Note des lecteurs

Projet de longue haleine, le diptyque exotique et indien de Fritz Lang, gorgé de kitsch et de couleurs vives, se concrétisera à son retour en Allemagne après son long exil américain, soit quarante ans après avoir envisagé ce cinéma d’aventure.

Le réalisateur de Metropolis connaissait bien l’Inde puisqu’il avait tourné partiellement son premier long, Les araignées, dans la colonie britannique. Les deux films, datés de 1959, ressortiront en salle le 17 juillet, pour célébrer leur 60 ans, sous l’impulsion du distributeur Wild Bunch et de l’éditeur vidéo Wild Side, qui avait déjà sorti un superbe coffret collector pour les fêtes de Noël.

L’année prochaine, on pourra célébrer également, désabusés, les 60 ans du Diabolique docteur Mabuse… Désabusés, car il s’agit de l’ultime film du cinéaste allemand, frappé de cécité pendant le tournage de celui-ci, 16 ans avant sa mort.

Le tigre du Bengale

Synopsis : L’architecte Henri Mercier se rend à Eschnapur, en Inde, où le souverain le charge de la construction d’un nouvel hôpital. Au cours de son voyage, Mercier croise Seetha, une jeune et jolie danseuse qu’il sauve des griffes acérées d’un redoutable tigre. Bientôt, une tendre idylle se lie entre Mercier et la belle. Mais le maharadjah s’est lui-même épris de Seetha, et Mercier devient ainsi son principal rival…

Le tombeau hindou

Synopsis : En fuite du palais de Chandra, la belle Seetha et Mercier sont recueillis, épuisés, par une caravane. Poursuivis par Ramigani, le frère du maharadjah, ils doivent se réfugier dans la montagne, où ils sont finalement capturés. Ils sont ramenés à Eschnapur, où Seetha est soumise au jugement des dieux, la danse du cobra…

Affiche globale de la reprise des deux clasiques de Fritz Lang le tigre du Bengale et Le tombeau Hindou
© 1958 BetaFilm Tous droits réservés