Out of time : la critique du film et le test blu ray (2003)

Film noir | 1h45
Note de la rédaction :
6,5/10
6,5
Out of Time, affiche France (2004)

  • Réalisateur : Carl Franklin
  • Acteurs : Denzel Washington, Sanaa Lathan, Eva Mendes, Dean Cain
  • Date de sortie: 28 Jan 2004
  • Nationalité : Américain
  • Scénariste : David Collard (sous le nom de Dave Collard)
  • Compositeur : Graeme Revell
  • Sociétés de production : Metro-Goldwyn-Mayer (MGM), Original Film, Monarch Pictures
  • Distributeur : UFD
  • Editeur vidéo : MGM, L'Atelier d'Images
  • Date de sortie vidéo : 17 août 2004 (DVD, MGM), 7 juillet 2020 (blu ray et DVD, L'Atelier d'images)
  • Box-office France / Paris-Périphérie : 213 363 entrées / 123 540 entrées
  • Box-office USA : 41 088 845$
  • Budget : 50 000 000$
  • Format : 2.35 : 1 / DTS, Dolby Digital
  • Affiche : KO Creative (Design)
Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Out of Time est un néofilm noir énergique avec en tête d’affiche l’une des stars afro-américaines de l’époque, Denzel Washington. Dommage que l’ensemble manque d’ambition.

Synopsis : Le chef de police Matt Lee Whitlock entretien une liaison avec Ann, une femme mariée. Elle lui annonce être condamnée par la maladie à moins de bénéficier d’un traitement hors de prix. Pour tenter de la sauver, Matt vole dans le coffre-fort du commissariat l’argent d’une saisie. Quand les corps carbonisés d’Ann et de son mari sont retrouvés dans l’incendie de leur maison, Matt se retrouve piégé : il va devoir mener l’enquête alors que toutes les preuves l’accablent.

Denzel Washington et Sanaa Lathan dans Out of time

© 2003 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. Tous droits réservés.

Critique : Le film noir a connu sa période faste dans les années 40 et 50 avec des œuvres aussi marquantes que Le faucon maltais de John Huston (1941) et Les tueurs (1946) de Robert Siodmak. Comme pour le western, ce genre a progressivement décliné pour faire ensuite son apparition de manière plus épisodique. Le cinéaste américain Carl Franklin, remarqué avec le polar Un faux mouvement (1992), s’est lui-même intéressé à ce genre. Ce fut le cas d’abord avec Le diable en robe bleue (1995) puis Out of time. En plus, ces deux films ont la particularité d’avoir le même acteur principal, Denzel Washington, star de ces années 90 et 2000.

Un film noir solaire maniant la carte de l’humour et de la séduction…

A sa manière, Carl Franklin entend remettre au goût du jour le film noir. Ainsi, dans Out of time, quelques éléments sont notables. Terminé la photographie en noir et blanc typique des années 40 et 50 donnant un côté inquiétant et inéluctable à l’histoire. Place désormais au soleil avec un long métrage tourné à Boca Grande, ville située sur la côte ouest de Floride.

Eva Mendes dans Out of time

© 2003 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. Tous droits réservés.

Un autre fait notoire, au regard de l’actualité récente (mort de George Floyd), tient à sa distribution. Carl Franklin, metteur en scène noir, a donné le rôle principal de son film à Denzel Washington, un acteur noir. Les deux rôles féminins sont attribués à Sanaa Lathan, une actrice afro-américaine, et à une jeune Eva Mendes, actrice d’origine cubaine. Si Out of time ne joue pas spécifiquement sur sa dimension raciale, il n’empêche que le choix du casting retenu constitue un vrai changement (appréciable) pour les habitués du polar. Et puis soyons tout à fait honnête, le physique avantageux de ses acteurs est un plus appréciable. Cela permet d’ailleurs au réalisateur de cultiver la fibre sexy du film.
Out of time peut aussi se targuer d’un ton original. Carl Franklin joue délibérément la carte de l’humour, ce qui le distingue d’œuvres tendues. Le spectateur peut être amusé par les gesticulations d’un Denzel Washington se démultipliant pour effacer les preuves risquant de l’inculper. Et puis dans ce registre humoristique, Washington n’est pas le seul. Son meilleur ami est un médecin légiste habillé comme s’il allait à la plage, en étant par ailleurs très porté sur la bière. Un sacré loustic incarné par un hilarant John Billingsley dont les interventions se révèlent souvent fort amusantes.

