Note des spectateurs :

Annick Alane a joué de nombreux seconds rôles au cinéma, à la télévision et surtout au théâtre. Elle était lauréate de deux Molières et fut l’un des visages familiers des comédies de Coline Serreau.

Annick Alane était avant tout un grand nom de la scène, aussi douée dans la fantaisie que la gravité, qui remporta à deux reprises le Molière de la comédienne dans un second rôle : en 1994 pour Tailleurs pour dames de G. Feydeau (mis en scène par Bernard Murat au Théâtre de Paris), et en 2001 pour La Chatte sur un toit brûlant de T. Williams (mis en scène par Patrice Kerbrat au Théâtre de la Renaissance). Au cinéma, on l’a vue dans une trentaine de films, entre 1956 et 2012. Elle interpréta notamment la femme de ménage de Lino Ventura dans La Gifle (1974) de Claude Pinoteau et la mère de Jean-Hugues Anglade dans L’Homme blessé (1983) de Patrice Chéreau.

Elle fut aussi l’un des visages familiers des comédies de Coline Serreau, qui lui fit jouer l’une des comédiennes révoltées de Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? (1982), la pharmacienne dans Trois hommes et un couffin (1985) et sa suite 18 ans après (2001), et la grand-mère de Vincent Lindon dans La Crise (1992). Elle a également été dirigée par Edouard Molinaro (Hibernatus, 1969), Maurice Pialat (Passe ton bac d’abord, 1979), Claude Sautet (Garçon !, 1983), Jacques Demy (Parking, 1985), Claude Berri (Germinal, 1992), Didier Bourdon et Bernard Campan (Les Trois frères, 1995), ou bien encore Philippe de Broca (Vipère au poing, 2003) et Artus de Penguern (La Clinique de l’amour, 2012). Annick Alane était la mère des comédiens Bernard et Valérie Alane. Elle vient de nous quitter à l’âge de 94 ans.