s’était assoupi à moins de 300 000 entrées malgré la force de frappe du distributeur Walt Disney France. Le réalisateur devrait laisser le cinéma derrière lui pour se contenter de poursuivre ses péripéties télévisuelles.

Frédéric Mignard  

Les héros ne meurent jamais, affiche du film

Illustrateur : Le Cercle Noir pour Fidélio