Note des lecteurs

Peter Fonda avait été l’interprète de mythique Easy Rider de Dennis Hopper, dont il avait coécrit le scénario, et qui avait propulsé sa carrière. Il a tourné une soixantaine de films.

Dans la famille Fonda donnez-moi le fils

Il est des familles où il faut d’abord se faire un prénom. Fils de la star légendaire Henry Fonda (Les Raisins de la colère, Il était une fois dans l’Ouest), Peter Fonda était aussi le jeune frère de Jane Fonda, qui eut une carrière plus florissante que la sienne dans les années 60 et 70, de On achève bien les chevaux à Retour. L’acteur était en outre le père de deux enfants de la balle dont Bridget Fonda, qui eut son heure de gloire dans les années 90 (Pulp Fiction). Pour autant, le parcours de Peter Fonda mérite qu’on y prête attention, ne serait-ce que par son rôle principal dans le film culte Easy Rider (1969), dans lequel il partageait l’affiche avec Dennis Hopper (également réalisateur de l’œuvre) et Jack Nicholson. Auparavant, il avait débuté en 1963 dans Les Vainqueurs de Carl Foreman, et tint des seconds rôles dans Lilith (1964) de Robert Rossen et Histoires extraordinaires (1968, sketch Metzengerstein de Roger Vadim), où une scène d’amour avec sa sœur fit couler un peu d’encre… C’est Roger Corman qui fut le premier à lui confier des premiers rôles, tout en façonnant son personnage : dans Les Anges sauvages (1966), il incarnait le chef d’un gang de motards ; dans The Trip (1967), il était dans la peau d’un jeune divorcé dépressif devenant accro au LSD. Le mythe Peter Fonda, qui contribua à ce qu’il était convenu d’appeler la contre-culture américaine, était né.

Affiche française de Easy Rider de Dennis Hopper
© Columbia Pictures Industries

Peter Fonda, acteur et scénariste d’un film culte du cinéma indépendant

Il restait la rencontre avec Dennis Hopper pour le consacrer. Road movie emblématique de la génération hippie, Easy Rider élargit l’audience de l’acteur et grava son image, les jambes allongées sur son chopper Harley-Davidson peint aux couleurs du drapeau américain. Après ce succès mondial, Peter Fonda retrouva Dennis Hopper pour The Last Movie (1970), primé au Festival de Venise, mais qui fut un échec en salles, et il se lança un an plus tard dans la réalisation de L’Homme sans frontière, anti-western incompris à sa sortie, qui s’inscrivait dans la mouvance d’un cinéma américain démystifiant certains aspects de l’Histoire du pays. Par la suite, Peter Fonda connut une carrière honorable pendant quatre décennies mais la qualité des films fut moindre. Parmi ses autres productions en tant qu’acteur, on peut toutefois citer Larry le dingue, Mary la garce (1974) de John Hough, Los Angeles 2013 (1996) de John Carpenter, L’Anglais (1999) de Steven Soderbergh et 3h10 pour Yuma (2007), remake d’un classique de Delmer Daves réalisé par James Mangold. Nommé à l’Oscar du meilleur scénario pour Easy Rider et à celui du meilleur acteur pour L’Or de la vie (1997) de Victor Nunez, Peter Fonda est lauréat de plusieurs récompenses dont un Golden Globe. Celui qui fut aussi un militant écologiste acharné vient de disparaître à l’âge de 79 ans.

Jaquette Blu-ray Britannique de Easy Rider
© Columbia Pictures Industries. All rights reserved