… pour mieux masquer son manque d’originalité

Denzel Washinton devant un magot dans Out of time

© 2003 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. Tous droits réservés.

Pour autant, à y regarder de près, le réalisateur Carl Franklin reprend à la lettre les codes du genre qu’il convoque. Denzel Washington est un chef de police qui va trahir ses convictions et se mettre en difficulté par amour. Autrement dit, il est victime de la fameuse femme fatale. A partir de ce scénario basique, Carl Franklin va dérouler une intrigue criminelle multipliant des rebondissements – plus ou moins crédibles – et une fin prévisible. Le réalisateur se contente bien souvent de déployer la parfaite panoplie du genre noir.
Ajoutons à cela que le revers de la médaille de l’aspect « fun » : il annihile globalement toute tension, ce qui est dommage au vu des ambitions. Seule exception notable : une scène d’action remarquable. La bagarre sur le balcon de l’hôtel, particulièrement prenante et bien filmée, est un modèle du genre et mérite (presque) à elle seule la vision d’Out of time.
En somme, Carl Franklin se contente de répondre à un cahier des charges parfaitement calibré. Son film n’est pour autant ni honteux ni ennuyeux. Out of time est toujours plaisant à regarder, que cela pour son aspect fun, sensuel (un peu trop prude toutefois) que pour ses rebondissements nombreux. Cela étant dit, il ne réinvente en rien le film noir. Carl Franklin n’est pas Robert Altman qui était parvenu avec Le privé (1973) à se réapproprier le genre pour critiquer l’Amérique des années 70. Évidemment, les deux cinéastes ne boxent pas dans la même catégorie. Avec Out of time, on est plutôt en face d’un astucieux mélange entre un épisode allongé de 24 h chrono avec un zeste de sensualité à la Hollywood night. Sympathique mais en rien marquant. D’ailleurs au box-office, ni aux USA ni en France, le film ne parvint à laisser sa trace et fut très rapidement oublié.

Sorties de la semaine du 28 janvier 2004

Voir en VOD

Out of Time, affiche France (2004)

© Metro-Goldwyn-Mayer (MGM), Original Film, Monarch Pictures – Design : KO Creative

Test blu ray

Jaquette du blu ray d'Out of time

© 2003 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. Tous droits réservés.

Compléments : 2/5

Le bonus le plus intéressant et le seul vraiment pertinent est le commentaire audio sous-titré de Carl Franklin. Le réalisateur d’Out of time se prête à cet exercice en livrant moult détails sur le tournage et les acteurs. Les autres bonus sont clairement plus anecdotiques.
Les coulisses du tournage, datant de la période du film, a tout du bonus promotionnel. De son côté, le module Faites connaissance avec les personnages (6 minutes) est une façon amusante d’évoquer les différents protagonistes. Quant au bêtisier (1 minute), il reprend de façon vaine deux extraits de scène. De la même façon, l’essai casting (10 minutes) donne uniquement l’impression de vouloir faire du remplissage côté bonus. Une galerie de photos de 2003 (2 minutes 37) et la bande-annonce d’époque clôturent les bonus autour du film.
L’atelier d’images a ajouté un espace découverte concernant des films qu’il édite en vidéo. Ainsi, on retrouve ainsi les bandes annonces de La nuit des juges, Les faucons de la nuit, War on everyone et Détour.

L’image : 5/5

L’image est magnifique et permet d’apprécier dans des conditions optimales les paysages de Floride. Évidemment, le blu ray écrase de toutes parts le DVD sorti jadis le 17 août 2004 et dont l’image est vraiment datée.

Le son : 5/5

Un DTS-HD master audio d’excellente tenue et parfaitement équilibré. Et le doublage français est tout à fait convenable, même si évidemment la VOSTF est à privilégier.

Critique + test blu ray : Nicolas Bonnes 

Trailers & Vidéos

trailers
x
Out of Time, affiche France (2004)

Bande annonce de Out of time

Film noir

x